"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 29 novembre 2015

Vingt-Sixième Dimanche après la Pentecôte



Ephésiens 4:1-6; Luc 10:25-37


A l'homme qui a demandé comment être sauvé, le Seigneur de son côté a posé une question: Qu'est-ce qui est écrit dans la Loi? Qu'y lis-tu? Par cela, il a montré que pour résoudre toutes les questions, il faut se tourner vers la Parole de Dieu. Et afin qu'il n'y ait pas du tout une telle perplexité, il est préférable de toujours lire attentivement La Divine Écriture, avec discernement et sympathie, en l'appliquant à votre propre vie, et en accomplissant dans vos propres pensées ce qui concerne les pensées, dans vos propres sentiments et dispositions ce qui concerne les sens, et dans vos actions ce qui concerne les actes. 

Celui qui écoute de la Parole de Dieu obtient une compréhension brillante de tout ce qui est en lui, de ce qui lui est proche, et de ce qui est au dessus de lui, il précise ses obligations dans tous les aspects de la vie, et les saintes règles, comme des perles précieuses, sont enfilées sur le fil de sa conscience, qui alors précisément et définitivement lui indique quand et comment agir afin d'être agréable au Seigneur. 

Il dompte les passions, chose que la lecture de la Parole de Dieu parvient toujours à apaiser. Peu importe quelle passion vous trouble, commencez à lire la Parole de Dieu et la passion deviendra de plus en plus calme et de plus en plus silencieuse, et enfin, elle sera complètement calmée. Celui qui s'enrichit grâce à la connaissance de la Parole de Dieu est protégé par la colonne de nuée qui guidait les Israélites dans le désert.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

samedi 28 novembre 2015

Samedi de la Vingt-Sixième Semaine après la Pentecôte



Galates 1:3-10; Luc 9:37-43


Après être descendu du mont de la Transfiguration, le Seigneur guérit un jeune démoniaque. Un reproche pour l'incrédulité précéda la guérison, raison pour laquelle le malheureux n'avait pas été guéri par les disciples. Quelle incrédulité était-ce, celle du père qui a amené son fils, du peuple qui s'est réuni, ou peut-être des apôtres, on voit seulement que l'incrédulité ferme les portes à l'intercession miséricordieuse de Dieu et à l'aide, tandis que la foi l'ouvre. 


Le Seigneur a dit au père: tu recevras autant que tu peux croire. La foi n'est pas seulement une question de pensée et d'esprit, quand elle se rapporte à une personne, mais elle embrasse toute l'essence de l'homme. C'est une obligation mutuelle du croyant et de Celui en Qui il croit, mais elle pourrait ne pas être exprimée littéralement. 


Celui qui croit compte sur celui en qui il croit pour tout et il ne pas s'attend pas  à un refus de lui en quoi que ce soit. C'est pourquoi il se tourne vers lui avec la pensée indivise, comme vers un père, il va à lui comme à sa chambre du trésor, avec la certitude qu'il ne sera pas de retour les mains vides. Une telle attitude dispose sans paroles celui vers qui cette attitude est maintenue. Voilà comment il en est avec les gens. 


Mais la puissance de disposition est vraiment manifeste quand ils sont dirigés vers le Seigneur, Qui est tout-puissant, omniscient et désire nous donner tous les biens et les attentes d'un vrai croyant ne sont jamais trahies. Si nous n'avons pas quelque chose, et ne le recevons pas lorsque nous le demandons, c'est parce que nous n'avons pas la foi correcte. 


Tout d'abord, nous devons rechercher et introduire dans notre cœur, une foi totale dans le Seigneur, chercher et obtenir cette foi de Lui à travers nos prières, car elle ne vient pas de nous, mais d'un don de Dieu. 


Quand la foi fut requise du père du jeune homme, il priait ainsi: "Seigneur, je crois, viens en aide à mon incrédulité." Il croyait faiblement, hésitant, et il pria pour le renforcement de la foi. Mais qui peut se vanter d'une foi parfaite comme la sienne, et qui, par conséquent, n'a pas besoin de prier, "Aide, ô Seigneur, mon incrédulité?" 


Si seulement toute la puissance de la foi était en nous, nos pensées seraient pures et saints nos sentiments, et nos actes agréables à Dieu. Alors le Seigneur nous garderait comme un père ses enfants, et peu importe ce qui vient à notre cœur et ce qui arriverait à une personne dans cet état ne pourrait qu'être agréable au Seigneur-nous recevrions tout sans refus ou retard.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

vendredi 27 novembre 2015

Vendredi de la Vingt-Sixième Semaine après la Pentecôte



II Thessaloniciens 3:6-18 et Luc 13:31-35


Voici, votre maison vous sera laissée déserte, dit le Seigneur à propos de Jérusalem. Cela signifie qu'il y a une mesure à la patience de Dieu. La miséricorde de Dieu est prête à être éternellement patiente, en attendant le bien, mais que doit-Il faire quand on arrive à un désordre tel que nous aider est inutile? C'est pourquoi nous sommes abandonnés. Il en sera ainsi dans l'éternité aussi. 

Tout le monde dit, "La miséricorde de Dieu ne permettra pas que les gens soient éternellement bannis." Il ne veut pas cela, mais que peut-on faire avec ceux qui sont remplis de mal et ne veulent pas se corriger? Ils se mettent au-delà des limites de la miséricorde de Dieu, et se retrouvent là parce qu'ils ne veulent pas partir. 

Les spirites ont inventé un grand nombre de réincarnations comme un moyen pour la purification des pécheurs. Mais celui qui est souillé par les péchés dans une incarnation peut être ll même dans dix autres, et puis être ainsi sans fin. 

Comme il y a des progrès dans le bien, de même il y a des progrès dans le mal. Sur la terre on voit des gens aigris dans le mal, ils pourraient rester ainsi au-delà de la terre, et pour toujours. Lorsque la fin de tout viendra, et elle viendra inévitablement, où va-t-on mettre ceux qui sont aigris dans le mal? Bien sûr, quelque part en dehors de la région lumineuse déterminée pour ceux qui ont travaillé sur eux-mêmes, pour la purification de leurs impuretés. C'est l'enfer! Ceux qui ne se sont pas amélioré dans les meilleures des circonstances vont-ils vraiment s'améliorer dans les pires? Et si non, c'est l'enfer éternel! Ce n'est pas Dieu qui est coupable de l'enfer et de l'éternel tourment en lui, mais les pécheurs eux-mêmes. 

S'il n'y avait pas les pécheurs impénitents, il n'y aurait pas d'enfer. Le Seigneur désire beaucoup qu'il n'y ait pas de pécheurs; c'est pour cela qu'Il est venu sur la terre. S'il désire qu'il n'y ait pas de péché, cela signifie, qu'il désire que personne ne tombe dans des tourments éternels. Tout dépend de nous. Accordons-nous et de détruisons l'enfer avec l'impeccabilité [en étant sans péché]. Le Seigneur se réjouira de cela; Il a révélé l'enfer afin que tout le monde soit prudent de n'y finisse pas.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

jeudi 26 novembre 2015

Jeudi de la Vingt-Sixième Semaine après la Pentecôte



II Thessaloniciens 2:13-3:05; Luc 13:1-9


En ce même temps, quelques personnes racontaient à Jésus ce qui était arrivé à des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices.

Le Seigneur dit:  Mais si vous ne vous repentez, vous périrez tous également; la tour de Siloé  s'était écroulée et avait tué 18 personnes.

Cela donne à comprendre que, lorsque certains malheur arrive à d'autres, il ne faut pas raisonner sur la raison pour laquelle c'est arrivé, mais nous regarder plutôt et examiner s'il y a des péchés en nous méritant une sanction temporaire pour l'instruction des autres, et s'empresse de les faire disparaître dans la repentance. 

Le repentir purifie le péché et supprime la cause qui attire une catastrophe. Tandis qu'une personne est dans le péché, une cognée est mise à la racine de l'arbre de sa vie, prête à l'abattre. Elle ne coupe pas, car elle attend le repentir. 

Repentez-vous et la hache sera enlevée, et votre vie ira à sa fin dans l'ordre naturel des choses, si vous ne vous repentez pas, attendez-vous à être coupés. Quel homme peut savoir s'il va vivre jusques à l'année prochaine? La parabole du figuier stérile montre que le Sauveur prie que la justice divine épargne  chaque pécheur, dans l'espoir qu'il se repent et produise de bons fruits. Mais il arrive parfois que la justice divine n'entende plus les prières, et peut-être qu'Il ne consentira qu'à ce que quelqu'un vive un an de plus pour rester en vie. Comment sais-tu, pécheur, que tu ne vis pas ta dernière année, ton dernier mois, ton dernier jour et ta dernière heure?
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010


mercredi 25 novembre 2015

Mercredi de la Vingt-Sixième Semaine après la Pentecôte



II Thessaloniciens 2:1-12 et Luc 12:48-59

Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-je, mais la division.Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois; le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. Quelle en est la raison? Ceux qui croient dans le Seigneur sont emplis d'un esprit tout à fait différent, contrairement à celui qui régnait chez les gens avant Sa venue, c'est pourquoi ils ne peuvent pas s'entendre. 

Le monde païen poursuivait des intérêts exclusivement mondains et terrestres. Les Juifs avaient au moins des indications de choses meilleures et plus élevées, mais vers la fin, ils se sont inclinés vers la voie des païens. Le Seigneur, venant au monde, a montré aux gens d'autres trésors, en dehors de la famille, en dehors de la société, et Il a éveillé d'autres aspirations. 

Ceux qui ont accepté Son enseignement ont naturellement mis en place un mode de vie différent du précédent, pour lequel ils ont été soumis à l'hostilité, à l'oppression et aux persécutions. Voilà la division. L'apôtre Paul dit alors que tous ceux désireux de vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés (II Tim. 3-12). Il en était ainsi et il en est ainsi. Lorsque les intérêts temporels et terrestres commencent à prévaloir dans la société, alors la société considère défavorablement ceux qui possèdent d'autres aspirations surnaturelles, elle ne peut même pas comprendre comment il est possible d'être intéressé par de telles choses. Les gens ne peuvent pas supporter ceux qui sont les représentants d'un mode de vie qui n'est pas similaire à leur vie. Ceci se passe maintenant devant les yeux de toud. N'est-ce pas un signe des temps?...




Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse 
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010


lundi 23 novembre 2015

Lundi de la Vingt-Quatrième Semaine après la Pentecôte



II Thess. 1:1-10 et Luc 12:13-15, 22-31


Ô homme, qui m'a établi pour être votre juge, ou pour faire vos partages? dit le Seigneur à l'homme qui lui a demandé de procéder à un partage entre lui et son frère. Puis il ajouta: ne vous préoccupez pas (Matthieu 6:33), de ce qu'il faut manger et boire, ou de ce dont il faut se vêtir. Auparavant, il a enseigné: Laissez les morts enterrer leurs morts, une autre fois il a suggéré qu'il vaut mieux ne pas se marier. Cela signifie que l'attention et le coeur des chrétiens se détournant de toute chose de ce monde, et libres de la parole et des obligations mondaines,  constituent l'un des traits d'un esprit chrétien. 

Que le Seigneur bénisse le mariage et soutienne son intégrité, qui renouvelle efficacement le commandement en ce qui concerne la relation entre parents et enfants et attache une importance aux puissances civiques et à l'ordre, n'est pas une négation de ce caractère et ne donne pas aux chrétiens le droit de ne pas le préserver et le chérir dans leur cœur. 

Comparez les deux choses et vous verrez que vous avez le devoir de garder votre cœur du monde au milieu des routines du monde. Comment peut-on faire cela? Considérez vous-même votre vie, en  cela est toute sagesse pratique. Le Seigneur guide pour résoudre ceci avec la règle suivante: Cherchez premièrement le Royaume de Dieu. Dirigez toutes vos préoccupations pour que Dieu règne en vous, et tout ce qui est du monde perdra sa magie envoûtante et lourde sur vous. Ensuite, vous conduirez vos affaires extérieurement, mais à l'intérieur votre cœur sera possédé par quelque chose d'autre. Mais si, en raison de cela, la résolution se pose de couper cette relation extérieure aux choses du monde, vous ne serez pas perdant: vous vous rapprocherez de l'objectif que la foi du Christ vous donnera.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010