"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 16 octobre 2016

Dimanche de la Dix-Septième Semaine après la Pentecôte


II Cor. 11:31-12:09; Luc 6:31-36


Le commandement fondamental originel est: aimez! Il s'agit d'un petit mot, mais il exprime une chose qui englobe tout. Il est facile de dire: vous devez aimer, mais il n'est pas facile de parvenir à l'amour dans la mesure nécessaire. Il est aussi peu clair de savoir exactement comment l'atteindre, c'est pourquoi le Sauveur entoure ce commandement avec d'autres règles explicatives: s'aimer comme toi-même, et que vous voudriez que les hommes le fassent pour vous, faites de même pour eux. Là est montré un degré d'amour que l'on peut appeler sans limite, car y a-t-il une limite à l'amour pour soi-même? Et n'y a-t-il aucun bien que l'on ne voudrait pas pour soi-même des autres? 

Pendant ce temps, toutefois, les instructions ne sont pas impossibles à satisfaire. Ceci dépend de la compassion parfaite que l'on peut avoir envers les autres, pour transférer la totalité de leurs sentiments en vous, pour sentir ce qu'ils ressentent. 

Lorsque cela se produira, il n'y aura pas besoin de souligner ce que vous devez faire pour les autres dans une situation donnée: votre cœur vous le montrera. Vous devez seulement prendre soin de vous maintenir dans la compassion, sinon l'égoïsme s'approchera immédiatement et vous faire revenir à lui et vous enfermer en lui. 

Ensuite, vous ne lèverez pas le petit doigt pour un autre, et vous ne le regarderez pas, alors qu'il pourrait mourir. Lorsque le Seigneur a dit: aime ton prochain comme toi-même, Il voulait dire que notre prochain doit être en nous, c'est-à-dire dans notre cœur, au lieu de nous-mêmes. Si notre "moi" reste là comme auparavant, nous ne pouvons espérer que quelque chose de bon n'en résulte.
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire