"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mardi 31 janvier 2017

Mardi de la Trente-Troisième Semaine après la Pentecôte




I Pierre 3:10-22; Marc 12:18-27

    Mais sanctifiez le Seigneur Dieu dans vos cœurs (I Pierre 3:15). Sanctifier le Seigneur dans son cœur, c'est l'âme et l'esprit de l'homme caché du cœur décrit ci-dessus. Comme au commencement, Dieu créa le corps de l'homme à partir des particules de poussière, Lui insuffla le souffle de vie (cf. Gn 2:7), et l'homme devint comme il devrait être, si l'homme caché du cœur, créé de l'intérieur à partir des vertus indiquées, est seulement l'homme spirituel réel quand son cœur sanctifie le Seigneur Dieu. Ainsi, nous lisons dans la prière du Seigneur, "Que Ton Nom soit sanctifié [1]" Si cela ne se produit pas, l'homme, qui a été modélisé à partir des vertus mentionnées ci-dessus, finira par être un enfant mort-né, sans l'esprit de vie. Que cela soit connu de ceux qui pensent s'en tirer avec quelques vertus sans avoir aucune relation avec Dieu! Qu'est-ce que cela signifie de sanctifier Dieu dans le cœur? Cela signifie montrer sans cesse un grand respect devant Lui, en gardant toujours à l'esprit la pensée de Son omniprésence, en étant impatient à chaque instant de Lui plaire avec zèle, et de craindre grandement tout ce qui déplaît à Dieu. Surtout, cela signifie confier toute ta vie temporelle et éternelle à Son soin paternel; accepter tout ce qui arrive humblement, humblement et avec reconnaissance, comme venant directement de Sa main.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

lundi 30 janvier 2017

Lundi de la Trente-Troisième Semaine après la Pentecôte




I Pierre 2:21–3:9; Marc 12:13–17


L'Apôtre attire notre attention maintenant sur l'homme caché du cœur (I Pierre 3:4) comme l'objet de notre la plus grande préoccupation et attention. Nous devons nous embellir par la formation de cet homme en nous-mêmes.
Quel est cet homme caché du cœur? Il est cet homme qui se forme dans le cœur quand seulement de bonnes dispositions et de bons sentiments viennent pour y demeurer éternellement. Examinez ces dispositions et des sentiments, et vous verrez le visage de l'homme caché dans le cœur.
Voici ces dispositions! Comme Sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété... (II Pierre 1:3), et de votre côté, faites tous vos efforts, écrit Saint-Pierre, pour ajouter à votre foi la vertu, et à la vertu la science, et à la science la tempérance, et à la tempérance la patience et à la patience la piété, et à la piété l'amour fraternel, à l'amour l'amour fraternel, l'amour (II Pierre 1:5-7).
De la même manière Saint Paul énumère les dispositions intérieures de la bonne âme chrétienne: Le fruit de l'Esprit est charité, joie, paix, patience, bonté, fidélité, douceur, tempérance (Galates 5:22-23). Aussi: Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, de patience.
Supportez-vous les uns les autres, et, si l'un a sujet de se plaindre de l'autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité, qui est le lien de la perfection. Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos coeurs. (Colossiens 3:12-15). Réunissez tous ces bienfaits en un seul corps spirituel avec ses différents membres, et vous verrez le visage divinement beau de l'homme caché du cœur. Vous devez établir avec ferveur la même chose dans votre propre cœur.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

dimanche 29 janvier 2017

La prière de Jésus


Tu regrettes que la prière de Jésus ne soit pas incessante, que tu ne la récite pas sans discontinuer... Mais la répétition constante n'erst pas requise. Ce qui est requis, c'est d'être constamment vivant en Dieu, une vie constante qui est présente quand tu parles, tu lis, tu regardes ou tu observes quoi que ce soit. 

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

vendredi 27 janvier 2017

Saint Théophane le Reclus: L'art et la science de la prière ( Lettre 15)

Pas de commentaire ce jour!


Vous écrivez que vous avez prié avec ferveur et  tout de suite vous étiez calmé, recevant l'assurance intérieure que vous seriez libéré de l'oppression, et alors, en effet, il en fut ainsi...

Rappelez-vous comment vous avez prié et efforcez-vous toujours de prier de cette façon, afin que la prière vienne du cœur et  ne soit pas seulement pensée par l'esprit et dite par la langue.

Je ne vais pas cacher le fait que, si une fois vous avez prié avec le cœur, il n'est guère possible de prier sans cesse de cette façon. Une telle prière est donnée par Dieu, ou bien est inspirée par votre ange gardien. Elle va et vient. Il ne s'ensuit pas, cependant, que nous devrions abandonner le labeur de la prière. La prière du cœur vient quand on fait un effort, à ceux qui ne font pas d'effort, elle ne viendra pas. Nous voyons que les saints Pères font des efforts extraordinaires dans la prière, et par leurs luttes ils ardèrent l'esprit chaleureux de la prière. Comment ils en sont venus à cet état de prière, cela est illustré dans les écrits qu'ils nous ont laissés. Tout ce qu'ils disent au sujet de la lutte dans la prière constitue la science de la prière, qui est la science des sciences. Le temps viendra où nous étudierons cet art [cf l'ouvrage classique de saint Théophane L'art de la prière]. Mais à présent que ceci est arrivé dans notre correspondance, je ne touche à ce sujet qu'en passant. Permettez-moi d'ajouter: Il n'y a rien de plus important que la prière et, par conséquent, notre plus grande attention et notre attention la plus diligente doit y être consacrée. Accorde-nous, ô Seigneur, le zèle pour un tel effort!


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Vendredi de la Trente-Deuxième Semaine après la Pentecôte



I Pierre 1:1-2, 10-12; 2:6-10, Marc 12:1-12


Le jour de la Théophanie, il est montré dans l'action que l'économie Divine de notre salut est accomplie par le Seigneur Jésus-Christ selon la bonne volonté du Père, dans la communion de l'Esprit Saint. Mais maintenant, par la parole de l'Apôtre, il nous est suggéré que le salut de chacun en fonction de cette économie divine de Dieu ne passe par aucun autre moyen que par l'opération de la Très Sainte Trinité: le Père, le Fils et le Saint-Esprit, selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, par l'obéissance, et l'aspersion du sang de Jésus-Christ (I Pierre 1:2). 
Dieu le Père, ayant eu prescience de l'homme qui croit, lui répond par Sa bonne volonté, et l'appelle au salut par la grâce de l'Esprit Saint. Le Saint-Esprit, l'ayant appelé à la foi et l'ayant fortifié en elle, asperge le croyant avec le sang du Seigneur et Sauveur dans le Sacrement du Baptême. Par cela, l'Esprit Saint, faisant Son entrée en lui, Lui-même demeure en lui et l'aide par tous les moyens possibles à assurer son salut. 

Louons, chantons des hymnes, et magnifions la Très Sainte Trinité, la bonne Créatrice de notre salut. Faisant grande diligence, hâtons-nous de nous parer de toutes les vertus, à l'image de Celui Qui nous a créés et recréés; afin que nous ne soyons pas montrés oisifs, ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur, et que nous ne nous fermions pas l'entrée dans l'éternel Royaume de notre Seigneur (II Pierre 1:5, 8, 11) auquel nous sommes appelés.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

jeudi 26 janvier 2017

Saint Théophane le Reclus: Comment assister aux Offices



Ne soyez pas tentés de vous laisser aller à ne pas venir à l'église au début de l'office, ou de partir avant qu'il ne soit fini. Rappelez-vous que chaque office est une unité complète et qu'il ne peut fournir ses bienfaits pleinement que dans son intégralité. Tout comme la nourriture n'est savoureuse que si elle est complètement assaisonnée, de même l'office ne peut satisfaire pleinement le goût spirituel que quand il est entendu dans son intégralité. Ainsi, celui qui manque le début, ou ne reste pas jusques à la fin, oeuvre certes, mais il se prive du fruit de son travail, il crée d'une main et détruit de l'autre.

En outre, il faut aller à l'église sans être distrait. Car, il est toujours possible que l'on puisse aller à l'église d'une manière qui n'est pas digne de louange, mais plutôt de condamnation, c'est-à-dire, que l'on y va, et que l'on n'en reçoit aucun bénéfice spirituel. 

En approchant de l'église, on doit laisser de côté tout le soin et le souci de ses affaires sur le seuil, pour entrer avec un esprit serein. Entrant dans l'église, on doit se revêtir de révérence comme d'un vêtement, se souvenant de Ceux vers Qui nous venons et à Qui nous avons l'intention d'adresser nos prières. Après avoir gagné notre place dans l'église (au même endroit à chaque fois, c'est l'idéal), on doit rassembler ses pensées et se tenir mentalement devant la Face du Dieu omniprésent, en Lui offrant un culte respectueux de corps et d'esprit, avec un coeur contrit, dans une humble vénération. 

Après cela, vous devez suivre, sans pensées errantes, tout ce qui se passe - ce qui est chanté et lu dans l'église - tout jusques à la fin de l'office. C'est tout! De cette façon, nous ne vous ennuierons pas à l'église, regardant çà et là et commençant des conversations, et nous ne serons pas là, à souhaiter que l'office soit bientôt fini. Au lieu de cela, en passant d'un sentiment de prière à l'autre et d'une pensée respectueuse à l'autre, nous serons semblables à ceux qui, dans un jardin parfumé, se déplacent d'un groupe de fleurs à l'autre.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

mercredi 25 janvier 2017

Mercredi de la Trente-Deuxième Semaine après la Pentecôte


Pas de commentaire de saint Théophane ce jour!

SAINT THEOPHANE LE RECLUS

Même si la prière est habituelle pour nous, elle exige toujours une préparation. Qu'y a-t-il de plus fréquent pour ceux qui savent lire et écrire que de lire et d'écrireCependant, nous asseyant pour lire ou écrire, nous ne commençons pas immédiatement, mais nous nous calmons avant de commencer, au moins au point où nous pouvons lire ou écrire dans un état paisible. Ceci est d'autant plus vrai, pour la prière: la préparation pour le travail de la prière est nécessaire avant la prière, surtout quand ce que nous avons fait avant la prière est d'une nature totalement différente de la prière.
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

mardi 24 janvier 2017

Mardi de la Trente-Deuxième Semaine après la Pentecôte


Ephésiens 2: 19-3: 7; Marc 11: 11-23

Le Seigneur a enlevé sa bénédiction du figuier, qui était riche en feuilles, mais qui n'avait pas de fruit, et il a séché. C'est une leçon d'action. Le figuier représente des personnes qui en apparence sont propres, mais en essence ne sont pas dignes d'approbation. Qui sont ces gens? Ce sont ceux qui parlent avec éloquence de la foi, mais qui n'ont pas cette foi - ils ne tiennent les objets de la foi que dans l'intellect. Ce sont ceux dont le comportement extérieur est bon, mais leurs sentiments et leurs dispositions sont très-mauvais, et ils ne manifestent des œuvres convenables que pour cacher leur inconvenance aux gens; Dans la mesure du possible, ils ne font pas ces travaux. Par exemple, une telle personne donne l'aumône quand quelqu'un lui demande devant les gens, mais lui demander en privé et il vous réprimander. Il va à l'église prier Dieu, prie en vue de tout le monde, et prie à la maison aussi bien, afin de ne pas mettre la honte sur lui-même devant sa maison. Mais dès qu'il est seul, il ne fait même pas le signe de la croix sur son front. Il n'a aucune idée de se tourner vers Dieu avec l'esprit et le cœur. Prions pour que Dieu ne nous permette pas d'être comme ceux-ci. Car alors nous n'échapperons pas au jugement prononcé sur le figuier.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

lundi 23 janvier 2017

Lundi de la Trentième-Deuxième Semaine après la Pentecôte




Hébreux 8:7-13; Marc 10:46-52

L'aveugle de Jéricho éleva sa voix quand il apprit que le Seigneur passait. Sa plainte a atteint le Seigneur; rien de ce qui entourait le Seigneur ne pouvait empêcher qu'Il entende, et le Seigneur appela l'aveugle et lui redonna la vue. 

A chaque fois, et en tout lieu le Seigneur ne fait pas que passer seulement, mais Il est là, Il gouverne le monde entier. Selon la pensée humaine, cela signifie qu'Il a beaucoup de charges, de plus, une multitude d'anges L'entourent de doxologies. Mais si tu es en mesure d'élever ta voix comme l'aveugle de Jéricho, rien n'empêchera ta plainte d'atteindre le Seigneur, Il entendra et Il exaucera ta prière. Cela ne dépend pas du Seigneur, Il est Lui-même proche, et tout ce qui est nécessaire pour toi est déjà préparé en Lui, maintenant tout ce qui manque, c'est toi. 

Parviens à élever ta voix pour que t'entende le Seigneur, et tu recevras tout immédiatement. Quelle est donc cette mesure? La foi, l'espérance, la dévotion à la volonté de Dieu. Mais même ces mesures ont leurs propres mesures. Que devraient donc être ces mesures? Demande à celui qui a prié et reçu ce qu'il demandait, il te dira: "J'ai prié pour ceci et pour cela, et j'ai reçu en fonction de ma demande, maintenant j'ai besoin de cela, je prie et je ne l'ai pas reçu, et je sais pourquoi: parce que je ne peux pas en aucun cas monter à cette mesure de prière que j'avais plus tôt." Il s'avère qu'il est impossible de déterminer cette mesure avec une précision littérale... 

Une seule chose est certainement vraie, cela dépend de nous, et non du Seigneur. Dès que tu atteins le point où tu es susceptible d'être accepté, tu recevras sans aucun doute.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

St Theophan the Recluse

Thoughts for each Day of the Year

St Herman of Alaska,

Platina, CA

USA

2010

+

dimanche 22 janvier 2017

Dimanche après la Théophanie




+

Ephésiens 4:7-13; Matthieu 4:12-17


Hier, l'Apôtre armait le chrétien qui s'engage sur le chemin du salut avec l'armure spirituelle. Maintenant, il montre qui sont les dirigeants dans cette bataille, et quel est le brillant but final de toute notre inspiration dans les moments difficiles. Les dirigeants sont les pasteurs et les enseignants, que le Seigneur a donnés à l'Eglise, et par la bouche desquels Lui-même indique des instructions utiles pour tous, dès que l'on se tourne vers ces dirigeants avec foi et en faisant appel au Seigneur par la prière. 

Ceux qui cheminent généreusement sur la Voie du Seigneur, connaissent cette vérité, comme le font ceux qui, sans pitié pour eux-mêmes, mènent une lutte avec les ennemis du salut. Dans leurs pasteurs ils trouvent toujours de l'aide, et ils sont amenés à la compréhension, quand, de l'extérieur, cette aide ne pouvait pas être prévue. Car ils ne viennent pas vers hommes, mais vers le Seigneur, Qui est toujours prêt à diriger et à donner la compréhension par de tels hommes, à tous ceux qui sincèrement et avec foi cherchent une aide venant de Lui. 

Le brillant objectif final est la mesure de la stature de la plénitude du Christ-la stature d'homme parfait (Ephésiens 4:13). Nous savons tous ce qu'est un homme parfait dans l'ordre habituel des choses, et nous pourrions difficilement trouver une personne qui ne souhaite pas atteindre une telle perfection. Mais le sens d'homme parfait dans le Seigneur est une chose qui n'est connue d'aucunes autres personnes que celles qui ont atteint cette stature. 

Ceci, cependant, ne devrait pas refroidir la ferveur requise pour la réalisation d'une telle stature, mais au contraire cela devrait la susciter plus encore, car ce manque de connaissance est dû à la hauteur de cette perfection spirituelle qui est appelée stature virile dans une vie selon Dieu. 

L'Apôtre a défini ceci  comme l'atteinte de la plénitude des perfections révélées dans le Seigneur et Sauveur. Tout le monde peut voir qu'il y a une raison pour nous d'appliquer toute diligence (II Pierre 1:5) pour atteindre cette vocation qui est nôtre.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

samedi 21 janvier 2017

Samedi après la Théophanie



Ephésiens 6:10-17; Matthieu 4:1-11

L'Apôtre revêt les chrétiens de l'armure complète de Dieu. Il convient que cette leçon présente fasse suite à la leçon précédente. Car, si quelqu'un, répondant à l'appel de Dieu, a entrepris de commencer une nouvelle vie par la grâce de Dieu, fournissant pour sa part toute diligence (II Pierre 1:5), alors il ne faut pas s'attendre à se reposer sur ses lauriers, mais plutôt à lutter. 

Il a quitté le monde pour cela, le monde commence à l'opprimer. Il a été sauvé de la puissance du Diable, le Diable va courir après lui et poser des pièges devant lui, le jeter hors de la voie du bien et le traîner à nouveau dans son domaine. Il s'est lui-même renié, a nié l'égoïsme avec une horde complète de passions. Mais ce péché qui habite en nous ne va pas soudain renoncer à son existence libre et sans entraves, tandis que nous vivons dans le contentement de soi dans le plaisir, et chaque minute, il tentera, sous divers prétextes d'établir une fois de plus la routine de vie qui la remplissait et la nourrissait si richement jadis. 

Il y a trois ennemis, chacun avec des hordes innombrables, mais le commandant en chef est le Diable, tandis que ses plus proches aides sont les démons. Ils assurent le spectacle dans une vie pécheresse, ces adversaires d'une vie spirituelle. 

C'est pourquoi l'Apôtre arme le chrétien contre eux, comme s'il n'y avait pas du tout d'autres ennemis. Il dit: Nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes des ténèbres de ce monde, contre les esprits méchants dans les lieux célestes (Ephésiens 6:12). S'ils n'existaient pas, peut-être que les batailles n'existeraient pas non plus. De même, dès qu'ils sont repoussés et frappés, il suffit de rien pour repousser et vaincre les autres. 

Donc, que chacun de vous, voie où vous devez diriger vos flèches, ou du moins chercher à voir de quel côté vous avez particulièrement besoin de vous défendre. Puis, défendez-vous! L'Apôtre prescrit plusieurs armes, mais elles n'ont toutes le pouvoir que par le Seigneur. C'est pourquoi des combattants spirituels expérimentés nous ont transmis cette instruction: "Frappez l'Ennemi avec le Nom du Seigneur Jésus!"

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

vendredi 20 janvier 2017

Synaxe de saint Jean-Baptiste




Actes 19:1-8; Jean 1,29-34
Synaxe du Prodrome saint Jean-Baptiste

Saint Jean rendit ce témoignage de Jésus-Christ, qu'Il est, en vérité, l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde (Jean 1:29), qu'il est le libérateur promis, attendu par tous. Ceux qui étaient près de lui l'ont entendu et cru. Venant d'eux ce témoignage se transmit au peuple, et tout le monde a commencé à penser que Celui Auquel Jean rendit ce témoignage n'était pas un homme ordinaire. 

Le Sauveur a fait remarquer cela lorsque dans les derniers jours dans le temple, il a proposé aux chefs du temple une question: d'où venait le baptême de Jean, du ciel ou des hommes (cf. Marc 11:29)? Ils se sont abstenus de répondre, parce qu'il leur était impossible de ne pas voir que Jean n'était pas venu de lui-même baptiser d'eau. Mais s'ils avaient dis cela, ils auraient immédiatement dû reconnaître le témoignage de Jean que Celui Qui était Promis était devant eux, et donc être contraints de se soumettre à Son enseignement. 

Mais ils ne voulurent pas se soumettre, non pour des raisons bien fondées, mais uniquement en raison de leur préjudice. Mais leur obstination ne diminue pas le moins du monde la puissance du témoignage de saint Jean. À ce jour, c'est aussi certain que cela l'était au moment où ce témoignage sortait de sa bouche. Nous écoutons Jean, qui nous montre le vrai Libérateur, et par cela, nous vivifions notre foi, une foi qui a une preuve tangible derrière elle.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

jeudi 19 janvier 2017

Théophanie du Seigneur





Tite 2.11-14; 3:4-7; Matthieu 3:13-17

Le Baptême du Seigneur est appelée Théophanie [Dieu Révélé] parce qu'en Lui le seul vrai Dieu, adoré dans la Trinité, S'est révélé si manifestement: Dieu le Père par la voix du ciel, Dieu le Fils incarné, par Son baptême, et Dieu le Saint Esprit, par la descente sur les baptisés. 

Ici, le mystère de la relation entre les personnes de la Très Sainte Trinité est également révélé. Dieu le Saint-Esprit procède du Père et repose dans le Fils, mais ne procède pas du Fils. Là aussi se révèle le fait que l'économie Divine incarnée de notre salut est accomplie par Dieu le Fils incarné, coexistant avec l'Esprit Saint et Dieu le Père. 

Et il est révélé que le salut de chaque personne ne peut être accompli d'aucune autre manière que dans le Seigneur Jésus-Christ, par la grâce de l'Esprit Saint, selon la bonne volonté du Père. 

Tous les mystères chrétiens brillent ici avec leur lumière Divine et éclairent les esprits et les cœurs de ceux qui, avec foi célèbrent cette grande fête. Allons, empressons-nous mentalement En Haut et plongeons-nous dans la contemplation de ces mystères de notre salut, en chantant: "Seigneur, quand Tu fus baptisé dans le Jourdain, fut manifesté l'adoration de la Trinité", salut qui nous établit dans la Trinité, et nous sauve dans la Trinité.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

mercredi 18 janvier 2017

Mercredi de la Trente-et-Unième Semaine après la Pentecôte








II Timothée 4:5-8, Marc 1:1-8


Avant l'apparition du Seigneur au peuple, avant qu'il ne commence le travail de Divine économie* de notre salut, Saint Jean le Précurseur a été envoyé à préparer les gens à le recevoir. Cette préparation a consisté en un appel à la repentance. Depuis lors, la repentance est devenue le chemin vers le Seigneur et Sauveur, et le seuil de la foi en Lui. 

Le Sauveur Lui-même a commencé Sa prédication par les mots: Repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle (Marc 1:15). La repentance et la foi amènent une personne qui cherche le salut à faire des allers et retours entre ces deux états. Le repentir l'écrase sous le fardeau de ses péchés et lui fait peur avec le jugement impartial de la justice de Dieu. Mais la foi arrive et lui montre le Libérateur qui a ôté les péchés du monde. 

Celui qui se repent, il s'attache au Libérateur, et déposant le fardeau de ses péchés par la confession, cours joyeusement après lui sur la voie de Ses commandements. La foi de telle manière est née de la repentance et elle est fondée sur elle. Celui qui se repent tient fermement à la foi selon son sentiment de délivrance. La foi est vivante par la repentance. Sans la foi, la repentance serait comme un arbrisseau qui est sans courant vivifiant [pour l'irriguer]: fané et ne donnant pas de vie.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010



* Tout au long de ce livre, le mot russe, domostroitelstvo, sera traduit par "économie Divine", qui se réfère à l'intendance de Dieu, la supervision de notre salut, comme un intendant supervise un ménage. La quintessence de l'économie Divine de Dieu est l'incarnation du Christ et du salut par Lui.

mardi 17 janvier 2017

Mardi de la Trente-et-Unième Semaine après la Pentecôte




Luc 10:1-15


Y aura-t-il une semblable indulgence dans l'autre monde pour ceux qui n'acceptent pas le Seigneur comme Il a montré de l'indulgence envers ceux qui vivaient sur cette terre? Non. Envoyant les "septante" pour prêcher, le Seigneur leur avait ordonné, que, quand ils ne seraient pas reçus, ils disent à la croisée des chemins: Nous secouons contre vous la poussière même de votre ville qui s'est attachée à nos pieds; sachez cependant que le royaume de Dieu s'est approché. Autrement dit, nous n'avons besoin de rien venant de vous, ce n'est pas par intérêt que nous marchons et prêchons, mais pour la proclamation vers vous de la paix et du Royaume de Dieu. 

Si vous ne souhaitez pas recevoir ce bien, comme vous le voulez, nous continuerons [ailleurs]. Ainsi, cela fut-il ordonné pour ce temps, mais comment sera-ce à l'avenir? [...]au jour du jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins rigoureusement que cette ville-là. Par conséquent, il est inutile pour les incroyants d'espérer en l'indulgence du Seigneur.

Tandis qu'ils sont sur la terre ils ne font que ce qu'ils veulent, mais dès que la mort vient, toute la tempête de l'ire de Dieu viendra sur eux. C'est grand malheur d'être comme les incroyants! Ils n'ont même pas la joie sur terre, parce que sans Dieu et sans le Seigneur Jésus-Christ, Sauveur et Rédempteur, même ici, tout est triste et morne; ce qui adviendra alors est impossible à décrire en mots ou à imaginer. Il leur serait plus tolérable d'être détruits, mais même cela ne leur sera pas donné.
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophane the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

lundi 16 janvier 2017

Lundi de la Trente -etUnième semaine après la Pentecôte



Matthieu 10:16-22

Celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé. Et avons-nous quelque chose à endurer? De cela personne n'est privé. L'arène de l'endurance de chacun est vaste, c'est pourquoi notre salut est à portée de main. Supporte tout jusques à la fin et tu seras sauvé. Toutefois, tu dois supporter habilement, sinon tu ne pourras pas gagner quelque chose par ton endurance. Tout d'abord, garde la sainte foi et mène une vie irréprochable selon la foi; purifie-toi immédiatement de tous les péchés qui se produisent avec la repentance. Deuxièmement, accepte tout ce que vous dois endurer comme venant de la main de Dieu, te souvenant fermement que rien n'arrive sans la volonté de Dieu. Troisièmement, rends grâces à Dieu sincèrement pour tout, croyant que tout ce qui procède du Seigneur est envoyé par Lui vers le bien de nos âmes remercions-le des épreuves, et des consolations. Quatrièmement aime l'affliction, pour son mérite de salut et cultive une grande soif d'elle, comme une boisson qui, bien amère, apporte la guérison. Cinquièmement, garde dans tes pensées que quand un malheur est arrivé, tu ne peux pas le rejeter, comme des vêtements trop justes, tu dois le supporter. Que ce soit dans un sens chrétien, ou d'une manière non-chrétienne, tu dois le supporter néanmoins, il est donc préférable de le supporter d'une manière chrétienne. Se plaindre ne vous sauvera pas du malheur, mais le rendra seulement plus lourd, tandis que l'humble soumission à la Providence de Dieu et la bonne humeur allégeront le fardeau de malheurs. En sixième lieu, rends-toi compte que tu mérites même un plus grand malheur, rends-toi compte que si le Seigneur avait voulu te traiter comme tu le méritais à juste titre, serait un tel petit malheur serait-il vraiment suffisant? Septièmement,  prie surtout, et le Seigneur miséricordieux te donnera la force d'esprit. Avec une telle force, d'autres seront émerveillés par tes malheurs qui semblent n'être rien pour toi.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

dimanche 15 janvier 2017

Dimanche de la Trentième Semaine après la Pentecôte




II Timothée 4:5-8, Marc 1:1-8

Avant l'apparition du Seigneur au peuple, avant qu'il ne commence le travail de Divine économie* de notre salut, Saint Jean le Précurseur a été envoyé à préparer les gens à le recevoir. Cette préparation a consisté en un appel à la repentance. Depuis lors, la repentance est devenue le chemin vers le Seigneur et Sauveur, et le seuil de la foi en Lui. 


Le Sauveur lui-même a commencé Sa prédication par les mots: Repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle (Marc 1:15). La repentance et la foi amènent une personne qui cherche le salut à faire des allers et retours entre ces deux états. Le repentir l'écrase sous le fardeau de ses péchés et lui fait peur avec le jugement impartial de la justice de Dieu. Mais la foi arrive et lui montre le Libérateur qui a ôté les péchés du monde. 


Celui qui se repent, il s'attache au Libérateur, et déposant le fardeau de ses péchés par la confession, cours joyeusement après lui sur la voie de Ses commandements. La foi de telle manière est née de la repentance et elle est fondée sur elle. Celui qui se repent tient fermement à la foi selon son sentiment de délivrance. La foi est vivante par la repentance. Sans la foi, la repentance serait comme un arbrisseau qui est sans courant vivifiant [pour l'irriguer]: fané et ne donnant pas de vie.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

* Tout au long de ce livre, le mot russe, domostroitelstvo, sera traduit par "économie Divine", qui se réfère à l'intendance de Dieu, la supervision de notre salut, comme un intendant supervise un ménage. La quintessence de l'économie Divine de Dieu est l'incarnation du Christ et du salut par Lui.

samedi 14 janvier 2017

Circoncision du Seigneur


Colossiens 2:8-12 et Luc 2:20-21, 40-62


Puisque le Nouvel An est le début de l'époque de l'année, nous devons rassembler dans notre âme ces pensées, sentiments et dispositions qui dirigeront nos affaires tout au long de l'année d'une manière chrétienne. Nous trouverons ceci au moment où nous aurons à l'esprit ce que le Jour de l'An est dans la vie spirituelle. Dans la vie spirituelle, le Jour de l'An, c'est quand celui qui a vécu avec négligence devient zélé pour le salut et pour plaire à Dieu. Quand on prend cette résolution, alors tout est reconstruit à nouveau à la fois intérieurement et extérieurement, sur de nouveaux commencements, les anciens meurent et tout est nouveau. Si vous avez ce sentiment, renouvelez-le, sinon, acquerrez-le et pour vous ce sera le Jour de l'An.

Une célébration digne de la fête de la Circoncision du Seigneur et de la commémoration de Saint Basile le Grand y sont également liées. L'essence de ce changement dont nous avons parlé est que la personne commence à partir de ce moment à vivre uniquement pour Dieu, pour son salut; alors qu'auparavant elle vivait exclusivement pour elle-même, pour la préparation de la destruction d'elle-même. Maintenant, elle abandonne ses anciennes habitudes, tous les conforts et tous ce en quoi elle se plaisait, elle éradique les passions et les dispositions lascives et entreprend des œuvres de stricte abnégation. 

Un tel changement représente précisément ce que, selon l'Apôtre, la circoncision du cœur doit être. La célébration de la circoncision du Seigneur nous le rappelle et nous oblige à le faire, tandis que Saint-Basile le Grand nous fournit un exemple à suivre. Donc, tous les thèmes qui fourmille dans notre conscience le jour du Nouvel An se réunissent en un seul, notre renouveau intérieur à travers la circoncision du cœur. 

Si cela plaît au Seigneur de donner à quelqu'un cet état d'esprit au Jour de l'An, c'est-à-dire, non seulement de penser de telle manière, mais aussi d'incarner tout cela dans sa vie-il célèbrera le Jour de l'An de la manière chrétienne la plus parfaite , et se préparera à passer toute l'année en chrétien. Le Jour de l'An suivant Nouvel il lui suffira de renouveler et d'animer ce qu'il a maintenant entrepris.

I Timothée 3:14-4:5; Matthieu 3:1-11


La maison de Dieu, qui est l'Eglise du Dieu vivant, la colonne et le fondement de la vérité (I Tim. 3:15). Par conséquent, il n'est pas nécessaire pour nous de regarder çà et là pour chercher où est la vérité. Elle est proche. Soyez dans l'Eglise, contenez tout ce qu'elle contient, et vous serez dans la vérité. Vous possèderez la vérité et vivrez par elle et en elle, et vous déborderez de vraie vie. 

La vérité n'existe pas en dehors de l'Eglise orthodoxe. Elle est le seul tuteur fidèle de tout ce qui a été ordonné par le Seigneur par les saints Apôtres, et elle est donc la véritable Eglise apostolique. Certains ont perdu l'Eglise apostolique, mais puisque leur conscience chrétienne leur dit que seule une Eglise apostolique peut vraiment préserver et montrer la vérité, ils ont décidé de faire une telle église, et ils l'ont faite, et ils l'ont appelé de ce nom. Ils pouvaient appeler cela l'Eglise apostolique, mais ils ne pouvaient pas transmettre lui l'essence de ce qu'elle devait être. Car l'Église apostolique a été créée en fonction de la bonne volonté du Père par le Seigneur et Sauveur, et par la grâce de l'Esprit Saint, par l'intermédiaire des Apôtres. 

Une telle église ne peut pas être créée par des gens. Ceux qui pensent qu'ils peuvent créer une telle église sont comme des enfants jouant avec des poupées. S'il n'y a pas de véritable Eglise apostolique sur la terre, il n'y a pas besoin de gaspiller l'effort de création pour cela. 

Mais grâces soient rendues au Seigneur, Il n'a pas permis aux portes de l'enfer de prévaloir sur la Sainte Eglise apostolique. Elle existe et restera, selon Sa promesse, jusques à la fin du monde. Cette église est notre Église orthodoxe. Gloire à Dieu!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

jeudi 12 janvier 2017

Jeudi de la trentième Semaine après la Pentecôte





Hébreux 10:35-11:7, Marc 11:27-33

Le Sauveur prouve qu'il a été envoyé du Ciel à travers le témoignage de Jean le Précurseur. Ils étaient silencieux, car il n'y avait rien à dire de contraire, mais ils ne crurent pas. Une autre fois, Il a prouvé la même chose par Ses actes, et ils ont pensé d'une manière déformée encore: [Il chasse les démons] par le prince des démons (Mt 9:34, 3:22 Mc.). Mais quand cette torsion a été prouvée tout à fait inappropriée, ils se turent à nouveau, mais néanmoins, ils ne crurent pas. 

Ainsi les incroyants ne croient pas, peu importe ce que vous dites, et comment vous prouvez de façon convaincante la vérité. Ils ne peuvent rien dire de contraire, alors que pourtant ils ne croient pas. On pourrait dire que leur esprit est paralysé, car ils raisonnent cependant de manière sensée à propos d'autres choses. 

Ce n'est que lorsque la question touche à la foi, qu'ils se troublent dans leurs concepts et leurs mots. Ils deviennent confus, quand ils présentent leurs perspectives en tant que substitut des principes de la foi donnée par Dieu. Là, leurs doutes soulèvent un tel obstacle que c'est comme une falaise abrupte. Si vous écoutez leur théorie jusques à la fin, vous verrez qu'un enfant peut comprendre que c'est une toile d'araignée, mais ils ne le voient pas.

Ô aveuglement incompréhensible! On peut expliquer l'obstination des infidèles comme ne voulant pas croire, mais d'où cela vient-il? D'où vient ce pouvoir qui fait qu'un homme sensé s'accroche consciemment  à une forme illogique de pensée? Ce sont les ténèbres. Cela ne vient-il pas du père des ténèbres?

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, 
CA
USA
2010+

mercredi 11 janvier 2017

Mercredi de la Trentième Semaine après la Pentecôte






Hébreux 10:1-18; Marc 1:23-28


Le démon loue le Sauveur, mais le Sauveur lui dit: Tais-toi, et sors de lui. Les démons ne disent jamais rien ou ne font rien avec un bon objectif, ils ont toujours quelque chose de mal dans l'esprit. Il en était ainsi ici. Le Seigneur, ne n'exposant pas leurs desseins rusés, en a décidé d'une parole: tais-toi et sors. Il ne voulait pas converser longtemps avec un esprit mauvais. Voici une leçon pour nous. Une personne parvient à faire très peu de quelque chose de bien avant qu'un démon ne soit assis à proximité et ne commence trompetter dans ses oreilles: "Tu es ceci et cela" N'écoute pas et n'entre pas en conversation avec ce flatteur, mais dis immédiatement de but en blanc: "Tais-toi et sors", et efface ses traces avec des soupirs et des auto-reproches, puis encense l'endroit où il se trouvait avec la prière de contrition. Il veut donner lieu à des opinions personnelles et à l'estime de soi, et attiser l'auto-louange et la vaine gloire à partir d'elles. Ces pensées et sentiments sont dans la vie spirituelle comme des voleurs dans la vie quotidienne. Comme des voleurs qui entrent dans une maison pour voler de les biens, de même ces démons, qui prennent racine dans une âme, détruisent tout ce qui est bon dans cette âme et le jettent au loin, de sorte qu'il ne reste rien que le Seigneur puisse louer plus tard.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+