"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 30 janvier 2011

Saint Théophane le Reclus: La négligence et la présomption dans la prière (Lettre 71)

Святитель Феофан, затворник Вышенский


Eh bien, où votre prière a-t-elle disparu? Elle semble avoir très bien commencé, et vous aviez déjà fait l'expérience de ses actions pleines de grâce dans votre cœur. Je vais vous dire où elle a disparu. 
Ayant prié une fois ou deux avec chaleur et pour de bon, et ayant connu une telle aide immédiate à travers la prière au sanctuaire de Saint-Serge, vous pensiez que votre prière avait été établie pour toujours, et qu'il n'y avait pas besoin de la maintenir. 
Vous pensiez qu'elle allait continuer d'elle-même. Vous attendant à ce que la prière continue de son propre mouvement, vous avez commencé à vous précipiter, et vous avez négligemment laissé votre esprit vagabonder sans contrôle. 
De là, votre attention dispersée, la pensée s'est éparpillée dans tous les sens, et votre prière n'était plus véritable. Une fois, deux fois de cette manière imprudente, et la prière a disparu. Recommencez à établir la prière et implorez le Seigneur de vous aider.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

lundi 17 janvier 2011

Commentaire 111



Colossiens 4:10-18;Luc 10:1-15

Yaura-t-il, dans l'autre monde, pour ceux qui n'acceptent pas le Seigneur une indulgence telle que celle qu'Il a montrée envers ceux qui vivent sur terre? Non. Envoyant les "septante" pour prêcher, le Seigneur leur avait ordonné, que, quand ils ne seraient pas reçus, ils devaient dire à la croisée des chemins: Même la poussière de votre ville, qui s'est attachée à nous, nous la secouons contre vous: nonobstant, soyez sûr de ce que le Royaume de Dieu s'est approché de vous. Autrement dit, nous n'avons besoin de rien venant de vous, que nous cheminons et prêchons sans intérêt personnel, mais pour la proclamation vers vous de la paix et du Royaume de Dieu. 

Si vous ne souhaitez pas recevoir ce bien- il en sera comme vous le souhaitez, nous irons plus loin. Ainsi, cela a-t-il été commandé pour le moment, mais comment sera-ce à l'avenir? Ce jour sera plus supportable pour Sodome, que pour cette ville. Par conséquent, il est inutile pour les incroyants d'espérer en l'indulgence du Seigneur. Alors qu'ils sont sur terre, ils agissent comme ils le veulent, mais dès que la mort vient, toute la tempête de la colère de Dieu viendra sur eux. 

C'est un grand malheur que d'être comme les incroyants! Ils n'ont même pas la joie sur la terre, parce que sans Dieu et le Seigneur Jésus-Christ, Sauveur et Rédempteur, même ici, tout est triste et morne; ce qui sera là-bas est impossible à décrire en paroles ou à imaginer. Il serait plus tolérable d'être détruit, mais même cela ne leur sera pas donné.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

jeudi 13 janvier 2011

Saint Théophane le Reclus: La mémoire de Dieu



" Ayez l'habitude de vous souvenir de Dieu, non seulement pendant vos prières, mais à chaque heure et à chaque minute de la journée, car Il est présent partout.
Ainsi, la paix descendra dans votre âme et votre travail aura un sens;  et ce travail sera bien réglé… 
Celui qui demeure sous le soleil et celui qui se souvient de Dieu, ne connaissent jamais le froid glacé."


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
The spiritual Life and how to get attuned to it
St. Herman of Alaska Press,
Platina, California,
USA

mercredi 12 janvier 2011

Saint Théophane le Reclus: Les hétérodoxes seront-ils sauvés?



"Vous demandez, si les hétérodoxes seront sauvés... Pourquoi vous inquiétez-vous d'eux? Ils ont un Sauveur, qui veut le salut de tout être humain. Il prendra soin d'eux. 
Vous et moi ne devrions pas être accablés par une telle préoccupation. Examinez-vous vous-même,  et vos propres péchés… Je vous dirai une chose cependant: si vous, étant orthodoxe et possédant la Vérité dans sa plénitude, vous trahissez l'Orthodoxie, et entrez dans une foi différente, vous perdrez votre âme pour toujours ".

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

mardi 11 janvier 2011

Saint Théophane le Reclus: Sur la Prière (Homélie 3)


Feofan.jpg

Rappelez-vous comment la Parole de Dieu parle de la prière: "Soyez vigilants et priez", dit le Seigneur (Matthieu 26:41). "Soyez sobres et veillez", enseigne l'apôtre Pierre (1 Pierre 5:8). "Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces." (Colossiens 4:2). "Priez sans cesse" (1 Thessaloniciens 5:17). "Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications." (Ephésiens 6,18), ordonne l'apôtre Paul, en expliquant dans d'autres endroits la raison d'être de cette façon. "Parce que, dit-il, "notre vie est cachée avec Christ en Dieu, et parce que l'Esprit de Dieu habite en nous, par lequel nous crions: Abba, Père". (1 Cor 3,16) A partir de ces instructions et commandes, il est impossible de ne pas voir que la prière n'est pas quelque chose que l'on fait une fois, et de façon interrompue, mais que c'est un état d'esprit, constant et incessant, tout comme notre respiration et les battements de notre cœur.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

lundi 10 janvier 2011

Saint Théophane le Reclus: Sur la Prière (Homélie 3)



Je vais brièvement répondre à celui qui veut savoir comment ces trois choses: la crainte de Dieu, le souvenir de Dieu, et cet amour, l'appel constant au Nom de Dieu, sont menés à la perfection: commencer à les chercher, et ce travail lui-même vous apprendra comment trouver sa perfection. Tenez-vous en à une seule loi: mettez de côté tout ce qui s'oppose à ces choses, et cherchez sincèrement ce qui les aide. Le travail lui-même va vous apprendre à les distinguer les unes des autres. J'ajoute à ceci les instructions suivantes:

Lorsque vous commencez à être contenu dans votre cœur comme vous êtes contenu dans votre corps, entouré par la chaleur de tous les côtés, ou lorsque vous commencez à vous conduire comme vous vous conduisez envers une personne importante, c'est-à-dire avec crainte et attention afin de ne  pas l'offenser, quel que soit votre désir de marcher et d'agir librement, ou si vous voyez, que votre âme est en train de rester avec le Seigneur comme une épouse avec son époux bien-aimé, sachez alors que le Visiteur de nos âmes est proche, à la porte, et Il entrera et sera en fête avec vous, en vous-même.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

dimanche 9 janvier 2011

Saint Théophane le Reclus: Sur la Prière (Lettre 43)


Prenez courage! Adonnez-vous plus volontairement à la prière, et continuez sans interruption, et bientôt vous atteindrez le but que vous désirez. Bientôt, une attention révérencieuse au Dieu Un sera établie, et avec elle sera établie la paix intérieure. 
Je dis bientôt, pas maintenant ou dans un jour ou deux. Des mois peuvent être nécessaires, quelquefois même des années. Demandez au Seigneur et Il aidera.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

samedi 8 janvier 2011

Saint Théophane le Reclus: Sur la Prière (Lettre 42)



Les chrétiens zélés, ont une certaine technique qu'ils emploient pour s'assurer plus fermement du souvenir constant de Dieu. 
C'est la répétition constante d'une courte prière, d'habitude soit " Kyrie Eleison" ou " Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi pécheur." 
Si vous n'avez jamais entendu parler de ceci, eh bien voilà qui est fait à présent. Si vous n'avez jamais fait ceci, commencez dès maintenant.

Version française Claude Lopez-Ginisty 
d'après

jeudi 6 janvier 2011

Saint Théophane le Reclus: La prière véritable





Cependant, tout acte de la prière n'est pas prière. Rester à la maison devant  vos icônes, ou ici dans l'église, et les vénérer n'est pas encore la prière, mais le «matériel» de la prière. Lire des prières, soit par cœur ou d'un livre, ou entendre quelqu'un d'autre les lire n'est pas encore la prière, mais seulement un outil ou une méthode d'obtention et de réveil de la prière. 

La prière elle-même est le percement de nos cœurs par des sentiments pieux envers Dieu, l'un après l'autre: des sentiments d'humilité, la soumission, la gratitude, la doxologie, le pardon, la prosternation ressentie dans son cœur, le fait d'être brisé, la conformité à la volonté de Dieu, etc. 

Tous nos efforts devraient être orientés de manière à ce que, pendant nos prières, ces sentiments et des sentiments semblables remplissent nos âmes, afin que le cœur ne soit pas vide quand les lèvres lisent des prières, ou lorsque les oreilles les entendent et que les corps s'inclinent en prosternations, mais qu'il y ait un certain sentiment de qualité, un effort certain vers Dieu. 

Lorsque ces sentiments sont présents, notre prière est prière, et quand ils sont absents, ce n'est pas encore la prière.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

mercredi 5 janvier 2011

Commentaire 106



Hébreux 12:25-26, 13:22-25, Marc 10:2-12


Ce que Dieu a uni, que nul homme ne le sépare. Par ces paroles, le Seigneur affirme l'intégrité du mariage, un seul motif légal de divorce est indiqué, l'infidélité d'un conjoint. 

Mais que doit-on faire si on découvre une telle chose? Etre patient. Nous avons un commandement universel à porter les fardeaux les uns des autres; d'autant plus volontiers devraient le faire les conjoints, et l'accomplir avec respect d'un commun accord. Le refus d'être patient entraîne quelques désagréments hors de proportion, et les bagatelles s'entassent dans un mur de séparation. Pourquoi l'esprit nous a-t-il été donné? Pour aplanir le chemin de la vie. La sagesse trouvera une solution aux désagréments que l'on rencontre. En raison du manque de sagesse terrestre, cela ne fonctionne pas; encore plus en raison d'une réticence à réfléchir correctement à l'état des choses, et plus encore du fait de ne pas avoir de but autre dans la vie que le plaisir. 

Les plaisirs cessent, la satisfaction des uns avec les autres cesse; cela continue jusques au divorce. Plus les objectifs de la vie sont dépréciés, plus les divorces deviennent fréquents, d'une part, et d'autre part plus augmente la cohabitation temporaire illégale. La source de ce mal réside dans les vues matérialistes du monde et de la vie.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

lundi 3 janvier 2011

Saint Théophane le Reclus: Comment faciliter la prière



Afin de faciliter le développement de la prière véritable, prenez ces mesures:

1) maintenez une règle de prière selon la bénédiction de votre père spirituel - pas plus que vous ne pouvez lire tranquillement pendant une journée normale, 

2) avant de prier, dans votre temps libre,  familiarisez-vous avec la prière de votre règle, prenez pleinement conscience de chaque mot et de son sens, de sorte que vous connaissiez à l'avance ce qui devrait être en votre âme tandis que vous lisez. Ce serait encore mieux si vous appreniez les prières par coeur. Lorsque vous faites cela, alors toutes vos prières seront pour vous faciles à mémoriser et à ressentir. Il n'y a qu'une seule et dernière difficulté: vos pensées seront toujours errantes vers d'autres sujets, donc: 

3) vous devez lutter pour rester en permanence concentré sur les paroles de votre prière, sachant d'avance que votre esprit vagabondera.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

dimanche 2 janvier 2011

Lettre 49 de Saint Théophane le Reclus: Faut-il fuir le monde pour Dieu?

Icon of St. Theophan

Il y a une idée fausse largement acceptée parmi nous, selon laquelle quand on est impliqué dans le travail à domicile ou en entreprise, immédiatement on sort du royaume divin et ceci au détriment des activités qui plaisent à Dieu. De cette idée, il s'ensuit qu'une fois le désir de tendre vers Dieu germe, et que l'on parle de la vie spirituelle, alors l'idée vient inévitablement: il faut fuir la société, la maison, aller dans le désert, dans la forêt.
Les deux prémisses sont erronées!
Les maisons et les communautés dépendent des préoccupations de la vie quotidienne et de la société. Ces préoccupations sont des obligations désignées par Dieu; les accomplir n'est pas une étape vers l'impiété, mais c'est un cheminement dans la Voie du Seigneur.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après