"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 14 janvier 2018

Circoncision du Seigneur


Colossiens 2:8-12 et Luc 2:20-21, 40-62


Puisque le Nouvel An est le début de l'époque de l'année, nous devons rassembler dans notre âme ces pensées, sentiments et dispositions qui dirigeront nos affaires tout au long de l'année d'une manière chrétienne. Nous trouverons ceci au moment où nous aurons à l'esprit ce que le Jour de l'An est dans la vie spirituelle. Dans la vie spirituelle, le Jour de l'An, c'est quand celui qui a vécu avec négligence devient zélé pour le salut et pour plaire à Dieu. Quand on prend cette résolution, alors tout est reconstruit à nouveau à la fois intérieurement et extérieurement, sur de nouveaux commencements, les anciens meurent et tout est nouveau. Si vous avez ce sentiment, renouvelez-le, sinon, acquerrez-le et pour vous ce sera le Jour de l'An.

Une célébration digne de la fête de la Circoncision du Seigneur et de la commémoration de Saint Basile le Grand y sont également liées. L'essence de ce changement dont nous avons parlé est que la personne commence à partir de ce moment à vivre uniquement pour Dieu, pour son salut; alors qu'auparavant elle vivait exclusivement pour elle-même, pour la préparation de la destruction d'elle-même. Maintenant, elle abandonne ses anciennes habitudes, tous les conforts et tous ce en quoi elle se plaisait, elle éradique les passions et les dispositions lascives et entreprend des œuvres de stricte abnégation. 

Un tel changement représente précisément ce que, selon l'Apôtre, la circoncision du cœur doit être. La célébration de la circoncision du Seigneur nous le rappelle et nous oblige à le faire, tandis que Saint-Basile le Grand nous fournit un exemple à suivre. Donc, tous les thèmes qui fourmille dans notre conscience le jour du Nouvel An se réunissent en un seul, notre renouveau intérieur à travers la circoncision du cœur. 

Si cela plaît au Seigneur de donner à quelqu'un cet état d'esprit au Jour de l'An, c'est-à-dire, non seulement de penser de telle manière, mais aussi d'incarner tout cela dans sa vie-il célèbrera le Jour de l'An de la manière chrétienne la plus parfaite , et se préparera à passer toute l'année en chrétien. Le Jour de l'An suivant Nouvel il lui suffira de renouveler et d'animer ce qu'il a maintenant entrepris.


I Timothée 3:14-4:5; Matthieu 3:1-11

La maison de Dieu, qui est l'Eglise du Dieu vivant, la colonne et le fondement de la vérité (I Tim. 3:15). Par conséquent, il n'est pas nécessaire pour nous de regarder çà et là pour chercher où est la vérité. Elle est proche. Soyez dans l'Eglise, contenez tout ce qu'elle contient, et vous serez dans la vérité. Vous possèderez la vérité et vivrez par elle et en elle, et vous déborderez de vraie vie. 

La vérité n'existe pas en dehors de l'Eglise orthodoxe. Elle est le seul tuteur fidèle de tout ce qui a été ordonné par le Seigneur par les saints Apôtres, et elle est donc la véritable Eglise apostolique. Certains ont perdu l'Eglise apostolique, mais puisque leur conscience chrétienne leur dit que seule une Eglise apostolique peut vraiment préserver et montrer la vérité, ils ont décidé de faire une telle église, et ils l'ont faite, et ils l'ont appelé de ce nom. Ils pouvaient appeler cela l'Eglise apostolique, mais ils ne pouvaient pas transmettre lui l'essence de ce qu'elle devait être. Car l'Église apostolique a été créée en fonction de la bonne volonté du Père par le Seigneur et Sauveur, et par la grâce de l'Esprit Saint, par l'intermédiaire des Apôtres. 

Une telle église ne peut pas être créée par des gens. Ceux qui pensent qu'ils peuvent créer une telle église sont comme des enfants jouant avec des poupées. S'il n'y a pas de véritable Eglise apostolique sur la terre, il n'y a pas besoin de gaspiller l'effort de création pour cela. 

Mais grâces soient rendues au Seigneur, Il n'a pas permis aux portes de l'enfer de prévaloir sur la Sainte Eglise apostolique. Elle existe et restera, selon Sa promesse, jusques à la fin du monde. Cette église est notre Église orthodoxe. Gloire à Dieu!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

samedi 13 janvier 2018

Samedi de la Trente-Deuxième Semaine après la Pentecôte



I Timothée 3:14-4:5; Matthieu 3:1-11

La maison de Dieu, qui est l'Eglise du Dieu vivant, la colonne et le fondement de la vérité (I Tim. 3:15). Par conséquent, il n'est pas nécessaire pour nous de regarder çà et là pour chercher où est la vérité. Elle est proche. Soyez dans l'Eglise, contenez tout ce qu'elle contient, et vous serez dans la vérité. Vous possèderez la vérité et vivrez par elle et en elle, et vous déborderez de vraie vie. 

La vérité n'existe pas en dehors de l'Eglise orthodoxe. Elle est le seul tuteur fidèle de tout ce qui a été ordonné par le Seigneur par les saints Apôtres, et elle est donc la véritable Eglise apostolique. Certains ont perdu l'Eglise apostolique, mais puisque leur conscience chrétienne leur dit que seule une Eglise apostolique peut vraiment préserver et montrer la vérité, ils ont décidé de faire une telle église, et ils l'ont faite, et ils l'ont appelé de ce nom. Ils pouvaient appeler cela l'Eglise apostolique, mais ils ne pouvaient pas transmettre lui l'essence de ce qu'elle devait être. Car l'Église apostolique a été créée en fonction de la bonne volonté du Père par le Seigneur et Sauveur, et par la grâce de l'Esprit Saint, par l'intermédiaire des Apôtres. 

Une telle église ne peut pas être créée par des gens. Ceux qui pensent qu'ils peuvent créer une telle église sont comme des enfants jouant avec des poupées. S'il n'y a pas de véritable Eglise apostolique sur la terre, il n'y a pas besoin de gaspiller l'effort de création pour cela. 

Mais grâces soient rendues au Seigneur, Il n'a pas permis aux portes de l'enfer de prévaloir sur la Sainte Eglise apostolique. Elle existe et restera, selon Sa promesse, jusques à la fin du monde. Cette église est notre Église orthodoxe. Gloire à Dieu!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

mercredi 10 janvier 2018

Mercredi de la Trente-Deuxième Semaine après la Pentecôte






Galates 5:22-6:2; Luke 10:19-21


Je te remercie, ô Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l'as voulu ainsi. Voici le jugement sur la sagesse et l'intelligence humaines. Nous pouvons voir cela se produire. La révélation est désormais sous nos yeux dans l'Écriture Divine, et les intelligents la lisent, mais ne la comprennent pas. On ne peut que s'émerveiller: c'est écrit simplement, mais pour eux tout semble différent de ce qui est écrit, ils sont comme aveuglés. Les enfants voient et comprennent, mais pour les autres ce qui est révélé est caché. Il a plu au Père céleste de l'établir ainsi, par conséquent il n'est pas nécessaire d'en débattre. 


Si ce qui était une nécessité vitale n'avait pas été révélé à tous, alors les intelligents pourraient encore faire des objections, mais cela a été révélé-venez prenez en votre part-c'est pourquoi cela a été révélé. 


Devenez seulement un petit enfant. "Comment-moi?" dites-vous, "pas question!" Eh bien, comme vous le souhaitez; restez sages et intelligents, ne comprenant, cependant, rien d'une nécessité vitale et ne contenant pas [cette révélation] dans votre tête, errant au milieu des fantômes et des illusions nées de l'ostentation votre intelligence, et vous maintenant dans une cécité totale, selon laquelle vous pensez que vous pouvez voir, mais vous êtes aveugles, et ne pouvez pas voir au loin"(cf. 2 P. 1:9), c'est-à-dire que vous voyez quelque chose, comme à travers une brume épaisse. 


Mais cela ne vous montre pas le vrai chemin et ne vous conduis pas au but, mais ne fait que vous garder dans le cercle vicieux de l'auto-illusion. Sauve-nous, ô Seigneur, d'un tel état terrible!...


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

lundi 8 janvier 2018

Comment assister aux Offices


Ne soyez pas tentés de vous laisser aller à ne pas venir à l'église au début de l'office, ou de partir avant qu'il ne soit fini. Rappelez-vous que chaque office est une unité complète et qu'il ne peut fournir ses bienfaits pleinement que dans son intégralité. Tout comme la nourriture n'est savoureuse que si elle est complètement assaisonnée, de même l'office ne peut satisfaire pleinement le goût spirituel que quand il est entendu dans son intégralité. Ainsi, celui qui manque le début, ou ne reste pas jusques à la fin, oeuvre certes, mais il se prive du fruit de son travail, il crée d'une main et détruit de l'autre.

En outre, il faut aller à l'église sans être distrait. Car, il est toujours possible que l'on puisse aller à l'église d'une manière qui n'est pas  digne de louange, mais plutôt de  condamnation, c'est-à-dire, que l'on y va, et que l'on n'en reçoit aucun bénéfice spirituel. 

En approchant de l'église, on doit laisser de côté tout le soin et le souci de ses affaires sur le seuil, pour entrer avec un esprit serein. Entrant dans l'église, on doit se revêtir de révérence comme d'un vêtement, se souvenant de Ceux vers Qui nous venons et à Qui nous avons l'intention d'adresser nos prières. Après avoir gagné notre place dans l'église (au même endroit à chaque fois, c'est l'idéal), on doit rassembler ses pensées et  se tenir mentalement devant la Face du Dieu omniprésent, en Lui offrant un culte respectueux de corps et d'esprit, avec un coeur contrit, dans une humble vénération. 

Après cela, vous devez suivre, sans pensées errantes, tout ce qui se passe - ce qui est chanté et lu dans l'église - tout jusques à la fin de l'office. C'est tout! De cette façon, nous ne vous ennuierons pas à l'église, regardant çà et là et commençant des conversations, et nous ne serons pas là, à souhaiter que l'office soit bientôt fini. Au lieu de cela, en passant d'un sentiment de prière à l'autre et d'une pensée respectueuse à l'autre, nous serons semblables à ceux qui, dans un jardin parfumé, se déplacent d'un groupe de fleurs à l'autre.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

dimanche 7 janvier 2018

Nativité de notre Seigneur Jésus-Christ




*



La Nativité du Seigneur: 
Galates 4:4-7; Matthieu 2:1-12


Gloire à Toi, ô Seigneur! Encore une fois, nous saluons les lumineux jours attendus de la Nativité du Christ. Soyons joyeux et réjouissons-nous. Afin d'élever nos festivités à un niveau supérieur en ces jours, la Sainte Église a intentionnellement mis en place un jeûne qui les précède, un certain obstacle, de sorte que lorsque nous entrons dans la période des fêtes, nous puissions nous sentir comme libérés. 


Néanmoins, l'Église ne désire en aucune façon que nous nous adonnions à des délices purement sensuelles et à des plaisirs purement charnels. Puisque que l'Église a depuis les temps anciens appelé ces jours sviatki, ou "jours saints", ces jours-ci exigent que notre fête soit sainte, car ils sont saints. 


Afin que ceux qui se réjouissent ne puissent pas l'oublier, l'Église a placé une petite hymne sur nos lèvres pour glorifier le Christ né, chant par lequel la chair est sobre et l'âme s'élève, montrant quelles occupations sont propres à ces jours. Cette hymne dit: "Le Christ est né, glorifiez-Le", et ainsi de suite. 


Glorifiez le Christ; glorifiez-Le, de sorte que par cette glorification le cœur et l'âme exultent, et réduisent au silence toute envie de divers autres actes et occupations qui pourraient promettre certaines consolations. Glorifier le Christ ne signifie pas l'élaboration de longues hymnes de louanges au Christ. Mais si, au moment de contempler ou d'entendre parler de la naissance du Christ Sauveur, vous clamez involontairement des profondeurs de votre âme, "Gloire à Toi, ô Seigneur, que le Christ soit né!"-Cela est suffisant. Ce sera une hymne calme venant du cœur, qui atteint néanmoins les Cieux et atteint Dieu Lui-même. Répétez un peu plus clairement pour vous ce que le Seigneur a fait pour nous, et vous verrez comment cette exclamation est alors naturelle. Afin que cela soit plus facile pour nous, nous allons comparer cela à l'histoire suivante.

Un roi promit la liberté à un homme qui avait été emprisonné dans un cachot et lié avec des chaînes. Le prisonnier attend un jour, puis un autre, puis des mois et des années. Il ne voit pas l'accomplissement de la promesse, mais ne perd pas espoir, et il croit à la parole du roi. Enfin, il voit des signes que ce sera pour bientôt, son attention augmente… Il entend un bruit, quelqu'un approche avec des paroles joyeuses. Maintenant, les serrures s'ouvrent et le libérateur entre. "Gloire à Toi, ô Seigneur!" crie involontairement le prisonnier. "La fin de mon emprisonnement est arrivée, et bientôt je verrai le monde de Dieu!" Ou cette autre anecdote: Un malade est couvert de blessures et paralysé dans tous ses membres. Il a essayé tous les médicaments et  différents médecins. Son endurance est épuisée, et il est prêt à se livrer au désespoir. On lui dit: "Il y a un médecin très compétent qui guérit tout le monde de ces maladies-mêmes que vous avez. Nous lui avons demandé de venir, et il a promis de le faire." Le patient les croit, pleure dans l'espérance, et attend celui promis… Passe une heure, puis une autre, et son âme est tourmentée d'inquiétude. Enfin, le soir, quelqu'un arrive... La porte s'ouvre, et celui qui était désiré entre... "Gloire à Toi, ô Seigneur!" crie le malade.

Voici un autre exemple. Un orage plane dans le ciel, et sur la face de la terre couverte de ténèbres. Le tonnerre ébranle les fondements de la montagne et des éclairs déchirent le ciel d'un bout à l'autre. Tous sont dans la peur, comme si la fin du monde était arrivée. Quand le tonnerre passe et que le ciel s'éclaircit, tout le monde respire librement, en disant: "Gloire à Toi, ô Seigneur!"

Rapportez ces exemples à vous-mêmes, et vous verrez toute notre histoire en eux. Les nuages menaçants de la colère de Dieu étaient sur nous. Le Seigneur est venu, le pacificateur, et Il a dispersé ce nuage. Nous étions couverts de blessures des péchés et des passions; le guérisseur des âmes et des corps est venu et Il nous a guéris. Nous avons été liés par les chaînes de l'esclavage; le libérateur est venu et a ouvert nos fers. Rapportez tous ces exemples au plus près de votre cœur et assimilez-les avec vos sens, et vous ne serez pas en mesure de vous empêcher de clamer: "Gloire à Toi, ô Seigneur, que le Christ soit né!"

Je ne vais pas essayer de vous transmettre cette joie par des mots, elle est inaccessible par les mots. L'œuvre que le Seigneur Qui est né a forgée, touche chacun d'entre nous. Ceux qui entrent en communion avec Lui reçoivent de Lui la liberté, la guérison et la paix, ils possèdent tout cela et goûtent à Sa douceur. Il n'y a aucune raison de dire "réjouissez-vous" à ceux qui vivent cela en eux-mêmes, car ils ne peuvent s'empêcher de se réjouir, mais à ceux qui n'en ont pas l'expérience, pourquoi dire "réjouissez-vous"? Ils ne peuvent pas se réjouir. Peu importe combien vous dites "réjouissez-vous" à quelqu'un qui est pieds et poings liés, il ne se réjouira pas. D'où peut venir la joie de la guérison à celui qui est couvert des blessures des péchés? Comment celui qui est menacé par la foudre de l'ire de Dieu peut-il respirer librement? Vous ne pouvez lui dire: "Va vers le nouveau-né enveloppé de langes dans la crèche, et demande-Lui la délivrance par de tous les maux qui t'affligent, car cet enfant, le Christ, est le Sauveur du monde."

Je voudrais voir tout le monde se réjouir de cette joie même, et ne pas vouloir connaître toute autre joie, mais tout ce qui vient d'Israël, n'est pas IsraëlMon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes; Elles me sont à charge; Je suis las de les supporter.(Isaïe 1:14)! En vérité, beaucoup de nos festivités sociales sont vraiment des abominations païennes, c'est-à-dire que certaines d'entre elles nous sont transmises directement à partir du monde païen, tandis que d'autres, si elles apparaissent plus tard dans le temps, sont pénétrées de l'esprit du paganisme. Et elles surgissent comme d'un fait exprès en grande quantité pour les fêtes de Noël et de Pâques. En se faisant prendre en elles, nous donnons au prince de ce monde, notre bourreau, l'ennemi de Dieu, une excuse pour dire à Dieu: "Qu'as-tu fait pour moi avec Ta Nativité et Ta Résurrection? Ils viennent tous à moi" Mais que les paroles du Psaume cinquante soient répétées plus souvent dans la profondeur de nos cœurs: J'ai péché contre toi seul, Et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux, En sorte que tu seras juste dans ta sentence, Sans reproche dans ton jugement. (Psaume 50:4). Peu importe combien vous dites à ces gens d'arrêter, ils ferment leurs oreilles et n'y prêtent pas attention; ils amènent ces beaux jours de la fête à une telle extrémité que le Seigneur est obligé de détourner les yeux de nous et de dire...

Nous sommes intéressés par l'Europe éclairée. Oui, les abominations du paganisme qui ont été chassées du monde ont d'abord été restaurées là-bas, elles nous viennent de là-bas. Après avoir respiré le poison infernal, on court comme des fous, nous oubliant nous-mêmes. Mais rappelons-nous l'année de 1812, pourquoi les Français sont-ils venus jusques à nous alors? Dieu les a envoyés pour effacer tout le mal que nous avions appris d'eux. La Russie se repentit alors, et Dieu a eu pitié d'elle. Mais maintenant il semble que nous avons oublié cette leçon. Si nous reprenions nos sens, bien sûr, rien ne se passera. Mais si nous n'arrivons pas à reprendre nos sens, qui sait? Peut-être que le Seigneur enverra à nouveau des enseignants similaires, afin qu'ils nous fassent revenir à nos sens et nous mettent sur la voie de la correction. Telle est la loi de la justice de Dieu: guérir quelqu'un du péché par la chose qui l'a incité à le commettre. Ce ne sont pas de vaines paroles, mais une question qui a été confirmé par la voix de l'Église. Sachez, vous orthodoxes, qu'on ne se moque pas de Dieu, et sachez, vous qui êtes joyeux et vous réjouissez en ces jours avec crainte. Illuminez la fête lumineuse avec des actes, des occupations, et des festivités lumineux, de sorte que tous ceux qui nous regardent diront: "Ils ont des jours saints, et non des jeux sauvages comme les fêtards injustes qui ne connaissent pas Dieu.

[*] Saint Théophane forge le mot oborotnichestvo, (du mot oborotni, qui signifie "loup-garou") ici, il se réfère à un spectacle étrange en Russie pendant les vacances de Noël qui ressemble au Halloween d'Amérique. Les jeunes gens s'habillent comme des animaux féroces, comme des loups et des ours, et font des farces. L'utilisation de ce mot implique également que cette pratique est quelque chose qui appartient à l'univers des sorcières et des sorciers.
Le Samedi
Colossiens 1:3-6; Luc 16:10-15

Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. Un cœur divisé et une pensée divisée rendent une personne inapte pour quoi que ce soit; car un homme irrésolu est instable dans toutes ses voies(Jacques 1:8). Soit il ne fait rien, ou il le fait et refait, c'est-à-dire, il construit d'une main et détruit de l'autre. 
La source d'une vie véritablement agréable à Dieu est la ferme résolution de plaire à Dieu en toutes choses. Cette résolution dirige toutes les pensées d'une personne, tous ses désirs et sentiments vers une seule chose, unissant ainsi ses [pouvoirs]intérieurs, il le rend fort de faire des actes, ce qui amène l'unité dans l'ensemble de ses activités en leur apportant un caractère unique. De tels actes sont très fructueux, parce qu'ils sont pleins de la vraie vie. D'où viennent l'inertie, l'immobilisme et l'inutilité des actes? De l'inertie intérieure et l'inertie intérieure vient de la division intérieure. Un seul but n'est pas reconnu ou établi comme loi de la vie, et les actes sont effectués au hasard. Par conséquent, un acte va dans une direction, un autre va dans une autre direction, et l'édifice de la vie n'est jamais construit.
Choisissez un objectif et consacrez-lui votre vie. Le véritable et principal objectif est indiqué par la nature divine de l'homme, c'est une communication vivante avec Dieu. Dirigez aussi vers ce but tous les principales buts personnels, scientifiques, mondains, civiques, commerciaux, officiels, et les objectifs gouvernementaux. Si tout le monde dans la société s'en tenait à ce principe, il y aurait une direction générale pour la société, et un seul esprit emplirait tout le monde.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

samedi 6 janvier 2018

Psaume 11


ephraim.jpg

Saint Théophane le Reclus a rassemblé des extraits des œuvres de saint Ephrem le Syrien et les a arrangés en 150 "Psaumes". Voici le Psaume 11:

Je peux ni me contrôler, ni contrôler l'ennemi. Aide-moi, Seigneur!

Nul ne peut guérir ma maladie à part Celui qui connaît les profondeurs du cœur.

Combien de fois ai-je fixé des limites pour moi-même et j'ai construit des murs entre moi et le péché! Mais mes pensées ont dépassé les frontières et ma volonté a démoli les murs, car les frontières n'étaient pas garanties par la crainte de Dieu, et les murs n'avaient pas pour fondation le repentir sincère.

Et à nouveau, je frappe à la porte, afin qu'elle s'ouvre pour moi. Je ne cesse pas de demander afin de pouvoir recevoir ce que je demande, et je n'ai pas de honte à rechercher Ta miséricorde, Seigneur.

Seigneur, mon Sauveur! Pourquoi m'as-tu abandonné? Aie pitié de moi, ô seul Ami de l'homme. Sauve-moi, pécheur, Toi Qui seul est sans péché.

Arrache-moi à la boue de mes iniquités, afin que je ne sois à jamais souillé par elles. Délivre-moi des mâchoires de l'Ennemi, qui rugit comme un lion et désire m'engloutir.

Manifeste Ta force et viens me sauver. Fais luire Ta foudre  et disperse sa puissance, afin qu'il puisse être frappé par la peur et fuir loin de Ta Face, car il n'a pas la force de se tenir devant Toi. Dès qu'il perçoit un signe de Ta grâce, il est pris de peur de Toi et se retire dans la honte.

Et maintenant, ô Maître, sauve-moi, car j'accours vers Toi!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

vendredi 5 janvier 2018

Saint Théophane le Reclus: La Prière




+
Pour celui qui prie souvent, 
la prière deviendra 
son plus grand maître de prière.

 La prière elle-même 
peut lui apprendre à s'élever 
des degrés les plus bas de la prière, 
jusques au plus grands,
 jusques à l'extase 
et à la prière spirituelle.

+

La chose principale dans le repentir,
c'est l'angoisse du cœur
d'être déficient aux yeux du Seigneur,
et une ferme résolution
d'essayer dans le futur
d'être diligent en tout.

Version française Claude Lopez-ginisty
d'après
Saint Theophan The Recluse
The Spiritual Life…
publié par
St Herman of Alaska Brotherhood


jeudi 4 janvier 2018

Jeudi de la Trente-et-Unième Semaine après la Pentecôte



Jacques 1:19-27; Marc 10:17-27


Quelqu'un s'est tourné vers le Seigneur avec cette question: Bon Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle? Pourquoi cette question était-elle nécessaire? N'y avait-il pas les Écritures? La loi n'était-elle pas lue tous les samedis pour tout le monde? Il y avait tout, à la fois l'Écriture, et ses interprètes, mais dans la  société des différences d'opinion étaient entendues et elles embrouillaient tout le monde. 
Les pharisiens disaient une chose, les Sadducéens une autre, les Esséniens, leur propre version, les Samaritains la leur. En Galilée, peut-être même que les enseignements païens étaient entendus, et chacun mettait en avant sa version avec conviction.
Toute personne qui était remplie de zèle pour le salut en venait naturellement à cette question: Que dois-je faire? Que dois-je suivre, afin que mon âme ne soit pas détruite? Notre situation est maintenant très semblable à celle de ces temps-là. 
Quels enseignements sont donnés dans nos écoles, dans la société, et dans la littérature! Pour les indifférents ce n'est rien, mais ceux pour qui tous les enseignements ne sont pas les mêmes, ne peuvent que chercher une réponse à la question: "Que dois-je faire?" 
Alors, quelle est la solution? Celle que le Sauveur a donnée: croire et vivre comme Dieu l'a commandé, et ne pas écouter les gens; les laisser parler. Le discours des scientifiques est comme les rumeurs et comme la mode: aujourd'hui, ils disent une chose, demain une autre. Mais vous devez tenir compte du fait que la parole de Dieu, demeure dans les siècles. 
Ce que le Seigneur a commandé aucune philosophie ne peut le révoquer. Tout doit être fait, et ne peut pas être repoussé. Le jugement sera fait selon la Parole du Seigneur, et non pas selon notre philosophie.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

mercredi 3 janvier 2018

Mercredi de la Trente-et-Unième Semaine après la Pentecôte



Jacques 1:1-8, Marc 10:11-16


Avec quel amour le Seigneur traitait les enfants! Qui ne les traite pas avec l'amour? Plus on vit, plus on aime les enfants. En eux est manifestée la fraîcheur de la vie, la propreté et la pureté de disposition, qui ne peut qu'être aimé. En regardant l'innocence de l'enfance, certains supposent qu'il n'y a pas de péché originel, que chaque personne tombe quand elle prend de l'âge et rencontre des pulsions immorales, qu'il lui semble ne pas avoir la force de vaincre. 

Tout le monde tombe, mais le péché originel est néanmoins présent. L'apôtre Paul voit en nous la loi du péché, qui combat contre la loi de l'esprit. Cette loi, comme une graine, d'abord est comme invisible, mais elle est ensuite révélée et elle séduit. Ceux qui sont nés de lépreux ne manifeste pas la lèpre jusques à un certain âge, mais alors elle se révèle, et commence à les consommer comme elle l'a fait pour leurs parents. Où était la lèpre avant cette date? Elle se cachait à l'intérieur. 

C'est le cas du péché originel qui se cache jusques au temps, et il sort ensuite et fait son œuvre. L'environnement signifie beaucoup pour à la fois supprimer ce péché et le révéler. S'il n'y avait pas d'éléments de péché tout autour, il n'y aurait rien pour alimenter ce péché caché, et il pourrait se tarir de lui-même. Mais là est notre affliction: tout autour il y a beaucoup d'aliment favorable pour lui. Il y a beaucoup de péché en chaque personne ainsi que dans la société, mais tout cela ne détermine pas nécessairement que nous pècherons. Le péché est toujours une question de liberté: luttez et vous ne tomberez pas. Seul celui qui ne veut pas se battre tombe. Pourquoi n'avons-nous pas envie de lutter? Il n'existe aucunes règles concernant le désir et le manque de désir: je le veux, parce que je veux, et je ne veux pas, parce que je ne veux pas. L'autonomie est le principe original: on ne peut pas aller au-delà.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

mardi 2 janvier 2018

Mardi de la Trente-et-Unième Semaine après la Pentecôte


Hébreux 12:25-26, 13:22-25, Marc 10:2-12


Ce que Dieu a uni, que nul homme ne le sépare. Par ces paroles, le Seigneur affirme l'intégrité du mariage, un seul motif légal de divorce est indiqué, l'infidélité d'un conjoint. 

Mais que doit-on faire si on découvre une telle chose? Etre patient. Nous avons un commandement universel à porter les fardeaux les uns des autres; d'autant plus volontiers devraient le faire les conjoints, et l'accomplir avec respect d'un commun accord. Le refus d'être patient entraîne quelques désagréments hors de proportion, et les bagatelles s'entassent dans un mur de séparation. Pourquoi l'esprit nous a-t-il été donné? Pour aplanir le chemin de la vie. La sagesse trouvera une solution aux désagréments que l'on rencontre. En raison du manque de sagesse terrestre, cela ne fonctionne pas; encore plus en raison d'une réticence à réfléchir correctement à l'état des choses, et plus encore du fait de ne pas avoir de but autre dans la vie que le plaisir. 

Les plaisirs cessent, la satisfaction des uns avec les autres cesse; cela continue jusques au divorce. Plus les objectifs de la vie sont dépréciés, plus les divorces deviennent fréquents, d'une part, et d'autre part plus augmente la cohabitation temporaire illégale. La source de ce mal réside dans les vues matérialistes du monde et de la vie.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

lundi 1 janvier 2018

Lundi de la Trente-et-Unième Semaine après la Pentecôte



Hébreux 11:17-23, 27-31; Marc 9:42-10:1


Tout homme doit être salé par le feu, et tous les sacrifices doivent être salés au sel. Avant cela, le Seigneur a dit que l'on doit être préparé pour toutes sortes de sacrifices et tous les actes d'abnégation, afin de se tenir sur le bon chemin. Bien que ces sacrifices nous soient chers, comme nos propres yeux, ou indispensables comme notre droite, nous devons les offrir sans hésiter un seul instant, car si nous faisons à contre cœur un tel sacrifice, et que nous nous éloignions à cause de cela de la bonne voie pour aller vers le mal, nous serons forcés de souffrir éternellement dans la vie future. 

Ainsi, offrez un sacrifice douloureux et triste ici-bas, pour éviter les tourments là-bas. Sans purification par le feu ici-bas, on ne peut pas être sauvé du feu éternel. Tous ceux qui désirent être sauvés doivent être salés par le feu, et passer par la purification du feu. Chacun d'entre nous, par la loi de notre création, nous devons nous offrir en sacrifice à Dieu, mais chacun de nous est impur. Cela signifie que nous devons nous purifier, de sorte que de nous se fera un sacrifice agréable à Dieu. 

Mais si vous commencez à vous purifier, à déraciner les passions de votre âme, cela sera douloureux, comme d'être consumés par le feu. Cette opération  intérieure d'auto-épuration est comme le fonctionnement du feu purificateur pour le métal. 

Le métal est sans sentiment. Si vous deviez donner lui le sentiment, il sentirait la purification et la combustion simultanément. La même chose se produit chez une personne qui se purifie. Au cours de cette opération, elle est comme brûlée par le feu. Le feu purificateur passe par toutes les parties de son corps comme le sel pénètre dans un corps qui conservé par le sel. Et seul celui qui se soumet à cette opération est vraiment un sacrifice agréable à Dieu, c'est pourquoi il est nécessaire que chacun soit salé par le feu, comme dans l'Ancien Testament, où tous les sacrifices était salés avant d'être offerts comme holocauste.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

dimanche 31 décembre 2017

Trente-et-Unième Dimanche après la Pentecôte

Pas de commentaire de saint Théophane pour l'écriture de ce jour!
Quelques uns de ses enseignements!



"Dieu n'abandonne personne. Pour lui, tous les hommes sont des enfants. Aucun n'est étranger. Et les occasions et les situations difficiles - tout est envoyé pour notre avantage."

"L'attention à ce qui transparaît dans le cœur et procède de lui - c'est là la principale activité de la vie chrétienne correcte."

"Vous devez être vigilants avec vous-mêmes."

"Faites descendre votre attention dans le cœur, là tenez-vous devant le Seigneur et n'admettez pas que quoi que ce soit du péché y entre. En cela est l'ensemble de l'activité du combat intérieur".

"Sans pitié pour soi-même, prêt à effectuer toutes faveurs pour les autres, et le don de soi entièrement au Seigneur avec une obéissance orante en Lui - ce sont là les créateurs de la vie spirituelle."

"Vous devez tuer l'égoïsme. Si vous ne le tuez pas vous-même, alors le Seigneur, coup de marteau après coup de marteau, enverra des malheurs divers, afin d'écraser cette pierre."

"La complaisance vis-à-vis de soi et l'apitoiement sur soi, témoignent que dans le cœur demeure l'ego, et non pas le Seigneur."

"Un chrétien sans zèle est un piètre chrétien."

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après