"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

jeudi 20 octobre 2016

Jeudi de la Dix-Huitième Semaine après la Pentecôte




Philippiens 3:1-8 et Luc 7:17-30


Saint Jean le Précurseur envoie ses disciples pour demander au Seigneur s'Il est Celui Qui devait venir? Ou doivent-ils en attendre un autre? Il n'a pas demandé pour lui-même mais pour ses disciples, car il savait précisément qui était Jésus-Christ, étant informé de cela par le Ciel. 

Les disciples cherchaient une réponse à cette question non pas par curiosité vaine, mais par un désir sincère de connaître la vérité. Pour ce genre de personnes, il n'est pas nécessaire d'en dire beaucoup, le Seigneur ne parle pas, il indique seulement ce qui avait été accompli par Lui à ce moment-là. Des actes divins témoignaient de Sa divinité. 

C'était si évident, que les questionneurs ne posèrent plus de question. C'est ainsi que cela se passe toujours. La puissance de Dieu vit dans l'Eglise, un chercheur sincère de la vérité la sent immédiatement et il est sûr de cette vérité.

 Cette certitude de l'expérience met fin à toutes les questions et apaise complètement. Celui qui ne veut pas croire, et, ayant perdu sa foi, commence à chercher dans l'Église et le christianisme non pas  les fondements de la foi, mais les motifs pour justifier son incrédulité, ne trouvera pas nulle indication satisfaisante. Il considère son incrédulité comme bien-fondée, bien que ses fondements soient mesquins et insignifiants. Son cœur le veut, c'est pourquoi c'est d'autant plus tolérable.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire