"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 6 décembre 2015

Vingt-Septième Dimanche après la Pentecôte



Ephésiens 5: 9-19; Luc 12: 16-21


    Après avoir parlé de la parabole de l'homme qui devint riche et qui avait envisagé de seulement manger, boire et s'amuser, et pour cela avait été frappé par la mort, ne restant pas en vie pour ces plaisirs supposés, le Seigneur a conclu: il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et n'est pas riche pour Dieu. "Il en est ainsi", c'est-à-dire,  ceci arrive, ou bien un tel sort afflige à la fois l'un et l'autre. Ceux qui deviennent riches et oublient Dieu ne pensent qu'aux plaisirs de la chair. 

Que ceux qui veulent éviter ce sort amer "thésaurisent non pas pour eux-mêmes, mais soient riches pour Dieu seulement." Puisque les richesses viennent de Dieu, alors consacrez-les à Dieu quand elles coulent en abondance, et de saintes richesses en découleront. 

Partagez tout le surplus avec les nécessiteux: ce sera comme un retour à Dieu de ce qui a été donné par Dieu. Celui qui donne à une personne pauvre donne à Dieu. 

Epuisant apparemment ses richesses, une telle personne devient vraiment riche, riche par de bonnes actions, riche pour Dieu. En Lui étant agréable, elle devient riche en Dieu, et en attirant Sa bonne volonté, elle devient riche de Dieu, Qui fait qu'à celui qui est fidèle en peu de chose, Il confiera beaucoup. 

Elle devient riche pour Dieu, et non pour elle-même, car elle ne se considère pas comme maître de la maison, mais seulement comme un intendant et un comptable, dont tout le soin consiste à satisfaire tous ceux qui viennent à elle dans le besoin. Mais elle a crainte de dépenser quoi que ce soit pour elle-même en particulier, considérant qu'il s'agirait d'une mauvaise utilisation des biens qui lui sont confiés.



Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

jeudi 1 octobre 2015

Jeudi de la Dix-Huitième Semaine après la Pentecôte




II Corinthiens 4:1-6; Matthieu 24:13-28


Mais celui qui persévérera jusques à la fin, celui-là sera sauvé. Cependant, ce ne sont pas tous ceux qui persévèreront qui seront sauvés, mais ceux qui persévèreront sur la voie du Seigneur. Cette vie nous est donnée pour cette raison-persévérer, tout le monde persévère en quelque chose, même jusques à la fin. Mais la persévérance ne conduit pas à en bénéficier, si ce n'est pas pour l'amour du Seigneur et de Son saint Evangile. marchez sur le chemin de la foi et des commandements évangéliques; les occasions de persévérer vont se multiplier, mais à partir de ce moment, la persévérance va commencer à produire des couronnes. 

Cette persévérance, qui auparavant était vide, sera fructueuse. Avec quel aveuglement l'Ennemi nous entoure, pour que seule la persévérance qui est rencontrée sur le chemin du bien semble lourde et insupportable, mais ce qu'il inflige à ceux qui servent les passions semble léger et libre, bien que ce soit effectivement plus lourd et plus sombre que ce que les gens supportent aux prises avec les passions, et en s'opposant à l'Ennemi! Mais nous sommes aveugles, et ne voyons pas cela... Nous travaillons, persévérons, et nous épuisons jusques au point de rupture pour l'amour de l'Ennemi, et pour notre propre perdition.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

mercredi 30 septembre 2015

Mercredi de la Dix-Huitième semaine après la Pentecôte



II Corinthiens 3:4-11; Matthieu 23:29-39

Combien de grâces que le Seigneur révéla à Jérusalem, (c'est-à-dire aux Judéens). Et, à la fin, il était encore obligé de dire:Voici, votre maison vous sera laissée déserte. Il est bien connu de tous ce que les conséquences de cela ont été: les Juifs à ce jour sont sans abri. Une chose semblable ne se produit-elle pas avec l'âme? Le Seigneur prend soin d'elle et lui donne la compréhension dans tous les sens; une âme obéissante procède sur la voie indiquée, mais une âme désobéissante reste en opposition à l'appel de Dieu. Mais le Seigneur n'abandonne pas même cette âme, et Il utilise tous les moyens de la ramener à la raison. Si l'entêtement augmente l'influence de Dieu s'accroît. Mais il est une mesure à tout. Une âme s'endurcit, et le Seigneur, voyant que déjà il n'y a rien de plus qui puisse être fait avec cette âme, Il la laisse dans les mains de sa propre chute, et elle périt, comme Pharaon. Que celui qui est assailli par les passions apprenne la leçon de ceci, qui est qu'il ne peut continuer indéfiniment sans se livrer lui-même à la punition. N'est-il pas temps d'abandonner ces passions, et pas seulement de se les refuser à l'occasion, mais de s'en détourner de manière décisive? En effet, personne ne peut dire quand il va franchir la limite. Peut-être que la fin de la patience de Dieu est toute proche.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

mardi 29 septembre 2015

Mardi de la Dix-Huitième Semaine après la Pentecôte




II Corinthiens 2:14-3:03; Matthieu 23:23-28

Nettoie l'intérieur de sorte que l'extérieur soit propre. Notre comportement extérieur dans la société est presque toujours correct -on craint le jugement des gens et on se retient. Si extérieurement nous nous adonnons plus aux vices, c'est déjà une affaire plus grave; cela signifie que toute honte est abandonnée. Mais quand le comportement visible est bon, la teneur intérieure des pensées et des sentiments n'est pas toujours appropriée. Ici le contentement de soi se donne une liberté totale qui est extérieurement conforme à ce que l'œil humain peut supporter et aussi loin qu'il peut cacher ses actes à la vue des hommes. C'est précisément un sépulcre blanchi. 

Par ailleurs, l'impureté intérieure rend ce qui est à l'extérieur impur. Purifie-toi intérieurement, et alors l'extérieur deviendra propre, et tu seras totalement propre, et tu deviendras un vase qui est adapté à tous les bons usages du maître. 

Il faut se demander de quelle manière l'intérieur reste négligé, car en effet, personne ne veut la perdition. En vérité, l'Ennemi conserve une telle âme dans une cécité [dit-il] qu'il n'y a pas de problème tant que il n'y a pas de péchés évidents, ou bien il enseigne à l'âme de remettre cette chose importante jusques au lendemain. 

"Demain, nous travaillerons sérieusement sur nous-mêmes, comme on doit le faire, mais maintenant que mon âme prenne du plaisir dans les pensées et les rêves passionnés, si ce n'est dans les actes." Soyons sur nos gardes pour que nous puissions ne pas vieillir dans un tel état ​​d'esprit, de sorte que la correction ne deviendra pas pour nous possible, comme l'enseignement de choses nouvelles à un vieil homme.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, 
CA
USA
2010
+

vendredi 21 août 2015

Pas de commentaire



La Transfiguration du Seigneur tombait cette année-là un vendredi lorsque Saint Théophane fit ses commentaires.

samedi 4 juillet 2015

Deuxième dimanche après la Pentecôte



Romains 2:10-16; Matthieu 4:18-23

Le Seigneur appela Pierre et André, et immédiatement, laissant tout, ils Le suivirent. Il appela Jacques et Jean, et ils ont aussi immédiatement tout laissé et ont suivi le Seigneur. Pourquoi L'ont-ils suivi si rapidement et si volontairement? Parce qu'ils ont vu quelque chose de meilleur. Telle est la loi que nous avons dans notre âme, une fois qu'elle a goûté et connu ce qui est meilleur, elle est repoussée par ce qui est pire et elle l'abandonne. 
Voici que s'accomplit la même chose que le Seigneur a décrit plus tard dans Sa parabole sur le trésor caché dans un champ, et sur ​​la perle de grand prix. Le trésor et la perle sont la foi dans le Seigneur et la communion avec Lui, selon la force de la foi. Nous avons déjà été déclarés possesseurs de ceci par le baptême. Pourquoi donnons-nous si peu de valeur à ce trésor, et de ce fait, pourquoi l'échangeons-nous pour l'insignifiance stérile? Parce que nous n'avons pas été éduqués pour cultiver le goût de ce trésor, et il devient étranger à notre cœur. Notre cœur ne connaît pas cette chose meilleure. Il sait seulement qu'il y a du mauvais, du très mauvais, et du point si mauvais, et il base ses perspectives sur cette évaluation. Voilà la raison pour laquelle le Seigneur en appelle certains et ils viennent, mais nous les élus, nous fuyons devant Lui.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

dimanche 15 février 2015

L'hypapante du Seigneur/ DImanche du Carnaval



Jude 1:1-10 et Luc 22:39-42, 45-23:1
Fête de l'hypapante


L'hypapante du Seigneur. Lors de cette rencontre, le Seigneur est entouré d'un côté par Siméon (Justice qui attend le salut, mais non Justice lui-même), et  Anne (une vie de jeûne strict et de prière, rendue vivante par la foi) et de l'autre côté par la pureté substantielle, compréhensive et inébranlable de la Vierge Mère de Dieu, et par l'humble et silencieuse soumission et dévouement à la volonté de Dieu de Joseph le Fiancé. 
Transférez toutes ces attitudes spirituelles en votre cœur et vous rencontrerez le Seigneur; non pas apporté jusques à vous, mais venant vers vous Lui-même. Vous le prendrez dans les bras de votre cœur, et vous chanterez une hymne qui traversera les cieux et réjouira tous les anges et les saints.


Dimanche du Carnaval


I Corinthiens 8:8–9:2; Matthieu 25:31–46


Le grand Jugement (Jugement Dernier)! Le Juge vient dans les nuages, entouré d'une multitude innombrable de puissances célestes incorporelles. Les trompettes résonnent à toutes les extrémités de la terre et relèvent les morts. Les régiments de ressuscités affluent dans l'endroit déterminé, vers le trône du Juge, ayant déjà un pressentiment du verdict qui se fera entendre à leurs oreilles, car les actes de tous seront écrits sur le front de leur nature, et leur aspect-même correspondra à leurs actes et à leur morale. La division de ceux à Sa droite et de ceux à Sa gauche se fera d'elle-même.

Enfin, tout a été déterminé. Un profond silence tombe. Encore un peu de temps. et le verdict décisif du Juge est entendu: pour certains, "Venez", pour les autres, "Partez." 
"Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous! Que Ta miséricorde, ô Seigneur, soit sur nous!" diront-ils, mais il sera déjà trop tard pour plaider. 
Nous devons maintenant prendre la peine de laver les marques défavorables écrites sur notre nature. Alors, au Jugement, nous serions prêts à verser des rivières de larmes pour nous en laver, mais cela ne servirait à rien. Pleurons donc maintenant, sinon des rivières de larmes, du moins des flots de larmes, sinon des flots, alors au moins quelques pleurs. Si nous n'en trouvons pas même aussi peu, devenons contrits de cœur, et confessons nos péchés au Seigneur, Le suppliant de pardonner, et promettant de ne plus L'offenser, par la violation de Ses commandements. Puis, soyons zélés pour accomplir fidèlement cette promesse.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010

vendredi 13 février 2015

Vendredi de la Semaine après le Fils Prodigue





II Jean 1:1-13, Marc 15:22-25, 33-41


    Saint Jean le Théologien écrit, plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus-Christ est venu dans la chair (II Jean 1:7). Il en était ainsi en son temps, alors que maintenant les séducteurs entrent dans le monde, qui confessent que Jésus-Christ est venu dans la chair, mais qui, néanmoins, sont des "imposteurs et des antichrists" (cf. II Jean 1:7). Ceci a plus ouvertement commencé à l'époque d'Arias et continue jusques à ce jour. Toutefois, les séducteurs anciens trébuchaient plus sur le dogme de la personne de Jésus-Christ notre Sauveur, alors que depuis l'époque de Luther, ils ont commencé à trébucher dans l'enseignement au sujet du salut en Lui.
 Combien de ces "enseignants" y a-t-il eu? Ces "séducteurs et antichrists" ont paru parmi nous, disent "croyez et c'est assez";  rien de plus n'est nécessaire nil'Eglise, ni les sacrements, ni le sacerdoce. Eux aussi commencent leur déception en commençant par le Christ Seigneur et le salut en Lui. Mais comme ils ne les interprètent pas correctement, ce sont des antichrists, et ils sont sujets à la condamnation. Méfiez-vous d'eux. Quiconque transgresse, et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n'a point Dieu (II Jean 1:9). Ces gens ne L'ont pas, parce qu'ils n'ont pas la doctrine du Christ. Cette doctrine est dans l'Église, et ils se sont séparés de l'Église. Seuls ceux qui suivent l'Église ont la doctrine du Christ et demeurent en elle. Ils ont donc à la fois le Christ, le Fils de Dieu, et Dieu le Père. Mais les autres ne l'ont pas, mais ils n'arrêtent pas de dire qu'ils L'ont. Ne les recevez pas, ni leur souhaitez pas bon voyage (cf. II Jean 1:10).

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

jeudi 12 février 2015

Jeudi de la Semaine après le Fils Prodigue



I Jean 4:20-5:21, Marc 15:1-15

Et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi (I Jean 5:4), la foi chrétienne. Vaincre le monde, qu'est-ce que cela signifie? Non pas exterminer tous ceux qui aiment le monde, ou anéantir et détruire tout ce qui est aimé par le monde. Cela signifie plutôt que tout en vivant parmi ceux qui aiment le monde et se meuvent parmi les usages appréciés du monde, nous vivons et sommes étrangers à tout et tous. 
Dès que vous avez rejeté le monde et tout ce qui est du monde, vous avez par cette action-même vaincu le monde. Mais qui vous apprend à rejeter le monde et qui vous donne la force pour cela? Notre foi [orthodoxe] donne la force. 
Elle révèle la puissance destructrice des illusions du monde, et inspire le désir de se libérer de leurs filets. Puis, quand quelqu'un décide de briser ces liens, se repent et approche les Mystères de renouvellement (le baptême ou le repentir), la foi lui permet de sentir mystiquement la douceur d'une vie opposée au monde,  douceur avec laquelle tous les plaisirs du monde ne peuvent en aucune façon être comparés. 
En conséquence, un dégoût pour tout ce qui est du monde demeure dans le cœur, ce qui en fait vainc le monde. Mais dans cette action mystique, à la suite de laquelle le dégoût pour le monde est né, le pouvoir de demeurer résolument dans ce dégoût et dans l'aliénation du monde est également accordé, et c'est une victoire décisive et durable.



Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010

mercredi 11 février 2015

Mercredi de la Semaine après le Fils Prodigue

I Jean 3:21-4:6; Marc 14:43-15:1


Si l'aide est nécessaire, demandez. " J'ai demandé", dites-vous, "et elle n'a pas été donnée." Mais alors, comment est-elle accordée à d'autres? Avec le Seigneur, il n'y a pas d'acception de personnes; [il n'est pas question de] donner à l'un, et ne pas donner à un autre sans raison aucune. Il est prêt à donner à tous, car Il aime à donner. S'Il ne donne pas à quelqu'un, la raison n'est pas en Lui, mais dans celui qui demande de l'aide. 
Parmi ces raisons peuvent en être certaines que nous ne pouvons pas même deviner. Mais il existe des raisons connues, visibles de tous. Une de ces raisons (et n'est-ce pas la raison principale?) saint Jean fait remarquer qu'il s'agit de l'absence d'assurance, et l'absence d'assurance vient de la condamnation du cœur ou de la conscience. Bien-aimés, dit-il, si notre coeur ne nous condamne pas, alors nous avons de l'assurance devant Dieu. Et quoi que nous demandions, nous le recevons de Lui, parce que nous gardons Ses commandements, et faisons ces choses qui sont agréables à Ses yeux (I Jean 3:21). 
Il n'y a plus rien à ajouter à ces paroles. Tout est parfaitement clair. Quel maître aidera un serviteur infidèle, un prodigue et un débauché? Le Seigneur nous tolèrera-t-Il quand quand nous ne voulons pas lui être agréables et accomplir Ses commandements, et si nous commençons à prier uniquement quand un besoin extrême surgit?!


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010

mardi 10 février 2015

Mardi de la Semaine après le Fils Prodigue



I Jean 3:11-20, Marc 14:10-42


Saint-Pierre a insisté avec tant d'enthousiasme en disant qu'il ne rejetterait pas le Seigneur; mais quand le moment fut venu, il le renia, et pas moins de trois fois. Telle est notre faiblesse! 
Ne comptez pas sur vous-mêmes, et quand vous entrez au milieu des ennemis, placez tout votre espoir de les vaincre dans le Seigneur. C'est pour cette raison qu'une telle chute fut permise pour une telle personne d'importance, afin que par la suite, personne n'ose de son propre chef faire quelque chose de bien ou vaincre un ennemi, qu'il soit intérieur ou extérieur. Il faut espérer dans le Seigneur, mais ne pas cesser d'agir. L'aide du Seigneur se joint à nos efforts, et les rend ainsi puissants. 
Si ces efforts ne sont pas présents, l'aide de Dieu, n'a pas où descendre, et elle ne descendra pas. Mais encore une fois, si vous êtes remplis de confiance en vous, et que, par conséquent vous n'avez pas besoin d'aide, et ne cherchez pas d'aide, de nouveau l'aide de Dieu ne descendra pas. 
Comment descendra-t-elle quand elle est jugée inutile?! Dans ce cas, il n'y a rien qui puisse la recevoir non plus. Elle est reçue par le cœur. Le cœur s'ouvre pour la recevoir par un sentiment de besoin. Donc, la première chose [les efforts] et la seconde [l'aide] sont nécessaires. Dites, " ô Dieu, viens à mon aide!" Mais ne restez pas inactifs.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010

lundi 9 février 2015

Lundi de la Semaine après le Fils Prodigue




1 Jean  2:18-3:10/ Marc 11:1-11

Hier, la parabole du Fils Prodigue nous a invités à revenir de la débauche sur la bonne voie. Maintenant l'apôtre saint Jean nous invite à le faire, certifiant que si nous faisons cela, alors quand apparaîtra le Seigneur, nous serons semblables à Lui. 
Que peut-on comparer à une telle dignité! Je pense qu'en entendant cela, tu seras empli du désir d'atteindre cela toi-même. 
C'est une chose bonne et nécessaire! Ne tarde pas à entreprendre ce grâce à quoi cet objectif est atteint. Lis la suite: "Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme Lui-même est pur." Y a-t-il en toi quelque chose qui ait besoin d'être purifié? Bien sûr! et ce n'est pas une petite chose. Dépêche-toi, car au lieu où se tient le Seigneur, rien de souillé n'entrera. Mais ne sois pas retenu par la difficulté de l'affaire. Le Seigneur Lui-même sera ton aide en tout. Désire cela simplement de tout cœur, et tourne-toi vers vers Son aide si nécessaire. Sa puissance pleine de grâce s'adjoindra à ton effort, et les choses iront bien et avec succès. Comme il n'est pas de péché qui puisse vaincre la miséricorde de Dieu, de même, il n'y a pas de souillure morale qui puisse résister à la puissance emplie de grâce qui la consume. Qu'il y ait seulement de ta part un refus de cette impureté, un effort sérieux de rejet de celle-ci, et ton recours au Seigneur dans la foi.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

lundi 19 janvier 2015

Vie de saint Théophane le Reclus





Saint Théophane le Reclus (Fêté le 6/19 janvier )


Saint Théophane le Reclus est né le 10 Janvier 1815, au cœur de la Russie. Son père était prêtre et, par conséquent, dès les premières impressions de sa jeunesse, il vécut avec l'Église. Les conditions difficiles et même sévères du Séminaire d'Orel, où il étudia, développèrent en lui un fort tempérament mental. 

Il poursuivit ses études à l'Académie théologique de Kiev. On peut supposer que pendant ce temps le jeune étudiant se rendit souvent au monastère de Grottes de Kiev célèbre, à juste titre, où aurait pu être formé en lui la résolution de quitter le monde. Avant même la fin du cours du séminaire, il fut tonsuré moine. A cette occasion, il se rendit au monastère auprès du célèbre staretz, le hiéromoine Parthène, qui lui dit: "Rappelle-toi qu'une chose est plus nécessaire que tout,  prier et prier Dieu sans cesse en esprit et dans le cœur". Ce conseil fit une impression durable sur le moine récemment tonsuré et il passa le reste de sa vie à s'efforcer d'atteindre cette "seule chose nécessaire" (Titre d'un de ses ouvrages sur la prière).

Après avoir terminé le cours avec une maîtrise, le hiéromoine Théophane a été nommé recteur temporaire l'école théologique de Kiev-Sophia. Dans les années qui suivirent, il occupa divers postes administratifs et d'enseignement dans  différents séminaires et académies, mais ces travaux d'érudition ne lui suffisaient pas et il demanda à être relevé de ses fonctions universitaires.

En 1859, il fut consacré évêque de Tambov, où il établit une école diocésaine pour filles. Pendant son séjour à Tambov, saint Théophane en vint à aimer l'ermitage isolé de Vysha. Durant l'été 1863, il fut transféré à Vladimir, où il servit pendant trois ans. Là aussi, il ouvrit une école diocésaine pour filles. Il servit souvent à l'église, voyagea beaucoup  à travers le diocèse, prêcha sans cesse, restaura des églises, et vécut de tout cœur avec son troupeau, en partageant avec eux joie et peines.

En 1866, l'évêque Théophane demandé à être relevé comme évêque de Vladimir et fut nommé à la tête de l'ermitage de Vysha, et bientôt, à sa nouvelle requête, il fut libéré, même de ce devoir. C'était difficile pour l'évêque Théophane au milieu du monde et de ces exigences auxquelles on doit céder le pas à cause de la corruption de l'homme. C'est une des raisons qui l'incita à quitter son diocèse et à se retirer dans la solitude. En outre, sa bonté de cœur illimitée, sa douceur, de colombe, sa confiance dans les gens et son indulgence pour  eux, tout cela indique que ce n'était pas idéal pour lui de vivre au milieu des querelles inconciliables de la vaine vie mondaine. 

C'était très difficile pour lui d'être un chef, en particulier dans un poste aussi important que celui de l'évêque. Sa confiance pourrait être abusé, il ne pourrait jamais donner les réprimandes nécessaires. En outre, il sentit l'appel à consacrer toutes ses énergies à l'écriture spirituelle. Quant à lui personnellement, il voulait abandonner toutes ses pensées à Dieu seul, Qu'Il aimait absolument. Il voulait que rien ne puisse troubler la communion avec Dieu qui lui était si chère, et il quitta le monde pour être seul avec Dieu.

Dans la réclusion, invisible aux gens, il devint un personnage public d'une ampleur considérable. Il ne recherchait que le Royaume de Dieu, et sa grande signification pour le monde lui fut ajoutée. Les six premières années, l'évêque alla à tous les offices et à la Liturgie matinale. Dans l'église, il se tenait, sans bouger, sans se pencher, les yeux fermés pour cesser d'être distrait, et les jours de fête, il avait l'habitude d'officier.

À partir de 1872, cependant, il cessa toute relation avec les gens, sauf avec l'archiprêtre et son confesseur. Il n'alla plus à l'église du monastère, mais construisit de ses propres mains dans ses appartements une petite église dédiée au Baptême du Seigneur. Pendant les dix premières années, il servit la Liturgie dans cette église chaque dimanche et jour de fête, et pendant les onze années suivantes tous les jours. Il était complètement seul, parfois en silence, mais parfois il chantait.

Il semblait ne plus être un homme, mais un ange avec une douceur et une gentillesse enfantines. Quand les gens venaient à lui pour affaires, il disait ce qui était nécessaire et il retournait à la prière. Il mangeait juste assez pour ne pas ruiner sa santé. Tout ce qu'il recevait, il l'envoyait par la poste aux pauvres,  gardant tout juste assez pour acheter des livres nécessaires. De ses publications, qui étaient rapidement distribuées, il ne recevait rien, en espérant seulement qu'elles pourraient être vendues aussi bon marché que possible

Dans les rares moments où il était libre de la prière, des lecture ou de l'écriture, il s'occupait avec du travail manuel. Il peignait des icônes excellentes et était doué pour la sculpture sur bois et la serrurerie. Chaque jour, l'évêque Théophane recevait entre 20 et 40 lettres, et il répondait à toutes. Avec une sensibilité extraordinaire, il pénétrait la situation spirituelle de son correspondant et chaudement, clairement et en détail répondait à cette confession d'une âme en détresse. En plus de cette énorme flux de correspondance, ses années de réclusion produisirent également une multitude de livres. Il s'agit notamment de travaux sur la théologie morale, comme "la voie du salut", "La vie spirituelle et comment s'y accorder", des commentaires sur l'Écriture Sainte, et des traductions, parmi lesquelles se trouve le classique spirituel "Le combat invisible ".

La vie de l'évêque Théophane passa invisible pour le monde, et la mort fut aussi dans la solitude. A partir d premier Janvier 1891, il y eut plusieurs irrégularités dans son programme. L'après-midi du 6 Janvier, son syncelle remarqua que l'évêque était faible et regardant dans sa chambre, il trouva l'évêque couché sur le lit sans vie. Son bras gauche était appuyée sur sa poitrine et son bras droit était replié, comme pour une bénédiction épiscopale. Il était mort le jour même de sa fête la plus aimée, à laquelle sa chapelle avait été consacrée. Le corps du saint resta dans la petite église de sa cellule pendant trois jours, et pendant trois jours il fut dans la cathédrale et il n'y eut pas de corruption. Quand il fut revêtu de ses habits d'évêque, le visage du mort fut éclairé par un sourire joyeux.

Tout était extrêmement simple dans la cellule de l'évêque Théophane. Les murs étaient nus, les meubles anciens. Il y avait une malle avec des instruments pour travailler au tour, pour la menuiserie, la reliure, le matériel photographique, un banc de sciage, un banc de menuisier, et de nombreux livres écrits en russe, slavon, grec, français, allemand et anglais. Parmi eux se trouvaient: une collection complète des saints Pères; une encyclopédie théologique en français en 150 volumes, les œuvres des philosophes Hegel, Fichte, Jacobi, et d'autres, les œuvres sur l'histoire naturelle par Humboldt, Darwin, Fichte, et d'autres. On se souvient de ses paroles, "Il est bon de comprendre la structure des plantes, des animaux, en particulier de l'homme, et les lois de la vie; en eux se révèle la sagesse de Dieu, qui est excellente en tout".

Le grand hiérarque  nous est caché par le corps, mais son esprit vit toujours dans les ouvrages imprimés divinement sages qu'il nous a laissés. L'archevêque de Vilna Nicandre décrivit l'évêque Théophane en tant que professeur chrétien universel, même s'il ne parlait pas; un personnage public, bien que reclus, un prédicateur de l'Eglise qui fut entendu partout, même si, dans ses dernières années il n'était apparu dans aucun siège de l'Église. Brillant Luminaire de l'enseignement du Christ pour les orthodoxes, même si lui-même se cacha au regard du peuple; possédant à peine en suffisance des biens terrestres, mais enrichissant tout le monde de toutes les richesses spirituelles de son enseignement. Il n'a recherché, aucune gloire terrestre temporelle, pourtant il est glorifié maintenant par tous ceux qui ont été inspirés par ses écrits à suivre cet ermite saint sur le chemin du salut, un chemin qui mène à la prière constante et au fait d'être seul dans son cœur avec Dieu.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
 Orthodox  Word 
Juillet-Août 1966
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California,
USA

vendredi 2 janvier 2015

Vendredi de la Vingt-Neuvième Semaine après la Pentecôte



Jacques 2:1-13, Marc 10:23-32


Entendant la parole du Seigneur à propos des difficultés pour les riches à entrer dans le Royaume de Dieu, les disciples pensaient, qui peut donc être sauvé? Le Seigneur répondit à cela, aux hommes, cela est impossible, mais non à Dieu: pour Dieu avec toutes choses sont possibles.
Il n'est pas possible de renoncer à l'intérêt personnel, sans l'influence de la grâce sur le cœur, il n'est pas possible de faire face à toutes sortes de faiblesses pour les choses, ou avec tout le péché qui vit en nous et toutes ses conséquences, sans la grâce de Dieu. La grâce de Dieu est donnée, selon la foi dans le Seigneur, dans les mystères de la Sainte Eglise.
Tenez fermement à la Sainte Eglise de Dieu et à l'ensemble de ses institutions, et la puissance de Dieu, contribuant à apporter tout bien, demeurera toujours avec vous.
Mais en même temps souvenez-vous toujours que ces institutions illuminant et vivifiant, sont un moyen et non le but, c'est pourquoi vous devez passer par elles dans le seul but d'animer et de nourrir les pouvoirs de grâce qui sont cachés en vous grâce à leur influence, puis reprendre votre travail comme un homme fort, prêt à toute bonne action.
Si vous gardez ce que vous avez reçu pour vous, et que vous ne le libérez pas par de bonnes actions, vous n'aurez pas raison; comme l'on n'a pas raison si l'on fuit tout ce qui appartient à l'Eglise. Les faux zélotes de la piété rendent la structure même d'une vie pieuse objet de critiques, mais cela n'enlève pas la validité de cette structure, et ne justifie pas ceux qui se piquent de philosophie, et qui l'évitent uniquement pour ces motifs.
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010