"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mercredi 9 novembre 2016

Mercredi de la Vingt-et-Unième Semaine après la Pentecôte



Thessaloniciens 2:1-8; Luc 11:9-13


Le Seigneur nous convainc de prier avec la promesse qu'Il nous écoute, en expliquant cette promesse que la douceur de cœur d'un père naturel, favorablement disposé aux requêtes de ses enfants. Mais ici, il fait allusion à la raison pour laquelle, parfois, nos prières et supplications ne sont pas entendues ou ne sont pas exaucées. 

Un père ne donnera pas à ses enfants une pierre au lieu de pain, ou un serpent au lieu d'un poisson. Si un père naturel ne fait pas cela, combien plus le Père céleste ne le fera-t-il pas? Et pourtant, nos prières de demande sont fréquemment semblables à des demandes de serpent et de pierre. Il nous semble que nous demandons du pain et du poisson, tandis que le Père Céleste voit que ce qui est demandé sera pour nous un serpent et une pierre et Il ne nous donne pas ce que nous demandons. 

Un père et une mère déversent des prières du fond du cœur devant Dieu pour leur fils, pour qu'Il lui donne ce qui est mieux, mais en plus ils expriment ce qu'ils considèrent être le meilleur pour leur fils, c'est-à-dire, qu'il vive, soit heureux et en bonne santé. Le Seigneur entend leur prière et prend des dispositions pour leur fils dans ce qui est mieux, non pas en fonction de la compréhension de ceux qui demandent, mais comme il en est, en réalité, pour leur fils: Il envoie une maladie à partir de laquelle leur fils meurt. 

Ceux qui pensent que tout se termine avec la vie présente ressentiront que le Seigneur ne les a pas entendus, mais plutôt qu'Il a fait l'opposé de ce qu'ils ont demandé, ou qu'Il a abandonné la personne pour laquelle ils prient à son propre destin. 

Mais ceux qui croient que la vie actuelle est seulement une préparation pour l'autre vie ne doutent pas que le fils pour qui ils priaient tomba malade et mourut précisément parce que leur prière avait été entendue et parce qu'il était préférable pour lui de partir d'ici que de rester ici. 

Vous me direz: alors pourquoi prier? Non, il faut prier, mais dans les prières pour des choses spécifiques, vous devez toujours garder à l'esprit la condition: «Si, ô Seigneur, Tu juges ceci salvateur." Saint Isaac le Syrien conseille de raccourcir toutes sortes de prières à ceci: «Tu sais, Seigneur, ce qui est nécessaire pour moi: "Fais-moi selon Ta volonté".



Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophane the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire