"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

jeudi 1 décembre 2016

Jeudi de la Vingt-Quatrième Semaine après la Pentecôte




I Timothée 3:1-3; Luc 16:1-9
La parabole parle de la dénonciation de l'intendant injuste. Voyez-vous comment il a réussi à se dégager de son malheur! Si seulement nous pouvions tous réussir à prendre des dispositions pour nous faire une vie paisible à notre départ de cette vie! Mais non: les enfants de ce monde sont dans leur génération plus sage que les enfants de lumière


Pourquoi l'intendant prit-il tant de peine? Parce que la catastrophe était proche. La proximité du malheur a suscité l'énergie et la vivacité d'esprit, et il a rapidement tout arrangé. Mais notre malheur n'est-il pas proche? La mort peut nous vaincre à tout moment, et puis: rends compte de ce que tu as fait


Tout le monde le sait, mais presque personne ne réagit. Quelle est cette folie? Personne ne croit qu'il va mourir tout de suite, mais tous supposent qu'ils vont vivre un jour ou deux; ils ne savent pas le temps, mais seulement que la mort viendra un peu plus tard. C'est pourquoi le malheur est vu comme quelque chose du futur. Le malheur est à venir, et toute pensée pour savoir quoi faire en cas de malheur est repoussée. Personne ne pense à rester incorrigible toute sa vie, mais il repousse tout simplement le changement pour le jour présent. Mais puisque la vie entière est composée de jours et d'heures présentes,  tout souci de changement n'arrive simplement pas.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire