"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

samedi 4 novembre 2017

Samedi de la Vingt-Deuxième Semaine après la Pentecôte



II Corintiens 5:1-10 et Luc 7:2-10


Quelle personne brillante était ce centurion! Comment est-il parvenu à une foi telle qu'il a dépassé avec elle tous les Israélites, élevés par la révélation, les prophéties et les miracles? Les Évangiles ne précisent pas comment, mais décrivent seulement sa foi et disent comment le Seigneur l'a loué. 

Le chemin de la foi est un chemin secret, dissimulé. Qui peut même expliquer en lui-même la façon dont les convictions de la foi sont composées dans le coeur [voir Luc 2:19]? Le meilleur de tous, le saint Apôtre résolut ceci en appelant la foi don de Dieu. La foi est vraiment le don de Dieu, mais les incrédules ne sont pas sans responsabilité, et, par conséquent, ils sont eux-mêmes à blâmer pour le fait que ce don ne leur est pas donné. 

S'il n'y a pas de destinataire pour ce don, il n'est pas donné, car il n'y a rien pour le recevoir, tandis que dans un tel cas donner est la même que de dépenser en vain. Comment une âme devient un digne récipiendaire du don de la foi est difficile à déterminer. 

L'humilité extrême pourrait être vue dans le centurion, malgré le fait qu'il était un homme de pouvoir, vertueux et sensible. N'est-il pas par l'humilité en général que cette grande miséricorde, qui donne la foi, est attirée? Ce n'est pas du tout surprenant. À tout le moins il est connu de tous que les incrédules sont toujours d'un esprit fier, et que la foi requiert avant tout la soumission de l'esprit sous son joug.

Défunts

Actes 4:23-31; Jean 5:24-30

Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement (Jean 5:29). Voilà comment tout a une fin! Comme chaque rivière se jette dans sa mer propre, de même le flux de chacune de nos vies arrive, enfin, en un lieu selon sa nature. Ceux qui seront ressuscités pour la vie seront également au jugement, mais le jugement scellera seulement leur justification, et déterminera leur vie, tandis que les autres ne seront ressuscités que pour entendre la condamnation de la mort éternelle. Leur vie et leur mort se caractérisent encore aujourd'hui-parce que certains font des actions de vie, tandis que d'autres font des actions de mort. Les actions de vie sont celles qui sont faites selon les commandements, avec la joie de l'esprit, à la gloire de Dieu; les actions de mort sont celles qui sont faites en opposition avec les commandements dans l'oubli de Dieu, pour plaire à soi-même et à ses passions. Les actions mortes sont tout ce qui, bien que sous sa forme ne peut pas s'opposer aux commandements, est effectué sans aucune pensée de Dieu et du salut éternel, selon certains aspects de philautie [amour de soi]. Dieu est la vie; seul ce qui contient une partie de Lui est vivant. Et quiconque n'a que des actions mortes et mortelles est directement lié à la mort, et au dernier jour sortira dans la condamnation de la mort, mais celui qui a toutes les actions de vie est lié pour la vie éternelle, et au dernier jour, il viendra la recevoir.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophane the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire