"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mercredi 19 février 2020

Mercredi de la Semaine près le Fils Prodigue

I Jean 3:21-4:6; Marc 14:43-15:1

Si l'aide est nécessaire, demandez. " J'ai demandé", dites-vous, "et elle n'a pas été donnée." Mais alors, comment est-elle accordée à d'autres? Avec le Seigneur, il n'y a pas d'acception de personnes; [il n'est pas question de] donner à l'un, et ne pas donner à un autre sans raison aucune. Il est prêt à donner à tous, car Il aime à donner. S'Il ne donne pas à quelqu'un, la raison n'est pas en Lui, mais dans celui qui demande de l'aide. 
Parmi ces raisons peuvent en être certaines que nous ne pouvons pas même deviner. Mais il existe des raisons connues, visibles de tous. Une de ces raisons (et n'est-ce pas la raison principale?) saint Jean fait remarquer qu'il s'agit de l'absence d'assurance, et l'absence d'assurance vient de la condamnation du cœur ou de la conscience. Bien-aimés, dit-il, si notre coeur ne nous condamne pas, alors nous avons de l'assurance devant Dieu. Et quoi que nous demandions, nous le recevons de Lui, parce que nous gardons Ses commandements, et faisons ces choses qui sont agréables à Ses yeux (I Jean 3:21). 
Il n'y a plus rien à ajouter à ces paroles. Tout est parfaitement clair. Quel maître aidera un serviteur infidèle, un prodigue et un débauché? Le Seigneur nous tolèrera-t-Il quand quand nous ne voulons pas lui être agréables et accomplir Ses commandements, et si nous commençons à prier uniquement quand un besoin extrême surgit?!


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010

mardi 18 février 2020

Mardi de la Semaine après le Fils Prodigue

I Jean 3:11-20, Marc 14:10-42

Saint-Pierre a insisté avec tant d'enthousiasme en disant qu'il ne rejetterait pas le Seigneur; mais quand le moment fut venu, il le renia, et pas moins de trois fois. Telle est notre faiblesse! 
Ne comptez pas sur vous-mêmes, et quand vous entrez au milieu des ennemis, placez tout votre espoir de les vaincre dans le Seigneur. C'est pour cette raison qu'une telle chute fut permise pour une telle personne d'importance, afin que par la suite, personne n'ose de son propre chef faire quelque chose de bien ou vaincre un ennemi, qu'il soit intérieur ou extérieur. Il faut espérer dans le Seigneur, mais ne pas cesser d'agir. L'aide du Seigneur se joint à nos efforts, et les rend ainsi puissants. 
Si ces efforts ne sont pas présents, l'aide de Dieu, n'a pas où descendre, et elle ne descendra pas. Mais encore une fois, si vous êtes remplis de confiance en vous, et que, par conséquent vous n'avez pas besoin d'aide, et ne cherchez pas d'aide, de nouveau l'aide de Dieu ne descendra pas. 
Comment descendra-t-elle quand elle est jugée inutile?! Dans ce cas, il n'y a rien qui puisse la recevoir non plus. Elle est reçue par le cœur. Le cœur s'ouvre pour la recevoir par un sentiment de besoin. Donc, la première chose [les efforts] et la seconde [l'aide] sont nécessaires. Dites, " ô Dieu, viens à mon aide!" Mais ne restez pas inactifs.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010

lundi 17 février 2020

Lundi de la Semaine après le Fils Prodigue



1 Jean  2:18-3:10/ Marc 11:1-11
Hier, la parabole du Fils Prodigue nous a invités à revenir de la débauche sur la bonne voie. Maintenant l'apôtre saint Jean nous invite à le faire, certifiant que si nous faisons cela, alors quand apparaîtra le Seigneur, nous serons semblables à Lui. 
Que peut-on comparer à une telle dignité! Je pense qu'en entendant cela, tu seras empli du désir d'atteindre cela toi-même. 
C'est une chose bonne et nécessaire! Ne tarde pas à entreprendre ce grâce à quoi cet objectif est atteint. Lis la suite: "Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme Lui-même est pur." Y a-t-il en toi quelque chose qui ait besoin d'être purifié? Bien sûr! et ce n'est pas une petite chose. Dépêche-toi, car au lieu où se tient le Seigneur, rien de souillé n'entrera. Mais ne sois pas retenu par la difficulté de l'affaire. Le Seigneur Lui-même sera ton aide en tout. Désire cela simplement de tout cœur, et tourne-toi vers vers Son aide si nécessaire. Sa puissance pleine de grâce s'adjoindra à ton effort, et les choses iront bien et avec succès. Comme il n'est pas de péché qui puisse vaincre la miséricorde de Dieu, de même, il n'y a pas de souillure morale qui puisse résister à la puissance emplie de grâce qui la consume. Qu'il y ait seulement de ta part un refus de cette impureté, un effort sérieux de rejet de celle-ci, et ton recours au Seigneur dans la foi.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

dimanche 16 février 2020

Dimanche du Fils Prodigue



I Corinthiens 6:12-20; Luc 15:11-32
Dimanche du Fils Prodigue

La semaine du Fils Prodigue nous parle de tellement de choses! Elle nous parle de notre paix et de notre satisfaction dans la maison du Père céleste, de notre départ insensé de la tutelle du Père vers la liberté débridée, de la richesse de l'héritage qui nous est donné en dépit de notre désobéissance, de sa dilapidation téméraire en toutes sortes de turpitudes, et de notre paupérisation absolue en conséquence. 
Mais elle parle aussi de la façon dont [le fils] retrouve  ses sens, et, revenant à lui, décide de retourner vers son Père grandement miséricordieux. Elle parle de la façon dont il revient, et comment il est reçu avec amour, et est restauré dans son état premier. 
Qui ne trouverait pas cette leçon profitable? Si vous demeurez dans la maison de votre père, ne luttez pas pour la liberté. Vous voyez comment une expérience similaire s'est terminée! Si vous vous enfuyez et gaspillez tout, mettez fin à ce rapidement. Si vous avez déjà tout dilapidé et vivez dans la pauvreté, décidez rapidement de retourner, puis, retournez. Là, toutes les indulgences, et tout l'amour et la satisfaction de jadis, vous attendent. Cette dernière étape est la plus nécessaire. Mais il ne sert à rien d'en dire plus. Tout a été dit de manière concise et claire. Ressaisissez-vous, décidez de rentrer, et  hâtez-vous vers le Père. Ses bras sont ouverts et prêts à vous recevoir.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

samedi 15 février 2020

Hypapante du Seigneur


 A cette date, cette année-là,  St.Théophane fêtait aussi l'hypapante du Seigneur/

Jude 1:1-10 et Luc 22:39-42, 45-23:1
Fête de l'hypapante


L'hypapante du Seigneur. Lors de cette rencontre, le Seigneur est entouré d'un côté par Siméon (Justice qui attend le salut, mais non Justice lui-même), et Anne (une vie de jeûne strict et de prière, rendue vivante par la foi) et de l'autre côté par la pureté substantielle, compréhensive et inébranlable de la Vierge Mère de Dieu, et par l'humble et silencieuse soumission et dévouement à la volonté de Dieu de Joseph le Fiancé. 
Transférez toutes ces attitudes spirituelles en votre cœur et vous rencontrerez le Seigneur; non pas apporté jusques à vous, mais venant vers vous Lui-même. Vous le prendrez dans les bras de votre cœur, et vous chanterez une hymne qui traversera les cieux et réjouira tous les anges et les saints.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

vendredi 14 février 2020

Vendredi de la Semaine du Pharisien et du Publicain



I Jean 2:7-17, Marc 14:3-9


Le monde passe, et sa convoitise aussi (I Jean 2:17). Qui ne voit pas cela? Tout autour de nous meurt, les gens, les événements, et nous-mêmes mourons. La convoitise mondaine passe aussi; nous goûtons à peine la douceur de sa satisfaction que toutes deux, convoitise et douceur disparaissent. Nous courons après quelque chose d'autre, et c'est la même chose, nous courons après une troisième chose, et il en va de même. Rien ne demeure, tout va et vient. Quoi? N'est-il vraiment rien de constant?! Il y a, dit l'Apôtre: celui qui fait la volonté de Dieu [qui] demeure éternellement (I Jean 2:17). Comment le monde, qui est si éphémère, le supporte-t-il? Parce que Dieu le désire le monde le supporte. 
La volonté de Dieu est le fondement inébranlable et indestructible du monde. Il en est de même chez les gens: quiconque commence à se tenir fermement dans la volonté de Dieu est rendu ferme et inébranlable à la fois. Nos pensées sont agitées quand elles courent après quelque chose de transitoire. Mais dès que l'on retrouve ses esprits et que l'on revient à la voie de la volonté de Dieu, les pensées et les intentions commencent à se stabiliser. 
Quand enfin on réussit à prendre l'habitude d'un tel mode de vie, tout ce que l'on a, à la fois dedans et dehors, entre en harmonie tranquille et en ordre serein. Ayant commencé ici-bas, cette paix profonde et cette sérénité imperturbable passeront dans l'autre vie aussi, et là, elle demeurera dans les siècles. Au milieu de la fugacité générale des choses autour de nous, c'est ce qui n'est pas transitoire, et ce qui est constant en nous: le cheminement dans la volonté de Dieu.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

jeudi 13 février 2020

Jeudi de la Semaine du Pharisien et du Publicain



I Jean 1:8-2:06; Marc 13:31-14:2


Ce vers quoi l'Apôtre nous a dirigés hier, l'Évangile nous  le suggère maintenant directement: Prenez garde, veillez et priez car vous ne savez pas quand le temps ... Veillez donc .... de peur que venant tout à coup il vous trouvez endormis (Marc 13:33, 35-6). Il est nécessaire d'attendre, et à chaque instant de garder à l'esprit que le Seigneur est près de paraître et de briller comme l'éclair d'une extrémité de l'univers à l'autre. 
Certains pensent qu'il est possible de remplacer cette attente du Seigneur par l'attente de la mort. Ceci est bien, ou du moins cela devrait être fait. Mais l'attente de l'avènement du Seigneur est une chose, et l'attente de la mort autre chose. Elles conduisent à des pensées différentes, et à des sentiments différents nés sous l'impact de ces pensées différentes. 
Attendez le Jour du Seigneur, quand tout finira dans une détermination irrévocable. Après notre mort, le temps continuera toujours dans un état indécis, mais le jour du Seigneur arrêtera tout dans les siècles éternels, et cela sera scellé, vous ne pourrez pas vous attendre à des changements. "J'ai attendu", dites-vous. Alors n'attendez plus longtemps encore, et continuez à attendre. "Mais cela", dites-vous,"empoisonnera toutes mes joies". Cela n'empoisonnera pas toutes vos joies, cela éloignera seulement  de votre vie quotidienne ces joies qui sont illégitimement appelées ainsi. Vous aurez toujours la joie, seulement dans le Seigneur. Il est possible d'attendre le Seigneur avec cette joie, et si le Seigneur vous trouve dans cette joie, il ne vous demandera pas de compte, mais Il vous louera.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

mercredi 12 février 2020

Mercredi de la Semaine du Pharisien et du Publicain



II Pet. 3:1-18, Marc 13:24-31

Le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit (II Pet. 3:10). Un voleur dans la nuit se faufile à l'intérieur quand on ne l'attend pas. Ainsi viendra également le Jour du Seigneur quand on ne s'y attend pas. Mais quand Celui Qui vient n'est pas attendu, aucune préparation n'est faite pour Le rencontrer. De  crainte que nous nous permettions une telle négligence, le Seigneur a commandé: Veillez! car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra (Matthieu 24:42). 
Pendant ce temps, que faisons-nous? Veillons-nous? Attendons-nous? Nous devons confesser que non. Certains au moins attendent la mort, mais presque personne n'attend le Jour du Seigneur. Et c'est comme s'ils ont raison. Nos pères et nos ancêtres ont attendu, mais le Jour n'est pas venu. Étant donné que nous ne voyons rien, pourquoi devrions-nous penser qu'il va venir de nos jours? Ainsi, nous n'y pensons pas, et nous n'attendons pas. 
Il ne sera pas surprenant, si avec une telle disposition elle que la nôtre, le Jour du Seigneur tombe sur nous comme un voleur. Nous serons comme les habitants d'une ville dont le chef de province a promis de les visiter dans un proche avenir. Ils l'ont attendu une heure, l'ont attendu encore une heure, l'ont attendu un jour et puis ils ont dit: "Je suppose qu'il ne viendra pas", et ils sont rentrés chez eux. Mais dès qu'ils sont partis et se sont livrés au sommeil, il est apparu. 
Il en sera de même avec nous: que nous attendons ou non, le jour du Seigneur viendra, et il viendra sans avertissement. Car le Seigneur a dit: Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point (Marc 13:31). Mais n'est-il pas préférable d'attendre, de peur d'être pris par surprise? Car nous ne nous en tirerons pas sans en payer le prix.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

mardi 11 février 2020

Mardi de la Semaine du Pharisien et du Publicain




II Pierre 2:9-22; Marc 13:14-23

Si quelqu'un dit: Voici, le Christ est ici; ou bien Il est là; Ne le croyez pas (Marc 13:21). Le Christ, le Seigneur, notre Sauveur, après avoir établi sur la terre la Sainte Église, est bien heureux de demeurer en elle, à sa tête, comme vivificateur, et pour la diriger. Le Christ est ici, dans notre Église orthodoxe, et Il n'est pas dans une autre église. Ne Le cherche pas ailleurs, car tu ne Le trouveras pas. Par conséquent, si quelqu'un à partir d'un assemblage non-orthodoxe vient à toi et commence à penser qu'il a le Christ-ne le crois pas. Si quelqu'un te dit: "Nous avons une communauté apostolique, et nous avons le Christ," ne le crois pas.
L'Église fondée par les apôtres demeure sur la terre-c'est l'Église Orthodoxe, et le Christ est en elle. La communauté établie depuis hier seulement ne peut pas être apostolique, et le Christ n'est pas en elle. Si tu entends quelqu'un dire, "le Christ parle en moi," alors qu'il fuit l' Église [Orthodoxe] , qu'il ne veut pas connaître ses pasteurs et n'est pas être sanctifié par les sacrements, ne le crois pas. En lui n'est pas le Christ, mais plutôt un autre esprit qui s'approprie le Nom du Christ, afin de détourner les gens du Christ le Seigneur, et de Sa sainte Église. Ni crois pas quelqu'un qui te suggère même une petite chose étrangère à l'Église [Orthodoxe]. Reconnais toutes ces personnes comme étant des instruments d'esprits séducteurs et des prédicateurs de mensonges.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010




lundi 10 février 2020

Lundi de la Semaine du Pharisien et Publicain



II Pierre 1:20–2:9; Marc 13:9–13
La crainte de Dieu conduit au début d'une vie sainte et qui plaît à Dieu et c'en est le gardien le plus fidèle, si l'on suit l'inspiration de la crainte de Dieu et que l'on commence ainsi. La lecture de la présente épître nous apprend cela, ce qui nous rappelle les jugements de Dieu qui menacent et la peine déjà montrée ici de ceux qui ne se soumettent pas à Sa volonté. Il, dit-il, n'a pas épargné les anges qui ont péché (II Pierre 2:4). Ils étaient purs, et demeuraient  dans un e habitation des plus radieuses. Mais dès qu'ils péchèrent, ils furent jetés dans les ténèbres extérieures. 
Nous épargnera-t-Il vous et moi, si nous allons contre Sa volonté?! L'impiété a débordé aux jours de Noé. Dieu a amené sur eux un déluge, et Il les fit tous périr, sauf les huit âmes de la famille de Noé. Il n'a pas pris en compte qu'il y avait beaucoup de gens. Va-t-il délibérer sur vous seul, que ce soit pour savoir s'Il doit vous détruire ou non, lorsque vous n'écoutez pas sa voix?! 
Pendant longtemps, le Seigneur épargné Sodome et Gomorrhe. Mais au lieu de revenir à leur bon sens, ils se sont précipités au sommet de l'impiété. Par conséquent, ils ont été frappés par le feu quand ils ne m'y attendaient pas. Ce feu est une image du feu éternel, qui attend les impies. Vous n'échapperez pas  à ce feu, si vous prenez le même chemin qu'eux. Ayez tout cela à l'esprit lorsque vous êtes assis seuls, en particulier dans le silence et les ténèbres de la nuit, et ainsi susciter la crainte de Dieu, la crainte du péché, car dans ce péché, la flamme d'un feu éternel s'approche furtivement de vous.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

dimanche 9 février 2020

Dimanche du Pharisien et du Publicain



II Tim. 3:10-15; Luc 18:10-14
Dimanche du Pharisien et du Publicain


Hier, la lecture de l'Evangile nous a appris la persévérance dans la prière, et maintenant elle enseigne l'humilité, ou le sentiment de ne pas avoir le droit d'être entendu. Ne présumez pas que vous avez le droit d'être entendu, mais approchez la prière comme quelqu'un qui est indigne de toute attention, ne vous permettant que l'audace nécessaire pour ouvrir votre bouche et élever la prière vers Dieu, connaissant la condescendance infinie du Seigneur envers nous, qui sommes pauvres. 
Ne permettez même pas de venir à votre esprit l'idée suivante: "J'ai fait telle et telle chose, alors donne-moi telle et telle chose." Considérez ce que vous avez pu faire comme votre obligation. Si vous ne l'aviez pas fait, vous auriez été l'objet de sanctions, et ce que vous avez fait, est en fait rien qui ne mérite récompense: vous n'avez rien fait de spécial. 
Ce pharisien énumérait ses droits à être entendu, et il quitta l'église avec rien. Le mal n'est pas qu'il avait réellement agi comme il l'avait dit, car en effet il aurait dû le faire. Le mal est qu'il l'a présenté comme quelque chose de spécial et que, l'ayant fait, il aurait dû ne plus y penser. 
Délivre-nous, ô Seigneur, de ce péché du pharisien! On parle rarement comme le pharisien en paroles, mais dans les sentiments du cœur, on est rarement différent de lui. Car pourquoi les gens prient-ils mal? C'est parce qu'ils pensent être très bien aux yeux de Dieu, même sans prier.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

samedi 8 février 2020

Samedi de la Trente-Quatrième Semaine après la Pentecôte



II Timothée 2:11-19; Luc 18:2-8]


Pour plus fortement insister sur la vérité selon laquelle il faut toujours prier, et ne point se relâcher (Luc 18:1) et si la prière n'est pas rapidement entendue, il faut continuer à prier, le Seigneur a dit une parabole sur le juge qui ne craignait pas Dieu et qui n'avait pas d'égard pour les hommes. A la fin, le juge a acquiescé à la demande de la veuve, non pas parce qu'il craignait Dieu et avait des égards pour les hommes, mais seulement parce que la veuve ne le laisserait pas en paix. 
Donc, si un tel homme impitoyable ne pouvait pas supporter la persistance de la prière de cette femme, Dieu, Qui aime l'humanité et est rempli de miséricorde, n'exaucera-t-Il pas  une prière persistante élevée vers Lui, avec des larmes et de la contrition?! 
Voici la réponse à la question pourquoi nos prières ne sont pas souvent entendues: Parce que nous n'envoyons pas nos demandes à Dieu avec zèle, mais comme en passant; en outre, nous prions une fois aujourd'hui, puis nous  nous attendons à ce que notre prière soit exaucée demain, sans faire plus d'efforts dans la prière. C'est pourquoi notre prière n'est ni entendue ni exaucée. Nous n'accomplissons pas comme il le faut, la loi prévue pour la prière, la loi de persistance remplie d'espérance et de zèle.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

vendredi 7 février 2020

Vendredi de la Trente-Quatrième Semaine après la Pentecôte





II Pierre 1:1-10, Marc 13:1-8


Après avoir énuméré les vertus que nous devons rechercher avec grande diligence, ayant reçu la puissance remplie de grâce, l'Apôtre dit  en guise d'encouragement, Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus Christ.(II Pierre: 1:8). 


Les vertus dont il parle ici ont été mentionnés en I Pierre 2:21-3:9. Maintenant, nous allons ajouter seulement que nous sommes obligés de manifester ces vertus pas seulement une fois, mais plutôt de les faire toujours demeurer en nous, et faire partie de notre essence, de prendre racine en nous. 


Ainsi, elles ne doivent pas rester sur un seul niveau, mais toujours se multiplier et croître en force et fécondité. Seulement alors, dit-il, vous ne pas serez pas oisifs et stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ (II Pierre; 1:8). Celui qui croit en Lui et Le confesse entre dans la connaissance du Seigneur. "Vous croyez?" Dit l'Apôtre! Voyez donc, que votre foi ne soit pas stérile et infructueuse. 


Que dois-je faire pour que ma foi ne soit pas ainsi? Prospérer en toutes les vertus. Où sont ceux qui répètent sans cesse que croire suffit: que rien de plus n'est nécessaire?! Quiconque pense ainsi est aveugle.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

jeudi 6 février 2020

Jeudi de la Trente-Quatrième Semaine après la Pentecôte





 Marc 12:38-44

 La veuve plaça dans le trésor (le tronc de l'église) deux petites pièces, mais le Seigneur dit qu'elle y mit plus que quiconque, alors que les autres y jetaient des pièces et des dizaines de pièces. Qu'est-ce qui donnait un poids supplémentaire à son obole? Il s'agit de la décision avec laquelle le geste fut effectué. 
Voyez-vous la différence entre faire le bien sans âme, par habitude, et faire du bien à l'âme et au cœur? Ce ne sont pas les aspects extérieurs d'un acte qui lui donnent une valeur, mais la disposition intérieure. Il peut arriver qu'un acte qui est remarquable à tous égards n'ait aucune valeur devant Dieu, pourtant un acte qui est insignifiant en apparence est beaucoup apprécié. Ce qui suit est évident. Mais ne comprends pas dans ta tête qu'il faut être négligent dans les choses extérieures, dans l'intention de se limiter seulement aux choses intérieures. 
La veuve n'aurait pas reçu l'approbation si elle s'était dit: "Moi aussi, j'ai le désir de mettre de l'argent, mais que dois-je faire? Je n'ai que deux petites pièces. Si je les donne, il ne me restera plus rien". 

Elle avait le désir et elle agit en conséquence, ainsi, elle remit sa vie entre les mains de Dieu. Personne ne l'aurait condamnée si elle n'avait rien mis, ni le peuple, ni Dieu. Mais elle n'aurait pas révélé une telle disposition, qui, l'a fait remarquer parmi les rangs des autres et qui fait a sa renommée dans tout le monde chrétien.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

mercredi 5 février 2020

Mercredi de la Trente-Quatrième Semaine après la Pentecôte


Marc 12:28-37

Un scribe demanda au Seigneur: Quel est le premier commandement de tous? Le Seigneur lui répondit: Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée, et de toute ta force: tel est le premier commandement. Et le second lui est semblable, à savoir cela, Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là (Marc 12:28, 30-31). Cela sert aussi comme un complément à la représentation de l'homme caché du cœur. Sanctifier le Seigneur est son esprit, et l'amour, son âme; toutes les autres vertus sont ses différents membres-les bras, les jambes, les yeux, les oreilles, la langue. Le souvenir de ceci est très nécessaire, car il arrive parfois que, considérant l'accomplissement du bien comme étant la vertu finale, les gens pensent qu'ils peuvent s'en sortir avec seulement cela, ne pas penser à l'Éternel, et oublier l'amour. Faire le bien sans la foi et le désir de plaire à Dieu n'est pas saint, c'est comme une maison qui n'a pas été bénie, ou une pièce sans icônes. Sans l'amour, faire le bien, c'est comme un bâtiment rempli de sculptures sans vie, succombant à la moisissure et à la corruption. Faites attention à ceci, chacun de vous, et commencez à créer une nouvelle personne en vous-même, essayez de la placer devant le Seigneur, Qui est sans aucun défaut.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010