"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mardi 6 décembre 2016

Mardi de la Vingt-Cinquième Semaine après la Pentecôte



I Timothée 5:11-21; Luc 17:26-37


Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie la préservera. Il le faut comprendre de cette façon: pour sauver votre vie signifie avoir pitié de vous, alors que perdre votre vie ne signifie pas avoir pitié de vous-même sur la Voie des commandements du Seigneur, ou en œuvrant pour le Seigneur. Donc, il en est ainsi: celui qui œuvre pour le Seigneur, répondant à Ses commandements, sans s'apitoyer sur lui-même, est sauvé, mais celui qui se plaint, périt. Si vous vous plaignez, vous trouverez immanquablement que vous êtes un transgresseur des commandements et, par conséquent, un serviteur inutile, et quelle est la peine pour un serviteur inutile? Jetez le serviteur inutile dans les ténèbres extérieures: là seront les pleurs et des grincements de dents (Matt. 25:30). 

Faites un effort pour vous examiner, ne serait-ce que pendant une seule journée, et vous verrez que l'auto-apitoiement fausse toutes nos actions [bonnes] et tue le désir de les faire. Sans travail et sans efforts, vous ne serez pas en mesure de faire quoi que ce soit, mais si vous regrettez de devoir vous forcer, tout s'arrête. 

Il y a des choses que vous devez faire, que vous le souhaitiez ou non. Ces choses-là se font sans faute, aussi difficiles soient-elles. Mais ici, l'apitoiement sur soi est vaincu par lui-même. Si vous ne les faites pas ces choses, il n'y aura rien à manger. Mais puisque ce qui est requis par les commandements n'est pas de cette nature, elles sont toujours omises par apitoiement sur soi. Vous vous faites condescendants à vous-mêmes quand il s'agit des mauvaises actions, également par auto-apitoiement. Vous détestez vous refuser ce que vous voulez et si le désir est satisfait, même s'il est ou tout à fait pécheur pécheur, ou  bien conduisant au péché. Il en va toujours ainsi avec celui qui s'apitoie sur lui-même: ce qu'il doit faire, il ne le fait pas, et ce qu'il ne devrait pas faire, il se laisse aller à le faire, et il finit bon à rien. Quel salut peut y avoir ici?

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophane the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire