"Dans la confusion de notre époque,quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie,
il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères..."
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

jeudi 1 avril 2021

Jeudi de la Troisième Semaine du Grand Carême



Celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher (Proverbes 10:19).[1] Les chrétiens attentifs à eux-mêmes appellent tous les sens les fenêtres de l'âme ; si ces fenêtres sont ouvertes, toute la chaleur intérieure en sortira.

Mais la porte la plus spacieuse qui libère copieusement cette chaleur est une langue à laquelle on donne la liberté de parler autant qu'elle le désire et autant quoique qu'elle veuille dire.

Une multitude de mots cause à l'attention et à l'harmonie intérieure le même degré de dommage que celui infligé par l'ensemble des sens, car les mots stimulent tous les sens, et obligent une âme qui ne voit pas à voir, qui n'entend pas à entendre, qui ne touche pas à toucher.

Ce qui, à l'intérieur, est une rêverie, est à l'extérieur une multitude de mots ; mais cette dernière est plus ruineuse, car elle est réelle et fait donc une impression plus profonde. En outre, elle est étroitement liée à l'opinion personnelle, à l'impudence et à la malveillance, ces destructeurs de l'harmonie intérieure qui, comme une tempête, laissent derrière eux l'insensibilité et l'aveuglement. Après tout cela, comment peut-on échapper au péché en présence d'une multitude de mots ?!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
St. Theophan the Recluse
Thoughts for each Day of the Year
St. Herman of Alaska,
Platina, CA
USA,
2010

1] La version slave de Proverbes 10:19 dit : Dans la multitude de mots, le péché ne peut être évité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire