"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

vendredi 20 juillet 2018

Vendredi de la Huitième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

I Corinthiens 11:8-22; Matthieu 17:10-18


Concernant Jean-Baptiste le Seigneur dit: Elie est déjà venu, et ils ne le reconnurent point. Pourquoi cela? Parce qu'ils n'ont pas prêté attention aux voies de Dieu et ils ne s'intéressaient pas à elles: ils avaient une mentalité différente, des goûts différents, des opinions différentes sur les choses. En dehors de la gamme des choses divines, leur finesse était en jeu, mais dans cette gamme, ils n'ont rien compris à cause de leur éloignement d'elle. Notre mentalité interne forme un sentiment des choses, qui remarque tout de suite et détermine ce qui lui est familier, quelque dissimulé que cela soit. Un artiste, un chercheur et un économiste regardent une chose avec une égale attention, mais chacun porte un jugement à ce sujet à sa manière et le premier, en fonction de sa beauté, le second en fonction de relations causales, le troisième en fonction de ses gains. Il en est de même avec les Judéens: selon leur disposition, ils jugèrent Jean, puis le Sauveur, mais comme ils étaient disposés non pas en fonction de Dieu, ils ne les comprirent pas, qui accomplissait l'œuvre de Dieu. De même, maintenant, les gens ont commencé à ne pas comprendre le Précurseur et le Seigneur et à faire avec eux ce qu'ils veulent. Une persécution cachée du christianisme a surgi, qui a commencé à sourdre ouvertement, comme récemment à Paris. Ce qui a été fait là-bas sur une petite échelle, c'est ce que nous devons nous attendre avec le temps dans des proportions plus grandes ici... Sauve-nous, ô Seigneur!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

jeudi 19 juillet 2018

Jeudi de la Huitième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

I Corinthiens 10:28-11:7; Matthieu 16:24-28


Le Seigneur exige une abnégation résolue de ceux qui veulent Le suivre: qu'il renonce à lui-mêmedit-il. Cela pourrait être exprimé comme suit: Mettez de côté vos propres intérêts et poursuivez les seuls intérêts du Seigneur. Vous  accomplirez ceci lorsque vous ferez toujours ce qui Lui est agréable. Comment peut-on faire cela? Observez attentivement ce qui est en vous, et autour de vous à l'extérieur, et discernez strictement dans l'une ou l'autre situation, que ce soit interne ou externe, la façon d'agir qui est la plus agréable à Dieu, alors, sans vous apitoyer sur vous-mêmes et en n'y incluant pas vos propres calculs, agissez en conséquence, avec complète abnégation. Vous dites: "Il est difficile de le déterminer." Non, ce n'est pas difficile. Nous avons reçu des commandements clairs et fixes, ils expriment ce que nous pouvons faire pour être agréable au Seigneur. Tout ce qui reste à faire est de les appliquer à la situation donnée, et cela ne présente aucun problème majeur. Avoir le sens commun suffit. Si vous ne pouvez pas comprendre quelque chose, demandez à votre père spirituel, ou bien à quelqu'un dont vous respectez les paroles, et agissez selon ses instructions. Mais il est toujours préférable d'aiguiser votre discernement par la lecture de la Parole de Dieu et les écrits des Pères, de sorte que vous aurez toujours quelqu'un qui décide avec vous.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

mercredi 18 juillet 2018

Mercredi de la Huitième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

I. Corinthiens 10:12-22;. Matthieu 16:20-24


Lorsque les saints apôtres confessèrent que le  Sauveur était le Fils de Dieu, Il a dit, je dois souffrir…  et être mis à mort. L'œuvre avait mûri; Il ne restait plus qu'à la compléter par la mort sur ​​la Croix La même chose se produit dans le courant du progrès moral d'un chrétien. Alors qu'il est aux prises avec ses passions, l'ennemi espère toujours en quelque sorte le tenter, mais quand les passions se sont arrêtées et que l'ennemi n'a plus assez de puissance pour les réveiller, il présente des tentations extérieures, toutes sortes de fausses accusations, d'ailleurs, les plus sensibles. Il essaie de planter de la pensée: "Alors, pourquoi as-tu œuvré et lutté? Rien de bon n'en sortira pour toi." Mais quand l'ennemi se prépare donc à une guerre de l'extérieur, le Seigneur envoie l'esprit de patience à son combattant, préparant ainsi une volonté vivante dans son cœur pour toutes sortes de souffrances et d'hostilité avant que l'ennemi ne puisse réussir à semer le trouble. Comme le Seigneur le dit à propos de Lui-même, je dois souffrir, les lutteurs spirituels se sentent également une sorte de soif d'épreuves. et quand la souffrance et l'hostilité viennent, ils les accueillent avec joie, et les boivent comme un homme assoiffé boit une eau rafraîchissante.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

mardi 17 juillet 2018

Mardi de la Huitième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

I Corinthiens 10:5-12;. Matthieu 16:6-12

Méfiez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens, dit le Seigneur. Les Sadducéens sont un modèle d'insouciance; Les Pharisiens représentent les personnes qui sont en apparence zélées: Les premiers ne font rien, tandis que les seconds, même s'ils semblent très occupés, vraiment rien ne vient d'eux. Similaires à ces derniers sont les membres de notre société moderne qui sont séduits par les idées de l'humanisme. Vous n'entendez parler que du bien du peuple, mais rien de bon n'en résulte jamais pour le peuple, car ce n'est que verbiage et aucune action. Leur humanisme est feint; ils font seulement une apparence d'humanité, mais en réalité ils sont égoïstes. Leurs discours ne nécessitent pas de sacrifice: ils parlent abondamment; mais quand la question touche aux sacrifices, ils se retirent. Aujourd'hui presque tout le monde est acteur;. certains se mettent en avant devant les autres comme étant zélés pour le bien, et en particulier pour l'illumination, et ils sont tous très satisfaits lorsque leur propre témoignage verbal les dépeint comme étant réellement ainsi. Par conséquent, dès que certaine entreprise de bienfaisance revient parmi nous, la parole vaine est partout, mais les actes ne viennent pas à maturité. Ne vous attendez pas à des sacrifices de leur part; ils n'ont pas besoin d'aider les autres, tant que leurs affaires vont bien, mais il arrive aussi que, sans aucun effort mental particulier lorsqu'ils ont des plans réels aider leurs prochain, ils donnent l'aumône pour qu'on les laisse tranquilles. Le Seigneur a condamné ces deux catégories, et nous a commandé d'être remplis d'amour sincère les uns pour les autres, ce qui implique que l'on n'aime pas se montrer.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

lundi 16 juillet 2018

Lundi de la Huitième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

I Corinthiens 9:13-18; Matthieu 16:1-6


Les pharisiens et les sadducéens désiraient du Seigneur qu'Il leur montre un signe, mais ils n'ont pas vu le signe qui était devant leurs yeux. Le Seigneur Lui-même était le signe, Son enseignement et ses actes ont clairement montré Qui Il était; aucune preuve supplémentaire n'était nécessaire. Les oeuvres que je fais… elles témoignent de moi (Jean 10:25), dit-Il aux Judéens. Le Seigneur les a dénoncés, en disant: Vous pouvez discerner l'aspect du ciel, mais les signes des temps vous ne les pouvez discerner. Pourquoi cela leur arriva-t-il? Parce qu'ils vivaient une vie extérieure, et n'entraient pas en eux-mêmes. Sans recueillement, sans attention et sans recherche de soi, il est impossible de voir ou de comprendre les œuvres de Dieu. Cela se poursuit jusques à ce jour. Le christianisme est devant les yeux de tous comme le vrai signe de Dieu, mais ceux qui le regardent ne voient pas cela, sont ébranlés dans la foi et s'éloignent. Leurs yeux perdent la capacité de voir le sceau de la divinité en lui, et ils sont prêts à demander des signes spéciaux du ciel, comme les Judéens. Mais un signe n'est pas donné et ne sera pas être donné, parce que ceux qui le cherchent le font seulement pour tenter, et non pas pour marcher sur le chemin du Christ. Entre seulement sur ce chemin, et dès le premier pas, tu verras qu'il est divin, qu'il mène à Dieu et qu'il amène Dieu plus près de toi. Le Seigneur dit aux Judéens: "il ne lui sera donné … que le signe de Jonas le prophète." Le Seigneur prévoyait également les incroyants de nos jours, et Il prépara pour eux une réponse: Alors apparaîtra le signe du Fils de l'homme dans le ciel: et alors toutes les tribus de la terre se lamenteront... (Matthieu 24:30).
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

dimanche 15 juillet 2018

Huitième dimanche après la Pentecôte.


Commentaire quotidien de l\

I Corinthiens 1:10-18; Matthieu 14:14-22


Avant le rassasiement miraculeux de cinq mille personnes, les disciples du Seigneur voulaient que les gens soient renvoyés, mais le Seigneur leur dit: Ils n'ont pas besoin de partir; donnez-leur à manger. Apprenons de cette parole, et chaque fois que l'Ennemi nous suggère de refuser quelque chose à quelqu'un qui demande, disons devant la Face du Seigneur: "Ils n'ont pas besoin de partir, donnez-leur à manger", et donnons-leur tout ce nous trouvons à portée de main. 
L'Ennemi détruit le désir d'offrir la charité, et suggère que peut-être le demandeur n'est pas digne qu'on lui donne quelque chose; mais le Seigneur n'a pas enquêté sur la dignité de ceux qui étaient assis là: il a servi également à tous, tout naturellement, tout le monde ne Lui était pas également dévoué, peut-être y avait-il même ceux qui plus tard criaient: "Crucifie-Le!" Telle est la Providence générale de Dieu envers nous: il fait lever son soleil sur les méchants et les bons, et envoie la pluie, sur les justes et sur ​​les injustes (Matt. 5:45). Si seulement le Seigneur pouvait nous aider, même un petit peu à être miséricordieux comme notre Père céleste est miséricordieux! (Lc 6:36).


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

samedi 14 juillet 2018

Samedi de la Septième Semaine après la Pentecôte

Commentaire quotidien de l\

Romains 12:1-3; Matthieu 10:37-11:1


Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui reçoit un homme juste en qualité de juste recevra une récompense de juste. Avec tout cela, les incertitudes concernant l'octroi de l'aumône sont résolus. Les bonnes intentions envers les pauvres sont presque toujours si ce n'est supprimées, alors significativement diminuées par les questions: "Qui mendie?", et, "Où vont les aumônes?" Le Seigneur dit à ceux qui posent ces questions: Ta récompense est déterminée en fonction de la façon dont tu reçois le mendiant et lui viens en aide. Ne regarde pas celui qui demande, mais tes pensées. La valeur de ton acte sera proportionnel à tes pensées. Le droit d'avoir des pensées à propos d'une personne pauvre peut être défini de cette manière: Celui qui a pitié des pauvres prête à Dieu, ou dans la mesure où vous l'avez fait à l'un des moindres de ces petits qui sont mes frères, vous l'avez fait à moi (Matthieu 25:40). Ainsi, reçois tous ceux qui sont dans le besoin comme tu le ferais pour le Seigneur, fais ce que tu peux pour lui, avec la pensée que tu le fais pour Dieu, et tu recevras la récompense non seulement d'un prophète et d'un homme juste, mais celle du Seigneur.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

vendredi 13 juillet 2018

Vendredi de la Septième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

I Corinthiens 7:35-8:07; Matthieu 15:29-31


Sans l'attention dans les affaires quotidiennes, tu ne peux rien faire correctement, mais dans les questions spirituelles, elle vient en premier. Elle remarque ce qui est mauvais et elle l'apporte devant le juge interne; elle organise la garde de la chambre intérieure, où le meilleur plan d'action est discuté, et protège alors celui qui exécute les décisions. Cela n'est pas surprenant, parce que la vie spirituelle dans sa plénitude est appelée une vie sobre, et dans les écrits patristiques nous rencontrons souvent des paroles au sujet de la sobriété ou de l'attention, car elles sont une seule et même chose. Par conséquent, combien il est important de faire une habitude de l'attention! Le travail initial de ceux qui ont commencé à se préoccuper de leurs âmes est habituellement dirigé vers cela. Et leur travail ne commence à ressembler à du travail qu'au point où l'attention commence à être recueillie en eux-mêmes; habituellement la vigilance est toute externe, et non interne. A partir de ce moment, la vie intérieure est conçue et avec cette attention, elle mûrit et s'affermit. Qu'est-ce que cela signifie? Cela signifie rester avec l'esprit [l'intellect| dans le cœur devant le Seigneur et consciemment de discuter de tout, et d'entreprendre tout devant Sa Face. Cette tâche, évidemment, est compliquée. Elle devient un succès avec la prière, et elle est d'autant renforcée par elle, car elle renforce la prière elle-même.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

jeudi 12 juillet 2018

Jeudi de la Septième Semaine après la Pentecôte

Commentaire quotidien de l\

I Corinthiens 7:24-35; Matthieu 15:12-21


C'est du cœur que viennent les mauvaises pensées. D'où dans le cœur? Leur racine est dans le péché qui habite en nous, et dans leur ramification qui se multiplie et l'aspect particulier de chaque personne provient de la volonté propre de cette personne. Que doit-on faire? D'abord, couper tout ce qui vient de sa volonté. Ce sera comme si quelqu'un qui arrache les feuilles d'un arbre, coupe les branches et les brindilles, et hache le tronc presque jusques à ses racines. Puis, ne pas permettre à de nouvelles pousses de surgir, et la racine elle-même se tarira, c'est-à-dire ne pas laisser les mauvaises pensées procéder à partir de son cœur, et repousser et chasser celles qui le font, et le péché qui habite en nous, ne reçoit pas de nourriture, se détend et s'affaiblit complètement. En cela réside l'essence même du commandement: Soyez sobres, soyez vigilants (1 Pierre 5:8). Prends garde à toi-même (1 Tim. 4:6). Ceins les reins de ton esprit (1 Pierre 1:13). "Avec l'attention il faut avoir aussi le discernement. Du coeur non seulement de mauvaises choses procèdent, mais aussi de bonnes choses, et pourtant, on ne devrait pas accomplir tout le bien proposé par le cœur. Ce que l'on doit vraiment réaliser est déterminé par le discernement. Le discernement est un couteau de jardinier; certaines branches il les coupe, tandis que d'autres il les greffe.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

mercredi 11 juillet 2018

Mercredi de la Septième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

Corinthiens 7:12-24; Matthieu 14:35-15:11


Ce n'est pas que ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme, mais ce qui sort de la bouche, c'est cela qui souille l'homme. Le Seigneur a dit cela non pas parce qu'il ne favorisait pas le jeûne, ou parce qu'il considérait qu'il n'était pas nécessaire pour nous, non, à la fois Lui-même jeûnait et il a enseigné aux apôtres à le faire, et Il a établi des jeûnes dans Sa Sainte Église, mais il dit ceci afin que nous puissions non seulement jeûner en mangeant peu, ou seulement des aliments crus, mais plutôt afin que nous puissions garder le jeûne dans notre âme, ne pas nous livrer aux désirs et penchants passionnés. Et c'est la chose importante. Le jeûne est un moyen puissant pour cela. La fondation des passions est la chair, quand la chair est émaciée, alors c'est comme si un trou était creusé sous les passions et leur forteresse est détruite. Sans jeûne, surmonter les passions serait un miracle semblable à celui d'être dans un incendie et de ne pas être brûlé. Comment celui qui satisfait profusément sa chair avec la nourriture, le sommeil et le repos, peut-il garder quoi que ce soit de spirituel à l'esprit et dans ses intentions? Pour lui, il est aussi facile de renoncer à la terre, de contempler et de lutter pour le monde invisible, que cela le serait pour un vieil oiseau décrépit de prendre son envol et de planer.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

mardi 10 juillet 2018

Mardi de la Septième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

I Corinthiens 6:20-7:12; Matthieu 14:1-13


Une rumeur concernant les œuvres du Seigneur vint jusques à Hérode, il en conclut immédiatement: c'est Jean ressuscité. On aurait pu penser n'importe quoi. Pourtant, il ne pensa à quiconque à l'exception de Jean. Qui donna une telle direction à ses pensées? Sa conscience. A elle, on ne peut pas cacher les actes inadmissibles, on ne peut pas corriger son jugement avec n'importe quoi. Hérode s'arrogea le droit de décapiter Jean, et d'autres n'ont pas nié qu'il en avait le droit, mais sa conscience parlait, et il ne pouvait étouffer ses paroles avec n'importe quoi. C'est pourquoi il a immédiatement vu Jean. Combien d'exemples similaires connaissons-nous où la conscience poursuit un pécheur et peint le sujet et l'acte d'un péché, afin qu'il les voit même en dehors de lui-même! 
Il y a une voix en nous dont nous devons reconnaître qu'elle n'est pas notre voix. A qui est-elle? A Dieu. Celui Qui nous donne notre nature, nous donne cette voix. Si elle est la voix de Dieu, nous devons lui obéir, car les créatures n'osent pas contredire le Créateur. Cette voix nous dit que Dieu existe, que nous dépendons complètement de Lui, et que nous ne pouvons donc pas ne pas avoir une crainte révérencielle de Dieu; ayant cette crainte, nous devons accomplir la volonté de Dieu, qu'indique la conscience. 
Tout cela constitue la Parole de Dieu, écrite dans notre nature, lue et qui nous est offerte. Et nous voyons que les peuples de tous les temps et de tous les pays entendent cette Parole et en tiennent compte. Partout, les gens croient en Dieu, partout ils écoutent leur conscience et attendent la vie future. C'est seulement maintenant qu'il en quelque sorte devenu à la mode de ne pas reconnaître ces vérités. Voilà comment se comportent les naturalistes, ce qui signifie que l'enseignement que les naturalistes prêchent n'est pas naturel.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+

lundi 9 juillet 2018

Lundi de la Septième Semaine après la Pentecôte


Commentaire quotidien de l\

I Corinthiens 5:09-6:11; Matthieu 13:54-58


Les Nazaréens ne crurent pas la Parole du Seigneur, parce que quand il vivait  parmi eux, Il n'avait pas un aspect attrayant ou la dignité extérieure qui commande le respect involontaire de tous. "Nous savons qui il est", dirent-ils; ". Il ne peut pas y avoir quelque chose d'extraordinaire à son propos" 
Leur réaction, toutefois, n'a pas induit le Seigneur à assumer un aspect imposant. Il est resté extrêmement simple en apparence, plus tard les apôtres eux-mêmes se comportèrent de la même façon, comme l'ont fait tous ceux qui l'ont vraiment suivi et l'ont imité. Pourquoi est-ce ainsi? Parce qu'il n'est aucun  le lustre venant de l'homme qui pourrait parfaitement correspondre à la Lumière de la vie en Jésus-Christ. 
Par ailleurs, nous reconnaissons qu'il est préférable de reléguer à l'aspect extérieur la plus faible valeur, de sorte qu'il ne bloque pas ce qui est intérieur. Que celui qui a des yeux pour voir regarde directement ce dernier, sans arrêter son attention sur le premier. Le saint apôtre Paul l'a exprimé ainsi: Nous avons ce trésor dans des vases de terre (II Corinthiens 4:7.). Si nous pouvions voir ce qui était l'aspect extérieur de ces personnes que nous vénérons maintenant révèrent et auxquelles nous faisons appel dans la prière, nous n'en croirions pas nos yeux: ils étaient si simples. Mais jusques à ce jour, ceux qui ont appris à connaître la vie en Jésus-Christ, abandonnent le soin de leur apparence extérieure et se tournent entièrement vers l'intérieur. C'est pourquoi l'extérieur tombe de lui-même, mais l'intérieur est élevé et grandit. Il arrive souvent que personne ne remarque même cette clarté intérieure, même pas celui qui la possède. L'œil humain est mauvais, il ne lui est pas montré ce qui est vraiment bon, si ce bien peut lui nuire.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St Herman of Alaska,
Platina, CA
USA
2010
+