"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 29 décembre 2019

Vingt-Huitème Dimanche après la Pentecôte




Colossiens 3:12-16; Luc 18:18-27

Les Saints Ancêtres sont vraiment grands. Si l'on devait généraliser la pensée qui définit leur grandeur, seuls ceux qui accomplissent la volonté de Dieu pour la race humaine, avec une volonté positive, sont vraiment grands, car il y a beaucoup de choses qui ne se produisent que par la permission de Dieu. Il y a aussi des personnages puissants qui agissent en dehors de la volonté de Dieu et même contre elle. Ceux-là aussi peuvent sembler grands, mais pas en eux-mêmes, uniquement en fonction de des actions contraires que la Providence de Dieu met en avant afin d'effacer le mal causé par eux. Nous savons la volonté directe de Dieu sur le salut éternel, mais les plans de Dieu concernant le séjour temporel des personnes sur la terre nous sont cachés. C'est pourquoi il est difficile pour nous de déterminer qui agit plus droitement, ou plus exactement selon la volonté de Dieu. On ne peut que reconnaître l'un des critères négatifs comme vrai: Celui qui agit contre la volonté de Dieu pour le salut éternel des êtres ne peut pas être considéré comme grand, peu importe combien ostentatoires sont ses actes, car il est évident qu'il va à l'encontre de la volonté manifeste de Dieu. Bien que cela ne concerne pas les choses temporelles, mais plutôt les choses éternelles, il est indubitable que la volonté de Dieu ne peut pas se contredire.


Col 1:12-18; Luc 14,16-24

Beaucoup sont appelés, mais peu sont élus (Mat. 22:14). Tous les chrétiens sont appelés; élus sont les chrétiens qui croient et vivent d'une manière chrétienne. Dans les temps du christianisme, la prédication appelait à la foi, nous sommes appelés par notre naissance de chrétiens et notre éducation parmi les chrétiens. Et gloire à Dieu! Nous avons franchi la moitié du chemin, qui est, d'entrer dans le christianisme et d'enraciner ses principes dans notre coeur dès notre enfance même, sans aucun labeur. 

Il semblerait que notre foi devrait être d'autant plus forte, et notre vie de tous les plus correcte dans l'ensemble du temps qui suit. Il en était ainsi, mais à partir d'un certain moment cela a commencé à être différent. Les principes non chrétiens sont autorisés dans nos écoles ce qui gâte nos jeunes gens, et des coutumes non chrétiennes sont entrées dans la société, ce qui les corrompt après avoir quitté l'école. 


Si, selon la parole de Dieu il y a toujours eu seulement un petit nombre d'élus, il n'est pas surprenant qu'à notre époque il y en ait encore moins, tel est l'esprit de l'époque antichrétienne! Qu'arrivera-t-il ensuite? Si notre manière d'éducation et les coutumes sociales ne sont pas modifiées, le vrai christianisme va affaiblir de plus en plus, et à la fin il disparaîtra entièrement, seul le nom de chrétien restera, mais l'esprit du christianisme ne sera pas là. L'esprit du monde remplira tout. Que doit-on faire? Prier...
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,

2010

samedi 28 décembre 2019

Samedi de la Vingt-Huitième Semaine après la Pentecôte




Hébreux 5:1-8; Luc 14:1-11


Lorsque vous êtes conviés quelque part, ne siègez pas à la place la plus haute. En résumé: toujours et partout, cherchez la place la plus humble. Dans cette règle simple est brièvement exprimée toute la riche substance de l'humilité. Prenez cette règle, asseyez-vous et examinez tous les cas possibles dans votre vie [où elle peut s'appliquer] et choisissez à l'avance la plus humble place dans chacun d'eux. Ce sera la pratique de l'humilité, qui va progressivement passer d'actes extérieurs à l'intérieur, et y formera là un sédiment d'humilité comme fondation. 
Le temps fera croître cette graine au sein de cette pratique, et l'humilité comblera enfin toute votre âme et tout votre corps, et toutes les affaires extérieures. 


Que va-t-il se passer? La grandeur morale brillera sur votre front et attirera le respect universel et ces paroles seront accomplies en vous: Quiconque s'exalte lui-même sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera exalté. Toutefois, n'ayez pas    ceci comme intention, tout en pratiquant l'humilité, mais plutôt l'humilité elle-même. En soi, elle apporte une bonne disposition bénie à l'âme. Lorsque vient l'humilité tous les troubles intérieurs cessent et toutes les adversités extérieures ne produisent plus d'impressions surprenantes. 


Tout comme une vague qui ne rencontre aucun obstacle se déverse dans une mer sans limites, sans bruit ni fracas, ainsi les afflictions extérieures et intérieures ne nuisent pas à une âme humble, mais sont portées comme à la surface, sans laisser de trace. C'est, pour ainsi dire, l'avantage dans ce monde, d'une personne humble. Quelle lumière d'en Haut l'éclaire, quelles consolations sont envoyées, quelle ampleur d'action libre est révélée! En vérité, l'humilité ne contient tout cela...


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophane the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

dimanche 8 décembre 2019

Pas de commentaire de l'Ecriture ce jour!


Enseignement de saint Théophane Le Reclus



Je vais vous apprendre quel genre de vertus devrait entourer votre prière, ou quelle sorte de vie vertueuse de prière un chrétien devrait planter en lui-même, non pas selon mes propres mots, mais dans les paroles du saint hiérarque Dimitri de Rostov, qui énumère brièvement ces choses dans les instructions suivantes :

1. Quand tu te réveilles, que ta première pensée soit pour Dieu, que ta première parole soit une prière à Dieu ton Créateur et le gardien de ta vie, Qui est toujours en mesure de donner la vie ou de la détruire, Qui peut frapper avec la maladie et guérir, et Qui peut sauver ou détruire.

2. Incline-toi et remercie Dieu Qui t'a réveillé de ton sommeil, et Qui n'a pas permis que tu périsses dans tes péchés, mais Qui avec patience a attendu ton repentir.

3. Faire un bon départ pour de meilleures choses, en disant avec le psalmiste: «J'ai dit, maintenant, j'ai fait un premier pas" (Psaumes 76.11) Car personne ne termine son chemin au Ciel, sauf celui qui fait un bon début tous les jours.

4. Dès le matin prie comme les Séraphim, agir comme les chérubinm, et sois entouré d'anges.

5. Ne perds pas plus longtemps de temps. Ne fais que les choses qui sont nécessaires.

6. Dans tous les actes et les paroles, garde ton esprit en Dieu, n'inscris pas autre chose dans ton esprit à l'exception du Christ, et ne laisse aucune image toucher ton cœur pur, sauf l'image pure du Christ notre Dieu et Sauveur.

7. Réveille-toi à l'amour de Dieu en toutes choses, chaque fois que tu es en mesure de le faire, en particulier dis avec le Psalmiste: "Dans ma méditation un feu a été allumé" (Psaume 38,4).

8. Tu désires aimer Dieu,dont tu vois toujours la visitation et que tu contemples avec les yeux intérieurs, détourne-toi donc de toutes les mauvaises actions, paroles et pensées. Fais, dis et pense toute chose honorablement, humblement, et avec la crainte d'un fils.

9. Que la douceur avec la louange et l'humilité soient ensemble avec l'honneur.

10. Que tes paroles soient calmes, humbles, honorables et utiles. Que le silence décide des paroles que tu dis. Dès maintenant, ne laisse-pas un motvain ou ordurier échapper à tes lèvres.

11. Si quelque chose de drôle arrive, permets-toi seulement un sourire, et encore, pas souvent.

12. Tu tomberas dans la prodigalité par la colère, l'ire, et la querelle: sois modéré dans ta colère.

13.Respecte toujours la modération dans la nourriture et la boisson.

14. Sois humble en toutes choses, et Dieu te bénira, et les gens te loueront.

15. Il te faut prier au sujet de ta mort, qui est la fin de toutes choses.

Voyez ce genre de vie merveilleuse qui est enseigné au chrétien qui prie. Il est vrai qu'ailleurs nous avons parlé plus longuement de la prière, qui consiste à se tourner mentalement et avec un cœur sincère vers Dieu, mais dans un autre lieu, d'autres vertus ont été mentionnées, et pourtant si elles ne sont pas toutes ensemble, il est impossible de prendre pied dans la prière. 

Que chacun fasse un effort dans la connaissance: [il faut] se tenir en prière et s'exercer selon ton instruction. Comment pouvez-vous supporter de prier si vous êtes accablés par l'intempérance, ou emportés par la colère, ou si vous ne restez pas dans la paix, ou si vous êtes distraits par le travail et le manque d'attention et ainsi de suite? Si nous voulons éviter ces choses, alors nous devons tenter d'atteindre le contraire: c'est-à-dire la vertu. Pour cette raison, saint Jean Climaque parle de la prière, en disant que c'est la mère et la fille des vertus.

En entendant cela, certains pourraient dire, " Quelles grandes exigences! Quel lourd fardeau! Où puis-je jamais trouver le temps et la force?" Mais soyez forts, mes frères! Très peu est nécessaire, et il faut seulement entreprendre une chose: le zèle pour Dieu et le salut en Lui dans votre âme. Par sa nature, l'âme a beaucoup de bien en elle, et elle est seulement mal dirigée vers toutes les choses mauvaises. 

Dès que le zèle pour le salut et le fait d'être agréable à Dieu sont nés dans l'âme, toute la bonté s'assemble autour de ce zèle, et immédiatement une grande quantité de bien apparaît dans l'âme. Puis le zèle, fortifié par la grâce de Dieu, avec l'aide de ce bon départ, commence à trouver plus de bonté, et s'enrichit avec elle, et tout commence à se développer par degrés. Le zèle a déjà lui-même les débuts de la prière. Il est alimenté d'abord par la vertu naturelle, et commence alors à se nourrir des œuvres de vertu qu'il engendre, et se développe et devient fort, et fleurit et se met à chanter et louer Dieu avec une chant harmonieux et empli de prière dans le cœur.

Que le Seigneur vous aide à réussir dans ce domaine. Amen.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après