"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mercredi 24 août 2016

Mercredi de la Dixième Semaine après la Pentecôte



I Corinthiens 16:4-12; Matthieu 21:28-32


Dans la parabole des deux fils, le second dit promptement, "je vais travailler", et il n'y alla pas. Ceci est une image pour toutes les intentions qui manquent de constance de volonté et de patience pour les accomplir. Un cœur léger est immédiatement prêt à toute bonne chose qui lui est présentée, mais une volonté molle et paresseuse refuse d'agir dès le début. 
Cette infirmité se trouve chez presque tout le monde. Comment peut-on éviter un tel manque de fiabilité envers soi-même et les autres? Voici comment: ne commence rien sans réfléchir et calculer s'il y aura assez de force pour l'entreprise. C'est ce que le Seigneur nous a demandé de faire dans les paraboles de l'homme qui partit pour la guerre, et de l'autre homme qui se mit à construire une maison. 
Quel est ce calcul nécessaire? Ces paraboles sont liées par le Seigneur, afin de nous demander de nous armer à l'avance avec l'abnégation et la patience. Regarde pour voir si tu as ces contreforts qu'ont tous les ouvriers pour la bonté. Si tu les as, commence l'entreprise, mais si ce n'est pas le cas, alors stocke-les tout d'abord. Si tu t'approvisionnes avec eux, alors peu importe ce que tu rencontreras sur le chemin de ce que tu comptes faire, tu devras supporter et surmonter tout cela, et tu apporteras ce que tu as commencé à sa fin. Calculer ne veut pas dire que dès que l'acte devient un peu difficile, tu l'abandonnes, mais plutôt que tu devrais être inspiré pour chaque entreprise. De là viendra la fermeté de la volonté et la constance dans les actes. Et ce ne sera jamais le cas pour toi de dire "je vais travailler", puis de n'y point aller.



Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire