"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mercredi 4 janvier 2017

Mercredi de la Vingt-Neuvième Semaine après la Pentecôte



Jacques 1:1-8, Marc 10:11-16


Avec quel amour le Seigneur traitait les enfants! Qui ne les traite pas avec l'amour? Plus on vit, plus on aime les enfants. En eux est manifestée la fraîcheur de la vie, la propreté et la pureté de disposition, qui ne peut qu'être aimé. En regardant l'innocence de l'enfance, certains supposent qu'il n'y a pas de péché originel, que chaque personne tombe quand elle prend de l'âge et rencontre des pulsions immorales, qu'il lui semble ne pas avoir la force de vaincre. 

Tout le monde tombe, mais le péché originel est néanmoins présent. L'apôtre Paul voit en nous la loi du péché, qui combat contre la loi de l'esprit. Cette loi, comme une graine, d'abord est comme invisible, mais elle est ensuite révélée et elle séduit. Ceux qui sont nés de lépreux ne manifeste pas la lèpre jusques à un certain âge, mais alors elle se révèle, et commence à les consommer comme elle l'a fait pour leurs parents. Où était la lèpre avant cette date? Elle se cachait à l'intérieur. 

C'est le cas du péché originel qui se cache jusques au temps, et il sort ensuite et fait son œuvre. L'environnement signifie beaucoup pour à la fois supprimer ce péché et le révéler. S'il n'y avait pas d'éléments de péché tout autour, il n'y aurait rien pour alimenter ce péché caché, et il pourrait se tarir de lui-même. Mais là est notre affliction: tout autour il y a beaucoup d'aliment favorable pour lui. Il y a beaucoup de péché en chaque personne ainsi que dans la société, mais tout cela ne détermine pas nécessairement que nous pècherons. Le péché est toujours une question de liberté: luttez et vous ne tomberez pas. Seul celui qui ne veut pas se battre tombe. Pourquoi n'avons-nous pas envie de lutter? Il n'existe aucunes règles concernant le désir et le manque de désir: je le veux, parce que je veux, et je ne veux pas, parce que je ne veux pas. L'autonomie est le principe original: on ne peut pas aller au-delà.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire