"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

samedi 12 novembre 2016

Samedi de la Vingt-et-Unième Semaine après la Pentecôte






II Corinthiens 8:1-5 et Luc 8:16-21


il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. Par conséquent, peu importe combien nous nous cachons de nos mauvaises actions, une trace d'eux se fait indépendamment de nous, qui en son temps sera présentée. Quel est le parchemin sur lequel ce dossier est écrit? Notre conscience. Nous la forçons parfois à se taire et elle est silencieux. Mais même si elle est silencieuse, elle fait son travail, tient une chronique très précise de nos actes. 

Que doit-on faire si beaucoup de mauvaises choses sont y sont inscrites ? Il faut éliminer ce qui y est écrit. Avec quoi? Avec des larmes de repentir. Ces larmes lavent tout et pas une seule trace ne restera de ces mauvaises choses écrites. Si nous ne les lavons pas, alors au Jugement, il nous faudra lire tout ce qui y estécrit. Mais comme alors, la vérité régnera dans notre conscience, nous prononcerons nous-mêmes notre jugement, et le Seigneur le confirmera. Alors il y aura une décision pour laquelle il ne pourra pas être interjeté appel, parce que chacun se condamnera, et n'aura rien à voir avec qui que ce soit d'autre. Tout cela se fera en un clin d'œil: vous pourrez regarder et voir ce que vous êtes. Vous entendrez immédiatement du Seigneur, Qui est omniprésent, une confirmation du Jugement, et puis ce sera la fin de tout...

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophane the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire