"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

samedi 28 novembre 2015

Samedi de la Vingt-Sixième Semaine après la Pentecôte



Galates 1:3-10; Luc 9:37-43


Après être descendu du mont de la Transfiguration, le Seigneur guérit un jeune démoniaque. Un reproche pour l'incrédulité précéda la guérison, raison pour laquelle le malheureux n'avait pas été guéri par les disciples. Quelle incrédulité était-ce, celle du père qui a amené son fils, du peuple qui s'est réuni, ou peut-être des apôtres, on voit seulement que l'incrédulité ferme les portes à l'intercession miséricordieuse de Dieu et à l'aide, tandis que la foi l'ouvre. 


Le Seigneur a dit au père: tu recevras autant que tu peux croire. La foi n'est pas seulement une question de pensée et d'esprit, quand elle se rapporte à une personne, mais elle embrasse toute l'essence de l'homme. C'est une obligation mutuelle du croyant et de Celui en Qui il croit, mais elle pourrait ne pas être exprimée littéralement. 


Celui qui croit compte sur celui en qui il croit pour tout et il ne pas s'attend pas  à un refus de lui en quoi que ce soit. C'est pourquoi il se tourne vers lui avec la pensée indivise, comme vers un père, il va à lui comme à sa chambre du trésor, avec la certitude qu'il ne sera pas de retour les mains vides. Une telle attitude dispose sans paroles celui vers qui cette attitude est maintenue. Voilà comment il en est avec les gens. 


Mais la puissance de disposition est vraiment manifeste quand ils sont dirigés vers le Seigneur, Qui est tout-puissant, omniscient et désire nous donner tous les biens et les attentes d'un vrai croyant ne sont jamais trahies. Si nous n'avons pas quelque chose, et ne le recevons pas lorsque nous le demandons, c'est parce que nous n'avons pas la foi correcte. 


Tout d'abord, nous devons rechercher et introduire dans notre cœur, une foi totale dans le Seigneur, chercher et obtenir cette foi de Lui à travers nos prières, car elle ne vient pas de nous, mais d'un don de Dieu. 


Quand la foi fut requise du père du jeune homme, il priait ainsi: "Seigneur, je crois, viens en aide à mon incrédulité." Il croyait faiblement, hésitant, et il pria pour le renforcement de la foi. Mais qui peut se vanter d'une foi parfaite comme la sienne, et qui, par conséquent, n'a pas besoin de prier, "Aide, ô Seigneur, mon incrédulité?" 


Si seulement toute la puissance de la foi était en nous, nos pensées seraient pures et saints nos sentiments, et nos actes agréables à Dieu. Alors le Seigneur nous garderait comme un père ses enfants, et peu importe ce qui vient à notre cœur et ce qui arriverait à une personne dans cet état ne pourrait qu'être agréable au Seigneur-nous recevrions tout sans refus ou retard.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire