"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mercredi 12 octobre 2016

Mercredi de la Dix-Septième Semaine après la Pentecôte


Philippiens 1:12-20 et Luc 5:33-39

Il est indécent pour les enfants de l'Epoux de jeûner pendant que l'Epoux est avec eux, dit le Seigneur, et ainsi le recommande la Loi que, même avec les vertus et les efforts spirituels tout a sa place et son temps. Et cela est si pressant que l'acte inopportun et inapproprié perd de sa valeur, soit en totalité, soit en partie. 

Le Seigneur a tout arrangé dans la nature visible, avec mesure, poids et  nombre; Il veut aussi que tout dans le domaine de la morale soit en bonne forme et en ordre. La bonne forme intérieure revient à une combinaison de chaque vertu avec toutes les vertus dans leur totalité, ou bien à une harmonie de vertus, de sorte qu'aucune ne soit saillante sans que cela soit nécessaire, mais que toutes soient  harmonieuses comme les voix dans un chœur. La bonne forme extérieure donne à chaque acte sa place, son temps et d'autres points de contact. 

Lorsque tout cela est bien disposé, c'est comme une belle dame revêtue de beaux vêtements. La vertu, qui est  bonne forme à la fois intérieure et extérieure est décente, c'est le bon sens chrétien qui la rend de cette façon, ou selon les startsy spirituels: c'est le discernement acquis par l'expérience et l'examen intelligent de la vie des saints à la lumière de la Parole de Dieu.

Ephésiens 3:8-21, Marc 11:23-26


Si vous ne pardonnez pas les fautes des autres contre vous, votre Père céleste ne vous pardonnera pas vos fautes, dit le Seigneur. Qui ne pardonne pas les autres? Une personne juste, ou celui qui se considère comme juste. Pour une telle personne il reste rien d'autre que de juger, de prononcer des peines, et de demander l'exécution du coupable. Est-ce qu'un homme qui se sent coupable a le temps de se préoccuper de juger les autres? Sa langue osera-t-elle juger un autre et lui demander satisfaction, quand sa propre conscience le condamne sans cesse, et le menace sans cesse du juste Jugement de Dieu? 

Alors, vaut-il mieux pécher que d'être hypocrite? Non, en tout ayez du zèle pour la vertu; mais avec toute votre vertu, reconnaissez que vous êtes un esclave indigne, et reconnaissez-le pleinement en pensée, c'est-à-dire faites que  la pensée de votre indignité soit au premier plan, tandis que le sentiment d'être vertueux se cache au second plan, mais préservez une pleine conscience et le sentiment de vous-même comme indigne. 


Lorsque vous y parvenez, (et vous devez œuvrer pour cela, car ce n'est pas acquis soudainement), alors peu importe la façon dont votre frère vous offense, vous ne lui demanderez pas de vous rendre des comptes, parce que votre conscience vous répétera: "Et tu ne ne mérites pas cela seulement, cela ne suffit pas pour toi." Alors, vous lui pardonnerez;. et ayant pardonné, vous vous serez rendus dignes de pardon. Donc, pendant toute votre vie qu'il y ait pardon après pardon, et au Jugement Dernier, tout vous sera pardonné.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire