"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mercredi 7 décembre 2016

Mercredi de la Vingt-Cinquième Semaine après la Pentecôte






I Timothée 5:22-6:11; Luc 18:15-17, 26-30


Quiconque ne recevra pas le Royaume de Dieu comme un petit enfant, n'y entrera pas. Comment doit-on  le recevoir comme un petit enfant? Voici comment: dans la simplicité, avec tout son cœur, sans un instant de réflexion. 

Une analyse rationnelle n'est pas applicable dans le domaine de la foi. Elle peut avoir lieu que sur son seuil. Un anatomiste divise l'ensemble du corps dans ses détails, mais il ne voit pas la vie. De même la raison, peu importe combien elle raisonne, ne comprend pas le pouvoir de la foi. 

La foi elle-même fournit les contemplations qui, ensemble, montre que la foi satisfait pleinement tous les besoins de notre nature, et oblige notre état de conscience, notre conscience et notre cœur à recevoir la foi. Ils la reçoivent, et l'ayant reçu, ne veulent pas se laisser distancer. Ensuite, c'est comme une nourriture au goût agréable et sain. Après l'avoir goûtée une fois, nous savons que cela est approprié, et nous la classons parmi les substances nutritives. La chimie ne fait rien pour la force de cette conviction, ni avant ni après la dégustation. Notre conviction est fondée sur une expérience directe et personnelle. Ainsi, le croyant connaît directement la vérité de la foi. La foi elle-même insuffle en lui la conviction inébranlable que c'est la foi. 

Comment, alors, la foi pourrait-elle être une foi de la raison? C'est là que réside le caractère raisonnable de la foi, à savoir connaître directement que c'est la foi. La raison seule ruine les choses, refroidit la foi et affaiblit la vie selon la foi, mais l'essentiel est qu'elle est arrogante, et chasse la grâce de Dieu, un mal  premier degré dans le christianisme.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire