"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 23 octobre 2016

Dimanche de la Dix-Huitième Semaine après la Pentecôte






Galates 1:11-19 et Luc 7:11-16


Le Seigneur voit une mère pleurant la mort de son fils et a pitié d'elle, une autre fois il fut appelé à un mariage, et se réjouit avec la famille. Par cela, il a montré que partager les joies et les peines quotidiennes ordinaires, n'est pas contraire à son esprit. 


C'est ce que, les chrétiens véritables et pieux font, eux qui vivent leur vie dans la crainte [de Dieu]. Toutefois, ils distinguent certaines routines de la vie quotidienne d'autres routines, car beaucoup de choses sont entrées dans ces routines qui ne peuvent pas être la bonne volonté de Dieu. 


Il y a des coutumes qui viennent des passions, qui découlent de leur indulgence, d'autres sont maintenues en vie par la vanité et les occupations. Celui qui a l'esprit du Christ, sera en mesure de distinguer le bon grain de l'ivraie: il adhère à l'un et rejette l'autre. Celui qui le fait avec la crainte de Dieu n'est pas aliéné par les autres, bien qu'il n'agsse pas comme eux, parce qu'il agit toujours dans l'esprit d'amour et de compassion envers les infirmités de ses frères.


Seul un esprit de zèle au-delà de la mesure prend les gens à rebrousse poil, et produit la discorde et la division. Un tel esprit ne peut s'empêcher d'enseigner et de critiquer. Mais celui [qui a l'esprit du Christ] ne s'occupe que de régir sa vie et celle de sa famille d'une manière chrétienne, il ne se permet pas de s'immiscer dans les affaires des autres, en se disant: "Qui m'a désigné comme juge?" 


Il fait tranquillement que tous soient bien disposés envers lui-même, et inspire le respect de ces routines auxquelles il tient. Un superviseur se rend impopulaire, et évoque la désapprobation pour les bonnes routines auquelles il tient. L'humilité dans de tels cas, est nécessaire, c'est l'humilité chrétienne. C'est la source du bon sens chrétien, qui sait comment bien agir dans une situation donnée.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire