"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mercredi 8 février 2017

Mercredi de la Semaine du Pharisien et du Publicain



II Pet. 3:1-18, Marc 13:24-31

Le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit (II Pet. 3:10). Un voleur dans la nuit se faufile à l'intérieur quand on ne l'attend pas. Ainsi viendra également le Jour du Seigneur quand on ne s'y attend pas. Mais quand Celui Qui vient n'est pas attendu, aucune préparation n'est faite pour Le rencontrer. De  crainte que nous nous permettions une telle négligence, le Seigneur a commandé: Veillez! car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra (Matthieu 24:42). 
Pendant ce temps, que faisons-nous? Veillons-nous? Attendons-nous? Nous devons confesser que non. Certains au moins attendent la mort, mais presque personne n'attend le Jour du Seigneur. Et c'est comme s'ils ont raison. Nos pères et nos ancêtres ont attendu, mais le Jour n'est pas venu. Étant donné que nous ne voyons rien, pourquoi devrions-nous penser qu'il va venir de nos jours? Ainsi, nous n'y pensons pas, et nous n'attendons pas. 
Il ne sera pas surprenant, si avec une telle disposition elle que la nôtre, le Jour du Seigneur tombe sur nous comme un voleur. Nous serons comme les habitants d'une ville dont le chef de province a promis de les visiter dans un proche avenir. Ils l'ont attendu une heure, l'ont attendu encore une heure, l'ont attendu un jour et puis ils ont dit: "Je suppose qu'il ne viendra pas", et ils sont rentrés chez eux. Mais dès qu'ils sont partis et se sont livrés au sommeil, il est apparu. 
Il en sera de même avec nous: que nous attendons ou non, le jour du Seigneur viendra, et il viendra sans avertissement. Car le Seigneur a dit: Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point (Marc 13:31). Mais n'est-il pas préférable d'attendre, de peur d'être pris par surprise? Car nous ne nous en tirerons pas sans en payer le prix.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire