"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

jeudi 29 juin 2017

Jeudi de la Quatrième Semaine après la Pentecôte



Romains 11:13-24, Matthieu 11:27-30

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. O divin, ô chère, ô douce voix qui es Tienne! Suivons tous le Seigneur qui nous appelle! Mais d'abord, nous devons éprouver quelque chose de difficile et de pénible pour nous. Nous devons sentir que nous avons beaucoup de péchés, et que ces péchés sont graves. De ce sentiment naît la nécessité de chercher un soulagement. La foi nous montrera ensuite que notre seul refuge est dans le Seigneur et Sauveur, et nos pas se dirigeront vers Lui. Une âme qui désire être sauvée des péchés sait ce qu'il faut dire au Seigneur: "Ôte mon lourd fardeau de péché de mes épaules, et je prendrai ton joug aisé." Et cela se fait comme ceci: le Seigneur pardonne les péchés, et l'âme commence à marcher dans Ses commandements. Les commandements sont le joug, et les péchés sont le fardeau. Mais en comparant les deux, l'âme trouve que le joug des commandements est léger comme une plume, tandis que le fardeau des péchés est lourd comme une montagne. N'ayons pas peur d'accepter facilement le joug aisé du Seigneur et Son fardeau léger. Par aucun autre moyen nous nous pouvons trouver de repos pour nos âmes.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire