"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 11 février 2013

Lundi de la Trente-Sixième Semaine après la Pentecôte



Jacques 2,14-26; Marc 10:46-52


Mes frères, à quoi sert-il à quelqu'un de dire qu'il a la foi, s'il n'a pas les œuvres? La foi peut-elle le sauver? (Jacques 2:14). Le chemin de la foi est le repentir. En se repentant que dit-on? "J'ai péché, je ne le ferai plus. Je ne vais pas pécher, donc je vais vivre selon les Commandements." La repentance ne s'écarte pas de l'acceptation de la foi; mais s'unissant avec la foi, elle reste jusques à la fin. 
Ainsi la présente résolution de vivre selon les Commandements demeure en vigueur en présence de la foi. Par conséquent, si le croyant est venu à la foi par un chemin d'accès direct, c'est-à-dire, par le chemin de la repentance, il est zélé dans l'accomplissement des Commandements, ou bien  c'est quelqu'un qui fait de bonnes œuvres. La foi lui donne une motivation plus puissante pour cela, la foi lui donne aussi la force emplie de grâce d'accomplir cela par les Saints Mystères. Ainsi, la foi favorise les œuvres. Les œuvres à leur tour rendent la foi parfaite, car jusqu'à ce que ce que quelqu'un croit se fasse dans les actes, la foi n'est pas vraiment la foi. Cela devient apparent seulement dans les œuvres, non seulement apparent, mais fort. Les œuvres influencent à leur tour la foi et la renforcent.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire