"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 22 août 2016

Lundi de la Dixième Semaine après la Pentecôte



I Corinthiens 15:12-19; Matthieu 21:18-22

Le Seigneur a condamné le figuier pour stérilité, car en apparence il était si couvert de feuilles qu'il aurait dû y avoir des fruits sur lui, mais aucun ne put être trouvé. En appliquant ceci à la vie chrétienne, les feuilles représentent les œuvres extérieures de piété et les exploits spirituels extérieurs, tandis que les fruits représentent les dispositions intérieures. 
C'est une loi: les premiers devraient procéder de ces dernières. Mais par condescendance pour notre infirmité, ces dernières devraient en tout cas se développer avec les premiers. Lorsque les premiers sont forts, mais que les dernières ne sont même pas en boutons, un mensonge de vie en résulte, qui s'exprime comme ceci: paraître, mais ne pas être. 
Au début, cet état malheureux n'est peut-être pas dans ses pensées, mais ensuite il apparaît imperceptible et s'affirme comme un mode de vie. Quand on s'applique trop aux aspects extérieurs et que l'on devient passionnément attaché à eux, notre attention vers le cœur est supprimée, noss sentiments spirituels s'évanouissent, et la froideur s'installe. A cette étape, la vie spirituelle se fige, et il reste seulement une apparence de piété, mais pas de piété réelle. Le comportement est bon à l'extérieur, mais intérieurement, c'est  le contraire. La conséquence de ceci est la stérilité spirituelle; les actions sont faites, mais elles sont toutes mortes.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire